Liga – Sevilla – Getafe : Confrontation de styles pour un match de gala

0

Sevilla et Getafe sont en tous points différents. Culturellement, financièrement, au niveau du style imprimé cette saison ou du palmarès, rien ou presque ne relie les deux clubs. Pourtant, pour cette 10e journée, ces deux sub-tops clubs capables de performer s’affrontent avec la ferme intention de marquer des points. Getafe doit avancer, Seville continuer de rassurer.

Les locaux, 7e avec seize points au compteur, affrontent des Madrilènes 9e avec treize points. Trois petits points, voila ce qui sépare deux clubs européens qui se sont livrés à une bataille intense pour la cinquième place l’an passé. Getafe n’est en aucun cas prévu pour être aussi haut au classement et doit sa très bonne passe à la philosophie choliste de Bordalas, qui permet à un groupe modeste de vivre au-dessus de ses capacités premières. De son côté, Seville devrait jouer avec régularité la Ligue des Champions mais n’arrive pas à retrouver une stabilité salvatrice. Avec le retour de Monchi et l’arrivée de Lopetegui, c’est un nouveau cycle qui est lancé avec l’ambition de retrouver rapidement les sommets. Présentation d’un choc qui s’annonce passionnant.

Seville : confirmer les progrès et répondre présent dans les chocs 

La solidité du début de saison a été quelque peu émaillé par les défaites face au Real, au Barça et surtout la déroute à Ipurua. Néanmoins, Seville reste l’une des satisfactions de ce début de saison. Dans le jeu, les Palanguanas dominent le cuir et le monopolisent dans de longues périodes de possession. L’idée n’est pas de créer un faux rythme mais de protéger sa défense tout en usant ses adversaires pour ensuite amorcer une séquence verticale qui fera mouche. Les Andalous sont maîtres dans la gestion du temps, et ce bien que le club gâche encore trop d’occasions.

En plus de s’appuyer sur un style marqué, les Palanguanas profitent directement de la forme étincelante des Reguilon, Jesus Navas, Joan Jordan ou encore Ocampos. Même l’ancien Olympien, qui semblait incapable de pouvoir performer dans un style patient, tire son épingle du jeu. Comme Nolito par séquences, sa tonicité et sa volonté de jouer vers l’avant permettent à Seville de varier son jeu et donc de surprendre ses adversaires. Hormis le nul frustrant face au Celta et la défaite face au Real, les Andalous font le plein à domicile. Sans pour autant impressionner : les trois victoires ont été acquises sur la plus petite des marges, et les hommes de Julen Lopetegui ont tremblé face à la Real. Depuis le début de saison, Seville n’est pas l’équipe qui marque le plus, même si elle réussit à se procurer bon nombre de situations.

Getafe, la force d’un groupe 

Les Azulones ont ferraillé en début de saison. Forts d’une saison 2018-2019 de haut niveau et d’une qualification pour les phases de poule de Ligue Europa, Bordalas et ses hommes ont entrepris un mercato ambitieux pour renforcer drastiquement ses troupes. Des joueurs différents comme Jason ou Kenedy ont rejoint Getafe, qui a aussi renforcé ses secteurs clés avec les arrivées de Timor, Fajr, Raul Garcia ou encore Nyom. L’idée était d’avoir un groupe plus étoffé mais surtout plus de variété sur le banc pour s’ajuster en cours de match et surprendre l’adversaire.

L’âme insufflée par Bordalas est toujours présente. Les Madrilènes restent une équipe solide avec un 4-4-2 strict et rugueux. L’équipe est prévue pour vivre et exister sans le ballon. Et quand elle le récupère, elle doit très vite générer du danger. Cependant, ce chamboulement dans l’effectif a causé quelques remous en début de saison. Certes, les Azulones ont plus marqué mais ont aussi encaissé plus de buts. Les apports de Kenedy, Cucurella ou Jason étaient notables, mais ce beau monde devait intérioriser les logiques de combat qui ont permis à Getafe de tutoyer les sommets. Battus à seulement deux reprises cette saison (face à l’Atleti et au Barça), les hommes de Bordalas ont transformé les nuls en victoires lors des dernières sorties. Le club encaisse de moins en moins de buts et reste régulièrement dangereux. Bordalas a réussi sa mission, et son groupe est très fort actuellement.

Les clés du match : le choix du buteur côté Seville et l’organisation du couloir gauche côté Getafe

L’une des interrogations du côté de Seville est la figure qui incarne l’attaque des Andalous. De Jong, coqueluche de Lopetegui en début de saison, n’apporte pas suffisamment de satisfactions. Le longiligne buteur est utile pour son jeu en pivot et sa capacité à fixer les défenseurs, mais son manque de réussite dans la surface l’a conduit à découvrir le banc. Chicharito, dans un rôle plus mobile, apporte une variation intéressante. Sauf que le week-end dernier, c’est bien le Hollandais entré en cours de jeu qui a marqué le but vainqueur face à Levante. Actuellement, les deux choix peuvent se comprendre et aucun ne se détache vraiment. Même si face à une équipe solide comme Getafe, un attaquant fuyant comme Chicharito peut être plus intéressant sur le papier.

Côté Getafe, les rotations sont peu nombreuses, la hiérarchie étant assez fixe dans l’esprit de Bordalas. Le rôle de supersub dévolu à Angel le montre bien. L’organisation du côté gauche des Azulones soulève toutefois quelques interrogations. Depuis le début de saison, un latéral assez strict est couplé à Cucurella plus haut. Pour faire simple, le défenseur défend quand Cucu dispose de beaucoup de liberté pour exercer le pressing ou dézôner. En cours de match, Pepe Bordalas a pris l’habitude de faire reculer l’ancien du Barça pour mettre le très vertical Kenedy devant lui. Ce changement est souvent un succès et les deux vivent très bien ensemble. Cucurella est d’une grande aide en sortie de balle quand la capacité de dribble du Brésilien est importante pour faire des différences. A voir ce que proposera Getafe pour ce choc, mais ce dilemme montre bien l’épaisseur de l’effectif madrilène.

Seville sans son guide défensif, Getafe presqu’au complet 

Peu d’absents côté Seville mais celle de Carriço inquiète. Le Portugais est le référent défensif de l’équipe et sa présence rend ses coéquipiers meilleurs. Le duo Kounde-Diego Carlos est bon sur le papier mais apporte moins de certitudes que Carriço-Diego Carlos. De son côté, Getafe sera privé encore de Bergara, Amath N’Diaye, et surtout Djené, mais pourra compter sur le retour de Damian Suarez.

Onze probables 

Sevilla 

Getafe

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires