Musa Al Taamari, le joyau jordanien à la conquête de l’Europe

0
Crédits : ΠΑΣΠ

Son nom ne vous dit surement rien et c’est bien normal. Cependant, Musa Al Taamari est déjà une idole en Jordanie, son pays natal. Agé de 22 ans et pour sa deuxième saison en Europe, l’offensif a déjà une solide réputation de joueur frisson capable de tout faire basculer sur une conduite de balle ou une accélération. Musa perpétue la traditions des fantastiques gauchers, porte sur ses épaules les espoirs de tout un peuple et doit maintenant confirmer son talent sur la scène européenne. Avant de le voir régaler le Sanchez Pizjuan, présentation d’un diamant brut. 

Musa Al Taamari est dans le football professionnel depuis la saison 2016 et son apparition dans le groupe du club jordanien de Shabab Al-Ordon. Depuis, il a gravi les échelons quatre par quatre et se retrouve à jouer une phase de groupe de Ligue Europa après avoir disputé des minutes en Ligue des Champions et ébloui face à l’Ajax cet été en tour préliminaire de C1. Musa est un crack, un vrai. Le genre de joueur qui amène les gens à regarder un match ou une équipe. Un garçon qui a la capacité de changer le cours d’un match à lui tout seul, qui peut dribbler 5 joueurs puis faire une vraie différence ensuite. Un garçon qui semble connecté avec le ballon et qui n’a pas encore atteint sa limite. Avant le match contre le FC Seville, présentation du joueur à suivre du côté de l’Apoel Nicosie.

Plus vite, plus haut, plus fort 

A peine Musa Al Taamari a le temps de savourer ses débuts en première division avec Shabab Al-Ordon que très vite il est transféré à Al Jazira, l’un des clubs les plus puissants du pays. Le gaucher jordanien est une pépite et chaque personne qui le voit est unanime sur son talent. Musa fait partie de cette classe de joueur que l’on remarque, qui attire notre regard dés qu’il touche et porte le ballon. Ce genre de joueurs qui pensent tellement vite qu’il est impossible de pouvoir prévoir ce qu’ils vont faire avec le ballon. La seule chose que l’on est sûr ? Le geste sera spectaculaire et surtout apportera du danger.

Avec Al Jazira en 2018, Musa découvre l’AFC Cup, la petite Coupe d’Asie des clubs qui regroupent différents formations de pays jugés en développement par la fédération asiatique. Le Jordanien ne se laisse pas impressionner par ses premières confrontations continentales et déroule son football. Surtout à droite pour pouvoir rentrer intérieur et prendre de la vitesse, Al Taamari va enchaîner les matchs incroyables. En plus d’être le second meilleur dribbleur de la compétition, le gaucher va marquer 5 fois en 6 matchs. Issa turk, spécialiste du football jordanien décrit le type de joueur qu’est le gaucher :

« Quand il a le ballon, il ne sait pas encore quoi faire. Mais son adversaire, peu importe comment il essaie de prédire ce qu’Al Taamari va faire, il échouera. Il a un talent inné, il agit naturellement et sait quand esquiver et comment s’approcher du but. » 

A cette époque, Al Taamari est déjà un international accompli avec sa sélection qui ne fait pas encore des étincelles. Il joue son premier match international en 2016. Tout s’enchaîne très vite, premier but en mars 2017 face à Hong Kong. Membre important des Al-Nashama, celui qui a commencé le sport par le Kick Boxing voit son destin basculer en mai 2018. Pour un chèque conséquent de 2 millions d’euro et alors que le Jordanien débute son histoire avec le football asiatique, il réalise déjà le grand saut pour l’Europe en signant à l’Apoel Nicosie.

Une saison pour mettre tout le monde d’accord à Chypre 

Le football asiatique et surtout arabe est encore méconnu pour le grand public. Les talents s’exportent peu, hormis les japonais et les coréens qui ont depuis un certain temps l’habitude de venir s’essayer en Europe. Cependant, le football de la péninsule arabique se développe mais les joueurs sont souvent tellement bien payés dans le Golf qu’il est impossible de les déloger. Cette destination de choix pour de nombreux joueurs africains et brésiliens est une zone de confort pour les locaux qui n’ont aucun intérêt à partir et stagnent donc ces championnats de faible niveau.

