LDC / Tactique / PSG 3 – 0 Real Madrid : Un Paris implacable face à un Madrid apathique.

0
Zinedine ZIDANE head coach of Real Madrid during the UEFA Champions League match between Paris Saint Germain and Real Madrid at Parc des Princes on September 18, 2019 in Paris, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport) - Parc des Princes - Paris (France)

Dans un Parc des princes des grands soirs, le PSG recevait son ami historique, le Real Madrid. Une première journée de Ligue des Champions déjà déterminante pour prendre les commandes du Groupe A et envoyer un message à l’Europe entière. Mais avant ce choc, les deux équipes peinent à mettre en place leur football, après une intersaison fortement agitée pour des raisons différentes. Et les absences de Ramos et Neymar pour suspension et de Cavani, Mbappé, Modric et Isco pour blessures, n’ont pas permis d’aborder ce match dans les meilleurs conditions. Malgré tout, celui-ci était immanquable. Voici son récit !

Au coup d’envoi, Tuchel a décidé de reconduire sa tactique de l’an passée en Ligue des Champions avec un 5-3-2 en phase défensive et un 4-3-3 en phase offensive, Marquinhos se muant tantôt en central tantôt en sentinelle. Avec ce choix, le coach allemand décida de titulariser notamment Kimpembé, Bernat et Meunier en latéraux et Gueye-Verratti au coeur du jeu. Devant, Di Maria, Icardi et Sarabia avaient la charge d’animer le front de l’attaque parisienne.

Côté Real, Zidane a aligné un XI sans surprises au regard des absences, avec une défense inédite Mendy-Militao-Varane-Carvajal, un milieu Casemiro-Kroos et James, et un trio d’attaque composé de Hazard, Benzema et Bale. Une tactique largement portée vers l’offensive au détriment d’un milieu peu équilibrée sensé protéger une défense expérimentale.

Un pressing et une fluidité dans le jeu parisien récompensés par un doublé de Di Maria :

Dès les premières minutes du match, le plan de jeu des deux équipes se dégage nettement. Le PSG exerçe immédiatement un pressing intense et très haut sur le terrain pour gêner les premières relances madrilènes. Une agressivité qui déstabilise un bloc merengue peu en confiance avant le match et crispé dès l’entame à l’image de cette main dans la surface de Militao, non signalée par l’arbitre. Délaissant volontairement la possession de balle aux parisiens, les hommes de Zidane ne s’affolèrent pourtant pas devant la menace parisienne. Concentrés mais sans grandes idées, ils donnèrent les clés du jeu à James qui trouva plusieurs fois en remise et en profondeur Gareth Bale. Le rythme est plaisant avec peu d’arrêts de jeu et de touches de balles. Le PSG donne alors le sentiment d’être dans un meilleur soir que son adversaire.

Ce sentiment devient réalité lorsqu’au quart de jeu Icardi remise magnifiquement bien sur Bernat qui centre et trouve Di Maria qui ajuste Courtois d’un pointu. 1-0 pour le PSG qui lance parfaitement bien sa partie. Loin d’être rassasié, le PSG poursuit sur sa lancée et harcèle chaque joueur madrilène. Marquinhos, Verratti et Gueye récupèrent un nombre incalculable de ballons et alimentent tout de suite les cotés avec Di Maria et Sarabia. Les deux ailiers parisiens déstabilisent ensuite les défenseurs du Real par des dribbles bien senties avant de tenter leur chance ou de trouver Icardi.

