Riqui Puig – Une dernière bataille avant le Camp Nou?

0

Riqui Puig n’a pas foulé une seule pelouse de Liga cette saison, pourtant son nom est sur toutes les lèvres. Ses performances remarquées avec la filiale catalane font de lui un candidat à l’équipe d’Ernesto Valverde. La profusion au milieu de terrain ne permet pourtant pas au jeune joueur d’y prétendre actuellement mais sa présence en Segunda B (troisième division) pose de nombreuses questions, notamment sur le jeu présumé agressif ou tout simplement le niveau qui peut y être pratiqué. Tous ces éléments mènent forcement à cette interrogation : le Barça met-il tout en oeuvre pour la progression de son jeune talent?

Le maillot n’est pas encore tout à fait ajusté, le visage est encore bien juvénile mais le talent lui est déjà bien palpable. Quand Riqui Puig foule la pelouse de sa nouvelle salle de spectacle à ciel ouvert qu’est l’Estadi Johan Cruyff le sentiment qui le parcourt est unanime : la joie. Une joie teintée de nostalgie. La nostalgie d’un football, d’un joueur, d’un geste ou même d’une attitude. Le jeune Riqui n’est pourtant pas celui que l’on remarque aux premiers abords mais sa personnalité sur le terrain elle déborde. Il est le visage que les supporteurs aimeraient voir au Camp Nou dans un futur proche. Mais le Barça fait-il tout pour perfectionner son évolution? La Segunda B est-il un bon moyen de s’aguerrir malgré les brimades reçues par ses adversaires? La question s’est posée récemment en Catalogne, à juste titre.

Un talent (d’Achille?)

Garcia Pimienta a une chance inouïe. Celle d’avoir des joueurs incroyables qui composent son équipe : le Barça B. Cette chance elle a été bien plus que provoquée. Ces joueurs, Pimienta les a connus en Juvenil. Il les a formés. Il en va de même pour Riqui Puig et depuis le début de cette nouvelle saison on peut dire les deux hommes forment un duo de choix. Rouage essentiel dans la machine catalane, Riqui a déjà offert des performances de hautes volées cette année. Détonateur de l’équipe, son implication et son travail de tous les instants sautent autant aux yeux que sa parfaite maîtrise technique.

Et c’est en cela que le joueur impressionne. Il n’est pas uniquement cette incroyable soliste, chef d’orchestre talentueux, il est aussi un leader technique. Mais dans cette profusion de qualités des doutes subsistent. Ces doutes ce sont ceux sur son physique. Prétendu fragile et incapable de tenir le coup physiquement le joueur est régulièrement questionné sur ce sujet. C’est d’ailleurs l’un des arguments avancés pour expliquer son absence dans toutes les catégories inférieures de la Roja jusqu’à présent. Mais est-ce vraiment la réalité?

Interrogé par FuriaLiga! Oscar Hernandez, entraîneur des équipes de jeunes au Barça durant 10 ans et qui l’a connu nous répond :  » C’est vrai que Riqui est physiquement frêle et de taille moyenne, mais il le compense avec sa rapidité physique et mentale, dans la prise de décision, il est très intelligent et il comprend le jeu qui doit être appliqué sur toutes les actions pour le bénéfice de l’équipe, aspects que j’estime beaucoup plus qu’être plus grand ou plus musclé. Sa masse musculaire pour interpréter le jeu est dans son cerveau et ça c’est une vertu très demandée par les entraîneurs« . Quand ton talon d’Achille devient l’essence même de ton talent.

Riqui Puig during the Spanish King Cup between Barcelona and Cultural Leonesa on 5th December 2018
Photo : Marca / Icon Sport

À l’épreuve des balles en Segunda B

En parlant de talons… Si un joueur doit batailler chaque week-end pour les garder bien à plat sur la pelouse c’est bien Riqui Puig car on peut dire que ses adversaires usent de tous les moyens licites et illicites pour freiner sa fougue.

La Segunda B équivalent de la troisième division est un championnat bien particulier et dont les caractéristiques sont variées. Souvent taxé de championnat très physique, la réalité n’est pas si éloignée de cette affirmation mais avec des nuances : «  Le niveau est assez inégal. Dans le groupe du Barça B il y a des filiales de bon niveau : Valencia, Levante ou encore Villarreal, des équipes aguerries et entre les deux des équipes faites de bric et de brac mais qui rivalisent par leur intensité. Les arbitres laissent jouer et donc ça n’avantage pas les tripoteurs de ballons car ils peuvent prendre coups sur coups. » nous explique Jé Pintio spécialiste des divisons inférieures espagnoles pour FuriaLiga.

« Sa masse musculaire pour interpréter le jeu est dans son cerveau » oscar hernandez – furialiga

Ces dernières semaines Riqui Puig a subi cette intensité et pas de la plus belle manière. Quand elle est mal dirigée cette intensité n’est plus positive. On atteint alors l’agression pure et simple. C’est le cas après deux tacles très violents en deux matchs reçus face à Llagostera et Orihuela, et des sanctions bien minimes pour les joueurs responsables (un match de suspension tout au plus).

