Real Madrid 2-2 Bruges : Panique à bord au Bernabéu, le Real sauve les meubles

0
Real Madrid coach Zinedine Zidane during the UEFA Champions League Group A match between Real Madrid and Club Bruges at Bernabeu on October 1, 2019 in Madrid, Spain. (Photo by Pressinphoto/Icon Sport) - Zinedine ZIDANE - Stade Santiago-Bernabeu - Madrid (Espagne)

Le Real Madrid retrouvait son antre du Bernabéu hier soir dans le cadre de la seconde journée de Ligue des Champions. Prêts à lancer leur campagne européenne face à Bruges, les Madrilènes devaient faire oublier le lourd échec parisien. Retour sur un match de nouveau décevant de la Casa blanca.

Leaders en Liga, les hommes de Zidane ont été incapables de continuer leur bonne lancée sur la scène européenne. Dans un groupe au premier abord accessible, le Real Madrid compte une défaite et un nul en 2 matches. Une première dans l’histoire du club. Tenu en échec sur sa pelouse par Bruges (2-2) hier soir, Madrid essuie un nouvel échec préoccupant. Dans leur compétition fétiche, les Madrilènes pourraient finalement avoir à se battre pour sortir des poules. Une surprise qui en dit long sur les profonds maux de la maison blanche.

L’heure des remises en question  

Pour la première fois de son histoire, le Real a concédé 2 buts ou plus lors de ses trois dernières rencontres européennes à domicile. Une stat qui fait écho à celle du pire démarrage en Champions du club cette saison. À raison, le monde du football se pose des questions sur la gestion de cette équipe madrilène. Ainsi qu’aux choix tactiques opérés, pouvant expliquer les mauvais résultats. Même s’il est impossible de savoir comment les joueurs ont été préparés pour ce match. Et impensable que l’équipe de Bruges ne leur ait pas été présentée. Sur le terrain, les Madrilènes étaient sans repères face aux Belges, libres d’évoluer selon leurs envies, exploitants la moindre perte de balle.

Totalement impuissants les joueurs de ZZ ont encaissé 2 buts gags en première période. La situation est d’autant dramatique qu’avec comme sans la balle, le Real Madrid est en grande difficulté. L’un des problèmes les plus flagrants se situe au niveau des cages madrilènes. Le manque de sérénité et la situation de Courtois posent de plus en plus question. Associé à Percy Tau, Dennis a enterré les espoirs du portier madrilène en seulement 30 minutes. Peu aidé par ses défenseurs, le gardien Belge a été de nouveau mis en difficulté et n’a pas su s’imposer pour faire taire les critiques.  Pourtant dans sa meilleure forme en début de saison (selon ses dires), Courtois est toujours incapable d’être décisif. Le Belge ne semble être plus que l’ombre de sa gloire passée.

Malade, le gardien a quitté le match à la mi-temps. Son remplaçant Areola a saisi l’occasion pour marquer des points. Même s’il est évident que Courtois n’est pas encore réellement inquiété, les prémisses d’un débat naissent dans les médias et auprès des madridistas. À bout de patience, le peuple madrilène réclame le gardien Français, largement acclamé hier, et regrette encore Navas

Une défense en plein naufrage 

La défense est vulnérable et à la ramasse depuis de long mois. Après avoir été sérieuse en Liga (3 matches sans encaisser de but), elle a encore sombrée contre Bruges. Varane n’aide pas, mais n’empire pas non plus la situation. Pourtant sérieux lors du derbi madrilène samedi, hier soir le Français a de nouveau montré un triste visage. Une situation qui dure et perdure depuis la saison dernière. Le champion du monde risque de se faire rapidement reléguer sur le banc par Éder Militão s’il ne se secoue pas.

Crédits :Icon Sport

Sur les côtés, Nacho et Carvajal n’ont rien apporté de positif lors des 45 premières minutes. Sorti sur blessure, Nacho a été remplacé par Marcelo en seconde. De retour de blessure, le brésilien a affiché plus de sérénité et d’envie que l’espagnol. À droite, Carvajal a été intéressant sur le plan offensif en seconde, mais moins en confiance qu’à son habitude.

