Atletico Madrid – Real Madrid : Les matchs dans le match

0
Crédits : Icon Sport

Ce Derbi de Madrid s’annonce palpitant. Le leader Real Madrid se déplace chez son dauphin Atletico avec en jeu, la souveraineté de Madrid et une potentielle première place à la fin de la journée avec plus au moins d’avance sur son concurrent. Derrière les compositions d’équipes, des matchs dans le match vont se dérouler. Présentation des confrontations directes et indirectes qui vont très probablement conditionner le résultat final de ce derbi.

Sans vouloir se projeter dans l’esprit et les projets de Diego Simeone et Zidane, il est possible de lister quelques points de friction qui peuvent conditionner le résultat final de ce choc. Sans connaitre les compositions d’équipe au coup d’envoi, quelques secteurs clés seront à suivre avec intérêt en plus de voir Joao Felix gambader et Hazard tenter de faire vivre l’attaque du Real par la provocation. Petite réflexion d’avant match pour mieux appréhender ce Derbi.

L’influence de Benzema face à la puissance d’un Diego Costa 

Sans tomber dans la caricature, les deux buteurs qui vont s’affronter au Metropolitano ont des styles très différents. Diego Costa est une bestia, un garçon qui harcèle, va au combat et a un besoin viscéral d’avoir un ennemi pour être dans son match. Des qualités qui en font le chouchou de Simeone et qui permettent d’insuffler un état d’esprit vraiment intéressant. Cependant, côté football, l’international espagnol est aussi vital quand il est jambe. Face à Mallorca, avec du mouvement autour de lui et un soutien proche, Diego Costa a été déterminant en pivot. Capable de recevoir le ballon, fixé un ou deux adversaires pour ensuite libérer un espace pour des courses verticales. Si l’ancien de Chelsea réussit à prendre le dessus sur un Casemiro ou un Ramos, même une ou deux fois, l’Atleti réussira à produire son football.

Karim Benzema est un attaquant plus fuyant. Il aime dézonner, toucher le cuir, vivre au large pour ensuite activer ses coéquipiers. C’est bien simple, quand il est là, il apporte une structure au jeu offensif du Real, un cadre. Il est le référent, celui qui organise mais aussi marque les buts. Une hyperactivité et un style qui font de lui un offensif singulier mais vital pour le Real Madrid. Avec des ailiers comme Hazard ou Bale, il a des soutiens aux styles différents mais qui peuvent le mettre dans de très bonnes conditions et surtout qui peuvent aussi faire trembler les filets régulièrement. Face à une défense qui n’est pas au mieux et qui laisse par moment énormément d’espace dans son dos, l’intelligence de jeu du Français peut être létale, que ça soit directement ou indirectement.

L’apport des latéraux, Trippier-Lodi face à Nacho-Carvajal ? 

C’est surement le poste qui a le plus évolué dans le football moderne. Avant, c’étaient surtout les bourrins qui étaient placés là, sur le côté des défenses. Pas vraiment à l’aise avec un ballon ni très bons tactiquement, ils servaient à mettre des coups et faire le nombre. Seulement dans un football toujours plus pressé et anxieux, avoir des latéraux capable de multiplier les courses à haute intensité, d’être des relais à la relance et à la création mais aussi de réaliser des centres décisifs est un vrai plus. Cette saison, l’Atleti a créé des circuits de passes déjà bien établis avec ses latéraux. Trippier est un relais lors de la construction quand Renan Lodi créé des décalages par le dribble ou la course.

Crédits : Icon Sport

Le Real Madrid avec Marcelo et Carvajal dispose de son côté de deux garçons qui sont des références à leur poste. Bon, le Brésilien est loin de son meilleur niveau, et a surtout été remarqué pour son apport offensif plus que défensif, mais il a été déterminant dans le règne européen de la Maison Blanche. Blessé, tout comme son remplaçant Ferland Mendy, c’est Nacho qui pourrait tenir le poste de latéral gauche et va donc affronter Kieran Trippier. L’Anglais qui vient d’arriver cet été à l’Atleti est l’une des satisfactions du début de saison. Même si pas tout le temps inspiré, l’ancien de Tottenham apporte une vraie solution en sortie de balle avec une position très haute et tournée vers l’intérieur. Le latéral droit est une arme lorsque l’Atleti met en place son jeu offensif. Quand il a des libertés et du temps, Kieran peut faire d’excellents décalages.

