Liga / Atlético 1- 1 Valence : les Colchoneros laissent filer deux points trop facilement face à Valence

0
Photo by Pressinphoto/Icon Sport

Valence est reparti avec le nul du Metropolitano, à l’issue d’un match où l’Atlético a laissé son adversaire grandir en deuxième mi-temps. Un point décevant pour les Colchoneros qui s’explique surtout par un manque d’ambition dans le jeu et un coup franc parfaitement exécuté par Parejo.

Pour l’Atlético, l’objectif était de se rassurer et ne pas se laisser distancer par le Real Madrid et Barcelone. Côté Valence, le match du Metropolitano offrait un beau défi à son entraîneur Albert Celades, qui doit amener son équipe vers les places européennes. Le 4-4-2 de Simeone affrontait un 4-3-3 valencien sur le papier, plutôt 4-2-3-1 dans les faits avec Parejo en « 10 ».  Au final, les deux équipes se sont quittées sur un score de 1-1. Résultat qui n’arrange évidemment pas les affaires des Rojiblancos.

Une première mi-temps dominée par l’Atlético

Dès l’entame, le plan de Simeone se dessine. Avec ballon, Hermoso devient troisième défenseur central et Saúl glisse dans le couloir gauche, tandis que son pendant Arias est lui complètement libéré à droite. João Félix se retrouve ainsi plus facilement dans l’axe mais reste discret en première mi-temps. Au milieu, Thomas fait office de point d’appui et bénéficie de l’espace laissé par les Valenciens. Koke, quant à lui, demande le ballon dans différentes zones pour apporter une supériorité numérique. Cette animation semble fonctionner sur certaines séquences où le numéro 6 se retrouve libre pour alimenter ses offensifs. En transition défensive en revanche, Thomas doit couvrir énormément de terrain à lui seul. Heureusement pour les Rojiblancos, l’adversaire du jour n’en profite pas.

De son côté, Valence peine à trouver son seul joueur capable de créer : Dani Parejo. Le capitaine valencien occupe une position assez avancée et laisse Kondogbia et Coquelin se charger de la relance et des couvertures. En attaque, Maxi Gomez, accompagné par Ferran et Cheryshev sur les ailes, est complètement esseulé et semble vivre un match parallèle. L’Uruguayen va au duel dans toutes les zones possibles et presse les défenseurs mais le reste du groupe ne suit pas. Après vingt-cinq minutes de jeu, les deux équipes ont des occasions qui n’aboutissent à rien de concret.

Photo by Icon Sport

Au fil de la mi-temps, l’Atlético grandit et connecte de plus en plus avec Morata et Costa dans les seize derniers mètres. Les deux attaquants vont chercher les duels dans la surface adverse, tentant de remiser ou de frapper le plus possible au but. En titularisant l’un et l’autre, Simeone sacrifie cependant la créativité et la mobilité dans les espaces réduits. Alignés ensemble, Costa et Morata enlèvent plus qu’ils n’apportent. Le match bascule à la 33ème minute, quand Cheryshev commet une faute de main dans sa surface. Après consultation de la VAR, l’arbitre siffle penalty. Diego Costa envoie le ballon à l’opposé de Jasper Cillessen et ouvre la marque. Les deux équipes rentrent au vestiaire après une mi-temps où l’Atlético a pris peu à peu la mesure.

Valence prend l’initiative, Parejo régale

Au retour des vestiaires, Valence se montre bien plus entreprenant. L’équipe de Celades décide de prendre le jeu à son compte, bien aidée par un Atlético qui lui laisse volontiers la possession du cuir. Simeone et ses hommes optent pour la défense positionnelle, un aspect du jeu dans lequel ils se sentent à l’aise, mais l’avantage au score est minime. Contre un adversaire pas forcément très dangereux, l’Atlético aurait sans doute pu et dû poursuivre sur la bonne dynamique de fin de première mi-temps. À la 52ème, la tentative du malheureux Cheryshev, dans une position idéale, fracasse la barre transversale. Les vingt dernières minutes du match sont déterminantes. L’Atlético laisse l’initiative à Valence, qui n’arrive pas déséquilibrer suffisament le bloc colchonero. La sortie de Thomas pour Marcos Llorente confirme la fin de toute ambition de reprendre possession du ballon. En misant sur les percées verticales, les Rojiblancos parviennent à progresser dans le camp adverse, et Arias ne concrétise pas deux actions qui auraient pu mettre son équipe à l’abri.

Photo by Icon Sport

La fin de match se complique pour l’Atlético avec la blessure de João Félix. Le Portugais se voit contraint de sortir du terrain à cause d’une blessure à la cheville alors que Simeone a déjà fait trois changements infructueux en termes d’apport et d’impact dans le jeu (Llorente, Lodi et Lemar). Le coup de grâce arrive à la 81ème minute : Parejo transforme magnifiquement un coup franc depuis une position qu’il affectionne et permet à Valence de revenir au score. Depuis le début du match, les Valenciens auront essayé d’exploiter au maximum les coups de pied arrêtés, notamment par plusieurs stratégies travaillées à l’entraînement. Les dernières minutes sont disputées à dix contre dix, suite à l’expulsion du fraîchement entré Kang In Lee à cause d’un tacle dangereux et naïf. Une fin de match tendue où l’Atlético voit petit à petit deux points s’envoler. Au coup de sifflet final, les Madrilènes peuvent regretter d’avoir laissé grandir une équipe de Valence loin d’être exceptionnelle et de ne pas avoir réussi à tuer le match plus tôt.

Pablo Sánchez (@pablosanch19)

Commentaires