Liga – Ruben Blanco, de surprise à gardien incontournable

0
Credits : Iconsport

Ses débuts sous le maillot de l’équipe première du Celta ont été inoubliables, mais le canterano a eu du mal à s’imposer par la suite comme un titulaire indiscutable au Celta. Depuis la saison dernière, c’est chose faite, et Ruben Blanco a pris une autre dimension dans les cages de Vigo. Retour sur la trajectoire du natif de Mos.

Le poste de gardien de but est un poste à part. Les opportunités sont assez rares car se montrer quand un numéro 1 est en place n’est pas chose aisée. Souvent, c’est le destin qui frappe à la porte et qui permet de se montrer. Celui de Ruben Blanco est venu toquer le 26 mai 2013.

Saisir sa chance, sourire à l’histoire 

Ce jour-là, le Celta se déplace à Valladolid à l’occasion de la 37e journée de la saison 12/13. Le Celta est relégable, et a seulement 4% de chances de se maintenir d’après les statistiques. Ruben Blanco, pas encore 18 ans est dans le groupe et est même remplaçant, en cause la blessure à la clavicule du numéro 2 habituel Sergio Alvarez. Le Celta mène 0-1 juste avant la mi-temps lorsque Larsson se télescope avec Javi Varas, titulaire dans les cages du Celta. Le gardien prêté par le FC Séville s’est luxé le coude sur l’action et doit donc céder sa place.

Ruben Blanco, canterano du Celta, 17 ans, fait donc ses débuts sous le maillot du Celta, alors même que le club joue sa peau en première division. Et il va répondre présent, en étant propre dans ses interventions et garder sa cage inviolée. Le dimanche qui suit, le voilà titulaire à Balaidos pour le match du maintien face à l’Espanyol. Le Celta s’impose 1-0. Pendant ce temps-là, le Depor s’incline face à la Real Sociedad, et voilà le Celta maintenu miraculeusement, avec en héros Ruben Blanco, deux clean-sheets, et symbole avec Iago Aspas, d’une cantera au niveau de la Liga.

Une stabilisation plus compliquée en Liga 

Après ces débuts en fanfare, Ruben Blanco va connaître deux saisons d’apprentissage. Une en Segunda B avec le Celta B, avant de prendre place sur le banc en tant que doublure de Sergio Alvarez. Durant cette période, il ne va compter que 6 apparitions en équipe première, 5 en Copa et 22 minutes en Liga. Ce n’est qu’à l’été 2015 que Ruben Blanco est officiellement mis en concurrence avec Sergio Alvarez pour le poste de numéro 1 par Berizzo. Sergio absent pour le premier match, Ruben débute titulaire la saison, mais se blesse à la fin de ce premier match de Liga. Un coup dur qui le voit l’éloigner des terrains pendant 2 mois. A son retour, il est de retour sur le banc de touche mais joue quand même quelques matchs, ne montrant pour le moment pas la carrure d’un gardien numéro un. On sent des qualités chez le garçon, mais encore quelques défauts qui l’empêche de prendre le dessus sur Sergio Alvarez, pas exempt de tout reproche pourtant.

Crédits : Icon Sport

Les deux saisons suivantes, Ruben prend le dessus sur Sergio, mais des blessures l’empêche de s’installer durablement dans les bois vigueses. Et pire, sous le règne d’Antonio Mohamed, il est de nouveau relégué numéro 2. Mais avec l’arrivée de Miguel Cardoso, le voilà de nouveau promu numéro 1. Et il sera une des seules satisfaction du passage de l’entraineur portugais. Le Celta a des résultats et un contenu catastrophiques, mais Ruben Blanco enfile le bleu de chauffe et enchaine les prestations de grande qualité pour permettre à son club de ne pas définitivement couler. Il est au final l’un des grands artisans du maintien en fin de saison avec Iago Aspas. Et cette saison, il confirme son changement de dimension, en continuant sur sa lancée, avec dernièrement son match au Wanda Metropolitano où il a éclaboussé de sa classe le match, et permis au Celta de ramener le point du nul.

A 24 ans, Ruben Blanco semble enfin avoir pris le pouvoir dans la hiérarchie des gardiens au Celta. Assez grand, doté d’un bon jeu au pied, le gros défaut de Sergio Alvarez, Ruben a su améliorer son bagage technique et physique. Lui qui semblait assez frêle à ses débuts s’est un peu épaissi, a travaillé son jeu aérien, et est devenu ainsi le véritable patron d’une défense parfois très friable devant lui. Attaché au club, le natif de Mos, ville proche de Vigo, où le Celta est en train de faire construire son nouveau centre d’entrainement, semble s’être installé au poste et on peut penser qu’il prendra exemple sur ses ainés Hugo Mallo et Iago Aspas, et qu’il s’inscrira dans la durée au Celta. Pour qu’enfin le Celta ait de la stabilité au poste, et pour devenir pourquoi pas une référence au poste au club.

Damien Dufresne 

@Damien_Dudu

 

Commentaires