Après avoir été suspendu pendant deux rencontres, Ramos faisait son retour en Ligue des Champions. L’absence du capitaine avait porté préjudice à son équipe avec deux déculottées (Ajax et PSG). En Liga, le Sévillan s’est montré en patron lors des trois dernières rencontres. D’abord à Séville, puis face à Osasuna et l’Atleti. Hier soir, l’Espagnol n’a pas pu éviter à son équipe d’encaisser des buts. Encore pire -et comme trop souvent- le capitaine a commis d’énormes erreurs. À la différence de Varane, Ramos rattrape ses fautes avec son esprit combatif. Le patron du Real a sonné la révolte de son équipe en seconde mi-temps et lancé la remontada en réduisant le score à la 55ème.

ramos
ANP / Icon Sport

Une attaque trop fébrile

Ajoutons à ce joli mélange une attaque sans inspirations, ni dangers. Benzema, homme en forme de cette équipe, a tenté toutes sortes de solutions, mais en vain car trop seul. De son côté, Lucas Vazquez, incapable de déborder, a eu de nombreux duels perdus en 1 contre 1 face à Sobol. Au final, l’Espagnol ne créé et ne transforme aucun de ses ballons en véritables actions/occasions. Pour autant, il ne lâche jamais rien et continue toujours d’essayer.

En tête de fil des déceptions madrilènes, nous retrouvons Hazard, pour finaliser ce trio d’attaque. À des années-lumières de son niveau habituel, le Belge a de nouveau déçu. Auteur d’une prestation en demi-teinte, Hazard créé peu, manque d’inspiration et ne convainc pas. Encore en phase d’adaptation, le Belge revêt un maillot blanc trop terne et n’égaye pas encore les cœurs madrilènes. Quand la confiance viendra, nul doute qu’il illuminera de mille et une couleurs le jeu du Real Madrid et fera du Bernabéu le jardin d’Eden. En attendant, le temps presse et l’étau se ressert de plus en plus.

Un milieu de terrain en fin de course

Pour couronner cette recette au goût amer, nous retrouvons un milieu Casemiro-Modric-Kroos qui n’est définitivement plus dans le coup. Même si ce n’est plus un scoop depuis de longs mois. L’équipe vit aujourd’hui d’exploits individuels et non de son collectif. Notamment ceux de Kroos, véritable joyau de ce milieu, qui est le seul à avoir brillé hier. L’Allemand démontre une nouvelle fois qu’il mérite sa place et réalise une bonne saison. Il est à l’origine du but de l’égalisation et n’a eu de cesse de provoquer le danger dans la surface Belge. Malgré son rayonnement, pour que ça marche réellement, il ne peut pas être le seul dans la création et l’élaboration du jeu madrilène.

Avec un milieu hors du coup, le Real ne peut prétendre à de grandes performances. La réalité est dure, mais les joueurs manquent cruellement d’organisation et de création. Il semble ni avoir aucun positionnement réfléchit et aucune connexion entre eux. Modric a réalisé hier un match catastrophique, à croire que le jumeau maléfique du Ballon d’or a pris sa place sur le terrain. Fantomatique, pour son retour le Croate a été tout simplement inutile. Pourtant en forme depuis le début de la saison, Casemiro a lui aussi été en dessous de tout. N’apportant aucun soutien à ses défenseurs, le Brésilien rattrape néanmoins sa très mauvaise prestation avec le but de l’égalisation.

Une réaction insuffisante pour décrocher les 3 points

En seconde période, les hommes de Zidane ont montré plus de cœur à l’ouvrage et d’envie. Le match a pris un tournant favorable aux Madrilènes dès la 52ème. Tout juste entré sur le terrain, Areola empêche le hat-trick de Dennis et sauve les siens d’un naufrage quasi certain. Lancée par Ramos, la course à la remontada commence quelques secondes plus tard. Jusqu’au bout, les Madrilènes vont tenter mais buter face à un très bon Mignolet.

Credits : Pressinphoto/Icon Sport

Malgré les efforts, l’équipe souffre d’un manque de qualité de jeu et de créativité offensive. Des lacunes qui l’empêchent d’accrocher la victoire. Les changements forcés pour blessure à la mi-temps, ont poussé Zidane à faire du poste pour poste. Le coach Français n’a rien changé dans son système au cours du match. L’approche reste la même, profiter des individualités sans approfondir ou changer la tactique pour faire avancer son équipe.

Avec seulement un point accumulé en 2 journées, le Real Madrid pointe tristement à la 4ème place du groupe A. Les hommes de Zidane joueront presque leur place en huitièmes le 22 octobre prochain. À 4 jours du Clasico à Barcelone, le Real se déplacera en Turquie pour affronter Galatasaray, 3ème du groupe (1 point). Une échéance à ne pas louper, dans un stade sous haute tension.

@ChloeWest_

Chloé  Girardin

Commentaires