Cette accumulation de coups reçus par le joueur pose la question des conditions dans lesquelles son club tente de le faire évoluer et là encore Oscar Hernandez nous éclaire sur les conséquences que peut avoir ces coups à répétitions sur la santé du joueur : « Quand un joueur est talentueux et a besoin du ballon pour briller il a plus de possibilités de souffrir à tout moment d’une faute qui pourrait le blesser mais ça fait partie du jeu et Riqui est un de ses joueurs là. Il sera toujours exposé et c’est certain qu’un joueur à mesure que le temps passe souffre d’un usure physique qui ne l’affecte pas aujourd’hui, mais dans le futur si. Mais ça s’applique à tous les joueurs« . L’inquiétude n’est donc pas là où on le croit, c’est à dire dans la division dans laquelle évolue Riqui Puig mais plutôt pourquoi est-il obligé d’y être encore à l’heure actuelle?

Riqui Puig aime la Une de Sport qui indique son souhait de ne pas quitter le Barça cet hiver (29/10/2019)
A lire : Riqui Puig l’essence de la Masia

Ultime obstacle : le changement de cap blaugrana?

Jusqu’à présent c’est avec aisance que Riqui Puig a réussi à se débarrasser de tous les obstacles mis sur sa route pour accéder à l’ultime équipe de son chemin catalan. Mais le dernier risque fort d’être le plus âpre à franchir. Alors que la direction catalane a mis toutes ses forces dans la bataille du mercato estival pour essayer de régler un problème insoluble avec le retour de Neymar, d’autres dossiers ont été mis de côté.

Et l’un de ses dossiers c’est la réflexion autour de la construction de l’effectif au milieu du terrain. Actuellement composé de Busquets – de Jong – Arthur – Arturo – Rakitic voire Sergi Roberto, le secteur affiche complet, laissant même Carles Aleña le plus souvent sur la touche. Un canterano écarté au profit de joueurs dont l’avenir s’inscrit loin du Camp Nou, une situation qui n’incite pas à l’optimisme pour Riqui Puig et ses coéquipiers. Pourtant les noms associés au Barça dans ce secteur de jeu continuent de pleuvoir dans la presse catalane.

Riqui Puig and Erneste Valverde during the Spanish King Cup between Barcelona and Cultural Leonesa on 5th December 2018
Photo : Marca / Icon Sport

Cette même presse qui annonce que certains décisionnaires au sein du Barça doutent encore de la capacité de Riqui Puig à évoluer avec l’équipe première. Une hérésie pour Oscar Hernandez, qui n’hésite pas une seconde lorsqu’on lui demande si le joueur a sa place (mentalement, physiquement et techniquement) dans l’équipe d’Ernesto Valverde : « Sincèrement je pense que oui, il le fait très bien en Segunda B, grâce en partie à Garcia Pimienta et Pau Marti qui sont ceux qui permettent à Riqui de jouer un football qui l’aide à briller en Segunda. Mais en première division il le fera encore mieux parce qu’il a le talent nécessaire pour progresser dans l’équipe première. L’entourage (ses coéquipiers) et les scénarios (espaces) sont plus grands, et lui seront profitables à haut niveau pour optimiser encore plus ses aptitudes et être un joueur important« .

Alors quel est le problème, pourquoi ne pas tenter de faire une place à l’un de ses joueurs les plus talentueux alors même que celui-ci ait encore exprimé sur les réseaux sociaux son souhait de rester au club. La réponse à cette question se trouve peut-être dans le changement de cap entrepris au Barça depuis quelques années. Un changement qu’a eu le temps d’analyser Oscar Hernandez en 10 années passées au club, pour lui le débat sur le physique de Riqui Puig est incompréhensible et résulte d’un problème bien plus profond : « C’est certain c’est un débat quasi perdu pour ma part. Personnellement je pense que c’est une grave erreur de donner la priorité au physique plutôt qu’au talent et comme entraîneur c’est ma manière de comprendre le football. C’est étrange de voir cela au Barça, un club qui a toujours misé pour le talent indépendamment du physique du joueur. Mais malheureusement ces dernières années tout cela a changé et pas seulement avec Riqui, cela peut s’observer dans d’autres équipes du football de formation.« 

L’obstacle a franchir est donc colossal : convaincre sa direction que le pari mérite d’être tenté. En attendant Riqui Puig continue de progresser dans une équipe où il a toute la confiance de ses coachs. Un mal pour un bien pour l’instant. Après ça il sera temps de prendre une décision pour le Barça. Une décision déjà lourde de conséquence et de symbole.

Tracy RODRIGO

tracy_rdg

 

 

 

 

Commentaires