Paris Saint Germain midfielder Angel DI MARIA celebrates his second goal during the UEFA Champions League Group A match between Paris Saint Germain and Real Madrid at Parc des Princes on September 18, 2019 in Paris, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport) – Angel DI MARIA – Parc des Princes – Paris (France)

Le plan de jeu est clair et il fonctionne à merveille face à un bloc madrilène moribond. Il faut une rare perte de balle au milieu de terrain de Paris pour que Hazard décoche une frappe croisée et fasse frissonner le Parc. Le Real Madrid semble patient même mené au score mais s’expose parallèlement aux contre-attaques du PSG. Zidane avait fait le choix d’aligner une équipe résolument offensive mais ses attaquants manquent d’intentions abusant des jeux en remises à l’image de Benzema ou Hazard alors qu’il faudrait percuter. A l’inverse, Paris tente à la demi-heure de jeu, un jeu plus varié alternant attaques placées et jeu long. La différence est flagrante entre une équipe sûre de sa force et une équipe apathique qui se cherche.

L’agressivité parisienne se voit néanmoins sanctionner par un coup-franc dangereux à l’entrée de la surface que Bale expédie juste au-dessus de la barre. A la 33ème minute, le PSG double logiquement la mise et voit ses efforts récompensés après une énième récupération de Gueye qui sert Di Maria qui conclut d’une frappe enroulée dont il a le secret. 2-0, le score est implacable. A la mi-temps, Tuchel et le Parc peuvent être satisfaits de leurs joueurs. Zidane rentre, quant à lui, au vestiaire le visage assombri. Son milieu sacrifié a logiquement été surclassé par celui du PSG et sa force offensive sur laquelle il portait ses espoirs n’a été que très peu entreprenante tout comme ses latéraux.

Un Real Madrid sans réponses face à un PSG déterminé :

Aucun des deux entraineurs n’opèrent de changements au retour des vestiaires. Tactiquement, le Real Madrid décide de mettre la main sur le ballon. Hazard redescend pour mieux organiser le jeu mais aspire les défenseurs parisiens et s’expose ainsi à des pertes de balles dangereuses. Les efforts des madrilènes s’intensifient et de la 50ème à la 60ème, on voit leur jeu enfin se mettre en place.

Balle aux pieds, ils font circuler le cuir de la gauche vers la droite et inversement par des passes au sol rapides ou par des longs changements d’ailes. Néanmoins, le bloc parisien est bien organisé et aucun réel danger menace la cage de Keylor Navas. A ce jeu, Paris procède en contre-attaque et Di Maria, encore lui, est proche du triplé mais loupe sa louche face à Courtois. Le club espagnol ne tient qu’à un fil et semble au bord du KO à chaque incursion parisienne dans son camp.

A l’heure de jeu, Icardi cède sa place à Choupo-Moting, visiblement à cause de douleurs. L’ancien interiste peut être fier de la copie rendue pour sa première titularisation depuis de long mois. Le rythme baissant un petit peu, les entraineurs décident de relancer la partie avec des changements. Côté parisien, Herrera remplace un Marquinhos encore une fois au top. Coté madrilène, Zidane opère à un double changement avec les entrées de Vazquez et de Jovic à la place de Hazard et James, l’entraineur français souhaitant apporter plus de percussion et d’impact à son attaque.

Karim BENZEMA of Real Madrid during the UEFA Champions League match between Paris Saint Germain and Real Madrid at Parc des Princes on September 18, 2019 in Paris, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport)
– Parc des Princes – Paris (France)

Ces changements rééquilibrèrent la partie car avec la fin du match approchant, Paris s’exposa moins et Madrid tenta plus mais sans que ce fut fructueux. Pas plus que l’entrée à quelques minutes du terme de Vinicius JR à la place de Bale. Pire sur une contre-attaque, Bernat servit Meunier qui acheva la Maison Blanche. 3-0 la messe est dite et le résultat implacable.

Paris mérite amplement sa victoire en ayant su mettre les ingrédients et le sérieux pour produire un jeu plaisant et efficace. Grâce à cette victoire, le PSG s’empare seul de la première place du groupe A et peut enfin lancer sa saison. Quant au Real, la crise se rapproche tant le fond de jeu et les résultats sont inquiétants. Une remise en question est attendue tout comme les blessés et suspendus qui ont cruellement manqué ce soir.

Melvil Chirouze ( @iamxmelvil )

Commentaires