Liga / Tactique / FC Barcelone 2 – 1 Villarreal : Une victoire entre ombres et lumières

0
(Photo by Pressinphoto/Icon Sport) - Antoine GRIEZMANN - Camp Nou - Barcelone (Espagne)

Au Camp Nou, le Barça a repris le chemin de la victoire. De quoi soulager les esprits après l’inquiétante défaite face à Grenade (2-0), même si encore de nombreuses questions se posent sur l’état de forme collectif et de certains joueurs catalans. Face à une équipe de Villarreal inspirée et solide offensivement, la défense catalane a notamment encore montré de nombreux de signes de faiblesses dans une rencontre loin d’être si encourageante. Voici les éléments tactiques à retenir d’un match encore annonciateur de problèmes à résoudre pour les Blaugrana.

Un triomphe entre feu d’artifice et anxiété. Si après sa défaite contre Grenade le Barça avait à coeur de remonter rapidement la pente, malgré une victoire sur le Sous-marin jaune 2 buts à 1, l’équipe blaugrana n’est toujours pas si sereine. En effet, il est des leçons que les Catalans ont du mal à retenir. Le FC Barcelone du désastre andalou a voulu compenser en vain, la fluidité du jeu catalan n’a duré que vingt minutes avant de tomber dans un gouffre qui lui a presque coûté un autre échec. Le champion prend de l’air, et malgré les superbes éclats de génie de Griezmann et Arthur, s’est avéré passif, sans aucune intensité et très doux. Santi Cazorla et ses coéquipiers eux aussi inspirés, parfois plus, ont su rendre la vie impossible à un adversaire pas encore au point sans mais surtout avec le ballon.

Suarez maillon faible de l’attaque barcelonaise

Tout avait pourtant si bien démarré. Fournissants de l’énergie, de la mobilité et, surtout bien installés dans le camp adverse, durant un peu plus de vingt minutes, les Catalans ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Lorsque le bloc catalan campe sur le terrain adverse, tout coule à flot, même Semedo semble plus habile avec le ballon et Junior offre un aperçu de ses capacités. Avec Messi, très actif comme fil conducteur et pivotant sur le front de l’attaque, Barcelone a totalement dominé la situation. Le génie argentin a enseigné les idées, l’inventivité, la hiérarchie et le travail acharné. Au milieu, si Arthur s’est déplacé très verticalement sans le ballon, Sergi Roberto a apporté beaucoup de profondeur, laissant Messi faire son oeuvre au centre du terrain.

(Photo by Pressinphoto/Icon Sport) – Luis SUAREZ – Camp Nou – Barcelone (Espagne)

Mais voilà, après le rêve, la réalité. Si tous les regards ont été braqués sur Griezmann, Suarez et Messi, la connexion et les combinaisons entre les trois attaquants pour construire un autre trident infernal, ne sont pas celles attendues. Alors que le Français et l’Argentin ont montré une certaine alchimie sur le terrain, la présence de l’Uruguayen n’est pas venue seulement déstabiliser le nouveau trio, mais a déstabilisé également toute l’équipe. Surpassé, dépassé, si beaucoup se demandent aujourd’hui l’apport de Luis Suarez dans le jeu catalan, les doutes ne sont pas prêts de se dissiper après une nouvelle mauvaise performance du Pistolero.

Une défense catalane aux abois

Suarez n’a rien apporté en dehors de la surface, ses pertes de balles ont été bien trop nombreuses, le jeu offensif a été moins fluide et haché. Pourtant, les difficultés se font surtout défensives avec la présence du numéro 9, Suarez et Messi n’effectuant aucun travail défensif, laissant l’équipe bien trop vulnérable. Alors qu’au départ le Barça a tiré parti d’un placement très pragmatique en termes d’espace et de possession, le placement défensif de l’équipe catalane est encore loin d’être au point.

La structure défensive de l’équipe culé n’est pas la meilleure, et en plus de laisser de nombreux espaces, les joueurs catalans n’ont pas pu une nouvelles fois composer avec le ballon. Peu agressifs sur l’adversaire qui a eu le ballon, laissant les autres se placer sans trop de difficultés, les Catalans ont un peu plus sombré défensivement. Au total la défense catalane a déjà encaissé dix buts depuis le début de cette saison toutes compétitions confondues.

Moreno et Cazorla gardiens de l’équilibre de Villarreal

Mal embarqués en début de première période, les joueurs du Sous-marin jaune ont su parfaitement profiter des errements de la défense adversaire. Gardiens de la bonne saison effectuée par Javier Calleja, Gerard Moreno et Santi Cazorla ont encore été ultra décisifs face aux Catalans. Villarreal a décidé de faire un pas en avant et le Barça est revenu à cette version déconcertante dans laquelle il ne récupère pas le ballon rapidement, et dans lequel il devient un groupe vulgaire et vulnérable. Cazorla et Iborra ont notamment rendu la vie compliquée à Piqué et Lenglet qui n’ont pas pu faire un pas en avant, souvent pris de dos. Déséquilibrés, le Barça a souffert avant chaque attaque de Villarreal, Gerard Moreno capable de générer des supériorités à l’extérieures comme à l’intérieur et sur les côtés de chaque secteur.

L’entrée de De Jong et d’Ansu Fati n’y changeront rien. Alors que son simple football a apporté sa dose de sérénité, avec De Jong libéré, Fati a agit comme un révolutionnaire avec son enthousiasme et son courage. Ils représentent à, eux deux de bonnes paroles pleines de proses et de poésies, que l’équipe catalane va devoir intégrer à sa philosophie pour ne plus être pris de court par des adversaires comme Villarreal revanchards et inspirés.

Soledad Arque-Vazquez

@solearquev

Commentaires