De l’autre côté, Carvajal est un latéral qui sait d’abord défendre mais qui peut apporter offensivement si besoin. Plus dans la tenue de son couloir plutôt que dans la recherche d’un décalage coûte que coûte. Sa confrontation avec Renan Lodi va être intéressante. L’Espagnol est souvent souverain dans son couloir mais le Brésilien dispose de qualités très intéressantes. Véloce, rapide et avec une bonne conduite de balle, il apporte énormément à l’Atleti avec des courses en rupture qui font souvent la différence. Si jamais le Brésilien fait reculer Carvajal et le met sous pression, il est probable que cela offre des situations au latéral Rojiblanco ou à un autre coéquipier comme Lemar ou Joao Felix. On peut aussi voir la situation à l’envers, si jamais Carvajal pousse Renan Lodi à défendre en reculant, l’Atleti peut vivre des périodes très compliquées.

Savic ou Felipe, James ou Modric ? 

Dans les incertitudes d’avant match, la présence de Savic en défense centrale et celle de Modric dans le cœur du jeu resurgit depuis un moment. Ces questions, en plus d’être physique pour le Croate sont aussi des interrogations en terme de niveau et de style. Savic est régulièrement pris en grippe par une partie des supporters ou des suiveurs malgré un soutien quasi sans faille de Diego Simeone. Le central monténégrin ne rassure que rarement. Face à la Juventus notamment, il est même clairement passé à côté de son match. Les premier pas de Mario Hermoso n’ont pas convaincu mais l’émergence de Felipe offre une autre alternative à la figure de Savic. Solide, rapide et disposant d’une très bonne lecture du jeu, le Brésilien a vraiment gagné le droit d’être réessayé après son bon match face à Mallorca.

Entre James et Modric, c’est une vraie question de style et d’apport dans le jeu qui fait tirailler Zinedine Zidane. Le Croate, en plus d’être pas au mieux physiquement est avant tout un vrai bon relayeur. Un meneur reculé, qui peut faire du bien autour de la surface mais qui n’apporte pas un danger constant à l’intérieur de celle-ci. Apportant une certaine sérénité et solidité, il offre avec Kroos et Casemiro un milieu qui se connait et qui a des automatismes clairs. Même si ce triangle s’approche de sa date de péremption, il peut encore faire des différences quand le Real tient le ballon.

Crédits : Iconsport

James de son côté est un 10 à l’ancienne, qui aime toucher le cuir, provoquer, faire joueur les autres mais aussi marquer des buts. Son jeu verticale et sa facilité à mettre à contribution le gardien adverse apportent une alternative vraiment intéressante pour la Maison Blanche. Pas encore totalement dans les petits papiers du double Z, le Colombien a livré de superbes performances face à Levante et Seville notamment. En plus, sa contribution défensive est remarquée aussi. Une polyvalence qui peut être salutaire pour le Real cette saison.

Koke et Kroos, les garants du milieu de terrain 

Au milieu de ces incertitudes et de ces matchs dans le match, Koke et Kroos sont des certitudes. Disposant de qualités qu’on ne remarque pas vraiment au premier abord, ils sont pourtant indiscutables dans l’entre-jeu de l’Atleti et du Real. Face à Osasuna par exemple, Kroos a été au four et au moulin mais surtout, il a été vraiment déterminant malgré le chaos ambiant. Même lorsqu’il n’est pas dans les meilleures conditions, l’Allemand sait se mettre en valeur. De son côté, Koke est aussi un milieu travailleur, à qui on reproche son jeu jugé trop latéral. Cependant l’international espagnol est dans une excellente dynamique après quelques interrogations la saison dernière notamment. Proche de Thomas Partey, important en sortie de balle, à la récupération mais aussi déterminant par ses courses vers l’avant, il apporte énormément. L’évolution du jeu de l’Atleti lui fait le plus grand bien.

Toutes cette incertitude montre bien que ce match est vraiment flou. L’Atleti a des certitudes et se cherche encore. De son côté, le Real n’impressionne pas, semble avoir retrouvé un semblant de solidité mais ne rassure pas encore. Ce grand match, ce derbi va permettre d’y voir plus clair pour la suite. Même si une saison est longue, ce match peut permettre aux entraîneurs de trancher sur certaines de ces interrogations ou simplement de valider des choix intérieurs comme la responsabilisation des latéraux côté Atletico. Début de réponse à 23h.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

 

Commentaires