Crédit : AFC

Cependant, Al Taamari a pris la tangente. Son nom était connu dans la région et des offres importantes lui ont été soumises mais le jordanien n’a pas vraiment hésité lorsque l’offre des chypriotes est arrivée. L’Apoel après avoir fait cauchemarder les lyonnais il y a quelques années ont suivi avec attention le jeune gaucher lors de ses exploits avec Al Jazira. Après avoir assisté avec une délégation à un match entre Al Jazira et Shabab Al-Ordon puis un match de la sélection, la proposition officielle du club est présentation au natif d’Amman. Sans sourciller ou presque, il fait ses valises et quitte son club en cours de saison pour tenter l’aventure européenne en mai 2018.

Le championnat chypriote semble une bonne porte d’entrée sur le Vieux Continent pour Al Taamari. L’Apoel est un des tout meilleurs clubs du pays mais le championnat reste globalement moyen et surtout le terrain de jeu pour divers investisseurs peu recommandables. Malgré une adaptation compliquée à cette nouvelle culture, le talent naturel et explosif du jordanien lui a permis d’être très vite vu comme un titulaire indiscutable dans son nouveau club. Un peu partout sur le front de l’attaque, Musa joue et est décisif. Son premier match avec le maillot des chypriotes est un tour préliminaires de Ligue des Champions face à Suduva lors de l’été 2018. Un premier match qui en appellera très rapidement d’autres. Contrairement à beaucoup de talents asiatiques, le gaucher n’a pas besoin de temps d’adaptation.

En aout 2018, Taamari marque son premier but en Europe, lors d’un match de qualification pour l’Europe League. Les israéliens de Beer Sheva sont les premières victimes du jordanien. Une réalisation qui matérialise le niveau déjà très haut affiché par le jeune transfuge. Une situation vraiment peu courante après ce genre de transfert, Musa semble tout simplement insensible à la pression. Rapidement tout s’enchaîne, il est titulaire 23 fois en championnat et marque 9 buts. Son équipe est sacrée championne et lui se voit accorder le prix de MVP du championnat pour sa première saison en Europe. En plus d’être une idole au pays, il est de plus en plus apprécié sur son île. Avec sa sélection, il dispute la Coupe d’Asie et est tout aussi décisif. Éliminé en huitième de finale, Musa va être directement impliqué sur les trois buts marquée par la Jordanie avec une réalisation et deux passes décisives.

Une nouée de compliments et une marge de progression très importante 

Un tel niveau si vite a logiquement entraîné une flopée de réactions toutes très positives sur Al Taamari. En plus des appellations des médias jordaniens ou autre comme « Le Messi jordanien », « le Salah jordanien » ou encore « le Maradona jordanien », le gaucher impressionne aussi ses compères. Son coéquipiers français Florian Taulemesse conseillait lors d’une interview à Wesport de suivre avec attention le jordanien. Tommy Oar est d’accord avec le buteur sur Musa. Il explique.« C’est un joueur flexible qui peut tout faire avec sa jambe gauche. Dès que j’ai vu ce qu’il faisait lors de ses débuts au club, je me suis dit que ce gars serait une surprise. »

Cependant l’Australien sait aussi que Musa n’a pas atteint sa limite. « Il est vraiment brut tactiquement et il n’est encore très à l’aise, mais avec le ballon dans les pieds … il est l’un des joueurs les plus rapides avec lequel j’ai joué ». C’est peut-être la chose la plus incroyable quand on y pense, Al Taamari est vraiment impressionnant mais c’est vrai qui lui manque encore beaucoup de chose. Sa lecture du jeu est assez mauvaise, son bagage tactique est inexistant, il fait pas souvent les bons choix et souvent il lâche son ballon à contre temps. Mais sa verticalité, sa faculté à faire des différences, à gagner de mètres, à être impactant font de lui un joueur déjà tellement décisif qu’on lui pardonne volontiers de ne pas être encore parfait. Souvent, il donne aussi l’impression de jouer en marge de son équipe, il a du mal à s’intégrer durablement dans une réflexion collective.

Le plus grand souhait d’Al Taamari est de rendre fier le peuple jordanien. Après à peine un an en Europe, il est certain que sa réussite doit gargariser pas mal de monde dans le royaume. Surtout que le natif d’Amman est vraiment très soutenu et suivi au pays. Cependant, après avoir fait le plus dur en réussissant à performer en Europe, Musa va très vite se sentir à l’étroit à Chypre. Après avoir été très proche de l’Italie cet été, le Jordanien n’est pas parti mais avec un contrat se terminant en juin 2021, il est certain que les sollicitations vont se multiplier. Et Al Taamari le sait, plus il enchaînera les performances de qualités en Ligue Europa, plus les clubs qui voudront de lui seront importants. Une chose est sûre, retenez bien le nom du gaucher, l’avenir lui appartient.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

 

Commentaires