Liga – Odegaard encore décisif, les papys Jesus Navas et Santi Cazorla font de la résistance : El once de Furialiga (J10)

0

La Liga a encore régalé ce week-end malgré l’absence de Clasico. Sur chaque terrain, des joueurs offensifs en démonstrations, des milieux inspirés et des défenseurs qui répondent présent. Notre onze, aligné en 442 compile les meilleures prestations individuelles, Villarreal est logiquement bien représenté mais Granada, Osasuna et Valladolid tirent aussi leur épingle du jeu. Présentation. 

Vaclik (Sevilla) : Dans la domination souvent large de Seville, le portier andalou est rarement mis à contribution. Le bloc haut et les longues phases de dominations protègent bien la défense des Palanguanas et surtout épuisent les adversaires des Sévillans qui ne sont plus lucides pour faire les bons choix à la récupération. Face à un adverse coriace comme Getafe, Vaclik a été mis à contribution cinq fois et a répondu présent pour assurer une victoire sans but encaissé à son équipe. Ce Seville est épatant.

Carlos Nevas (Granada) : Le canterano andalou qui a été propulsé titulaire indiscutable depuis le match face au Barça pour palier les blessure continue d’épater. Sans faire de vague, Carlos est bon offensivement mais surtout excellent défensivement. Il semble sorti d’un vieux moule de latéral qui restait au club, ce genre de joueur occupé d’abord à défendre au lieu d’aller à l’abordage offensivement. Carlos Neva impressionne vraiment et la bonne forme de Granada lui permet d’enchaîner pour continuer de grandir.

Salisu (Valladolid) : Encore un autre jeune qui impressionne en ce début de saison. Salisu est toujours là après une petite période de doute et semble de retour dans une super forme. Solide, bon dans les duels et surtout à l’aise dans un bloc bas, le central s’est même payé le luxe de marquer le but du break face à Eibar. Pour une première à ce niveau, le défenseur impressionne grandement.

Bustinza (Leganes) : Le retour du petit central ! Dans le marasme de Leganés, Bustinza a retrouvé une défense à 4 mais a encore une fois fait parler sa science de la relance. Le match face à Mallorca n’était pas fameux mais lui a une nouvelle fois tiré son épingle du jeu. Central qui attire le regard, il est aussi utile défensivement qu’important à la construction. Leganés a retrouvé la victoire, mais le club est encore malade.

Navas (Sevilla) : Que dire ? Comme d’autres vétérans, Jesus marche littéralement sur l’eau depuis son repositionnement en latéral. L’évolution du style entre Machin et Lopetegui ne lui pose aucun souci et la légende du club est toujours aussi décisive. Face à Getafe en plus de dompter son couloir il a offert un ballon de but à Ocampos pour sceller la victoire des siens.

Ruben Garcia (Osasuna) : L’offensif aux tatouages a encore été très bon face à Valence. D’abord passeur sur le premier but, il a marqué le deuxième sur un superbe caviar de Torres. Inspiré, disponible, l’ancien de Levante a mis en difficulté Correia durant l’intégralité du match. Ses stats sont éloquentes, 5 passes clés, 8 tirs, 3 cadrés, 5 duels gagnés.

Santi Cazorla (Villarreal) : C’est un membre régulier du once de Furialiga depuis son retour en Espagne, mais le magicien est vraiment incroyable sur le terrain. Disponible, inspiré et surtout génial à voir jouer, Santi étale son jeu flamboyant à chaque journée de Liga. Face à Alaves, c’est une passe décisive, mais aussi 4 passes clés, 9 passes en profondeurs, 4 tirs et 3 dribbles réussis. Une renaissance qui fait plaisir et rend Villarreal irrésistible.

Martin Odegaard (Real Sociedad) : D’abord muselé par le milieu du Celta et notamment Diop, le génial norvégien a encore sorti une inspiration géniale pour offrir la victoire à son équipe. L’expulsion de Diop l’a libéré, peu de temps après, il sert Isak parfaitement et le buteur ne se fait pas prier pour transformer l’offrande en but. Martin Odegaard continue d’avoir le droit de vie ou de mort sur un match, la marque des grands.

Robert Torres (Osasuna) : L’autre ailier d’Osasuna a aussi régalé. Âme de cette équipe, Roberto a lui aussi été dans tout les bons coups. Plus dans la création qu’à la finition, il a été aussi déterminant et sa passe magnifique pour Ruben Garcia parle pour lui. Osasuna mélange parfaitement le talent, la technique et l’expérience, et Valence en a payé le prix.

Ekambi (Villarreal) : L’ancien sochalien a eu du mal à se mettre au niveau de la Liga. Plus un problème d’adaptation à un nouveau football qu’un souci de niveau. Depuis quelques mois, c’est lui la fine gâchette du sous-marin. Face à Alaves, il a marqué deux buts portant son total à 5 buts en 6 matchs titulaires cette saison. KTE met la Liga à ses pieds et permet à Villarreal de se rêver d’un nouveau destin européen.

Gerard Moreno (Villarreal) : Sa saison dernière avait été très difficile mais actuellement, Gerard Moreno marche littéralement sur l’eau. Face à Alaves ? Un but, une passe décisive et une influence incroyable dans le jeu offensif de son équipe. Sa lecture du jeu, sa science des déplacements et son interprétation des espaces en font un buteur capable d’évoluer au large sans que cela bride son rendement. Gerard est de plus en plus libre, KTE s’occupant de martyriser la surface et cela rend ce duo vraiment excitant.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires