Take Kubo, Mallorca et la rude découverte de la Liga

0
Crédits : Actionplus / Icon Sport

Recrue surprise du mercato estival du Real Madrid, l’ancien de la Masia Take Kubo semblait pourtant destiner à faire ses preuves en Segunda B avec le Castilla . Cependant, le japonais a saisi chaque minute que le double Z lui a offert en pré-saison pour montrer qu’il pouvait être protagoniste à plus haut niveau. Prêté jusqu’à la fin de saison au promu Mallorca, Kubo est l’attraction d’une équipe pas du tout préparée pour évoluer à ce haut niveau. Ses débuts en disent beaucoup sur la situation du club et la sienne dans cette équipe particulière.

C’est face à Tottenham que la figure Kubo a le plus fait sensation avec le maillot du Real Madrid cet été. Fort d’une expérience plus que satisfaisante en JLeague, avec le FC Tokyo notamment, le japonais a tiré 3 fois au but en huit minutes sur le terrain. Mieux encore, ses facultés à faire des décalages facilement et à créer du danger ont été remarquées. A la fin du match, Zidane n’a pas hésité à faire l’éloge de sa nouvelle recrue. « Kubo est un joueur du futur. Tu dois lui parler. Bien sûr, ce serait bien de le voir à Castilla et de s’entraîner avec nous pour voir comment nous allons le faire grandir. Il est jeune, comme Rodrygo, comme Vinicius, et vous devez y aller doucement « . Sauf que voilà, les places pour les joueurs hors communautaires sont déjà prises dans l’effectif pro et il semble compliquer de mettre Kubo avec le Castilla vu son avance. S’ouvre alors l’idée du prêt.

Presque à Valladolid, officiellement à Mallorca 

Les candidats prêts à accueillir le japonais sont nombreux. Valladolid semble tenir la corde en premier lieu. Le club de Pucela a déjà accueilli trois joueurs de la maison blanche en prêt lors de cet été 2019 dont les très côtés Lunin et Javi Sanchez. Le grand Ronaldo, patron du club n’a jamais caché son souhait de vouloir tisser des liens durables avec le Real Madrid comme avec l’Espanyol il y a peu. Cependant, le deal ne se fait pas, le 442 ou 433 par moment austère de Sergio Gonzalez et des ailiers ainsi que des intérieurs indiscutables semblaient condamner Kubo a cirer le banc. Frutos, Javi Sanchez et Lunin ont ainsi très peu joué après 8 journées par exemple.

Kubo ronge son frein, fin août, alors que la Liga a déjà commencé, il n’est pas convoqué par Zidane pour le premier match de la saison face au Celta. Dans le même temps, Raul le laisse aussi à quai avec le Castilla. Le japonais doit trouver une porte de sortie, la maison blanche ne lui offrira pas de traitement spécial. C’est là que l’opportunité Mallorca arrive. Les insulaires, promus surprises en Liga ont un effectif assez épais mais beaucoup de place sont à prendre. Vicente Moreno, le technicien qui a fait passer le club de la Segunda B à la Liga en 2 saisons est un fin tacticien qui mène bien sa barque. Les propriétaires américains du club, ravi de la progression rapide du club ont envie de frapper un grand coup et de faire un bond en avant. Le 22 août, Kubo rejoint officiellement Mallorca alors que le club vient de s’offrir Eibar pour le compte de la première journée de championnat.

Crédits : Newspix / Icon Sport

L’arrivé du japonais, en plus de répondre à des besoins sportifs permet de faire passer Mallorca dans une nouvelle dimension au niveau international. Comme il est coutume après l’arrivée d’une pointure asiatique, le nombre de followers sur les différents réseaux sociaux du club ont bondi et le trafic sur le site internet du club est monté en flèche. Derrière cette effervescence se cache une vraie attente sportive. Du haut de ses 18 ans et pour sa première saison en Liga, Take doit faire passer Mallorca d’invité surprise à club capable de se maintenir. Il sait qu’il sera suivi et bien plus attendu qu’à Madrid. Ce choix est un vrai défi pour lui.

Vicente Moreno pris entre deux feux

Lorsqu’il signe à Mallorca, Kubo rejoint un club qui a fait preuve de boulimie sur le marché des transferts. Pas moins de 15 joueurs sont arrivés, beaucoup en prêt comme le japonais ou encore Baba Rahman ou Lumor. D’autres avec plus d’expériences sont arrivés libres ou en échange d’un petit chèque comme Salibur, Budimir ou Trajkovski. L’objectif de cette gabegie est clair, Mallorca semblait déjà pas prêt pour jouer la montée en Segunda, il fallait grandement étoffer l’effectif pour tenter d’être au niveau de la Liga.

Vicente Moreno n’a pas bouleversé ses plans devant l’afflux nécessaire de nouvelles têtes dans le groupe des insulaires. Il a l’habitude de bien préparer ses matchs et de réussir à faire grandir ses joueurs tactiquement. Le quarantenaire qui vient de fêter ses 100 matchs à la tête de Mallorca apprécie le 442 mais en Liga, c’est surtout son 433 ou son 4231 qui ont été observé. Kubo fait partie des joueurs les plus talentueux à la disposition de l’entraîneur espagnol conscient aussi de la jeunesse du japonais. Son intégration dans le prisme tactique de son coach est assez compliqué.

Crédits : Marca / Icon Sport

Kubo est un joueur particulier, fort en départ arrêté, il dispose d’un petit physique et donc d’un centre de gravité très bas. Logiquement, il est capable de changer de direction très rapidement et a une technique bien au dessus de la moyenne. Très à l’aise dans le coeur du jeu, il semble avoir besoin d’être à proximité de la salle des machines pour exister et montrer son meilleur visage. Cependant à Mallorca, il a tendance à être exiler sur un côté, Febas et Salva Sevilla semblant être plus cohérents pour maintenir l’équilibre de l’équipe. Vicente Moreno sait que le japonais peut faire basculer les rencontres à lui tout seul mais il ne veut pas sacrifier la cohérence de son équipe pour mettre le japonais dans les meilleures conditions.

Même si il a tendance à dezoner sur les ailes, Kubo doit être activé par un ballon dans les pieds et avoir du mouvement autour de lui. À chaque fois qu’il a été exilé sur l’aile et servi en profondeur, il n’a réussi à peser sur les rencontres. Le match face à l’Alaves en est l’illustration parfaite. Dans le même temps, face à l’Athletic, Getafe ou encore l’Atleti, il a livré des performances vraiment intéressantes qui en font une arme redoutable pour Mallorca et son coach. Lors de ses trois matchs, il a provoqué un penalty face au Basque, offert une passe décisive face à Getafe et frappé le poteau face aux Rojiblancos. Acceptant d’être sur un côté, si son coach et le match lui permet d’avoir des libertés, il est certain que le japonais fera des différences seul ou en s’associant à ses coéquipiers.

Entre protection et style déjà vital pour Mallorca

Vicente Moreno sait que Kubo est un joueur différent et une chance pour son équipe dans sa quête du maintien. Mais le joueur véhicule déjà beaucoup d’attentes et de nombreux journalistes inondent de questions le technicien lorsque le japonais débute sur le banc ou n’a pas le rendement attendu. Une pression importante qui énerve l’entraîneur espagnol qui tente toujours de protéger son joueur.

Le japonais est suivi depuis tout petit par le Japon et son transfert au Barça ainsi que ses stats hallucinantes en jeunes ont créé des attentes démesurées pour un joueur de son âge. Surtout qu’en match, Kubo est malmené par ses adversaires, conscient que l’ancien de la Masia est un chaînon vital dans la réussite de Mallorca. il reçoit ainsi un traitement particulier de ses adversaires. Le mettre dans une situation d’inconfort c’est mettre les insulaires dans la panade.

Sans rajouter de la pression sur les épaules de Take, mais son évolution et son adaptation en Liga va rejaillir directement sur le niveau de son club. Avec deux victoires, cinq défaites et un nul, Mallorca est 18e et fait partie des équipes les plus malchanceuses de Liga. Les insulaires ont tapé quelques fois les montants et ont concédé beaucoup de penalties. Après une victoire rassurante face à l’Espanyol, Vicente Moreno, Mallorca et très certainement Kubo vont recevoir le Real Madrid dans un San Moix annoncé complet. Sur le banc ou titulaire au coup d’envoi, Take est déjà attendu en étant annoncé comme l’homme à suivre des rouges. Va t’il réussir à faire trembler la maison blanche ?

À suivre …

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires