Liga / Tactique / Real Sociedad 2 – 0 Atlético de Madrid : la leçon d’Alguacil et d’Ødegaard donnée à Simeone

0
Photo by Icon Sport - Martin ODEGAARD - Stade d'Anoeta - Saint Sebastien (Espagne)

À quelques jours d’affronter la Juventus en Ligue des Champions, l’Atletico sèche à Anoeta en Liga. Si la victoire est méritée pour la Real, les hommes de Diego Simeone trop sur la défensive ont déçu et ont perdu leurs premiers points de la saison. Totalement dominés par les joueurs d’Imanol Aguacil forts d’un Martin Ødegaard en feu, les Colchoneros s’inclinent 2-0. Retour sur une rencontre riche en enseignements tactiques pour les deux équipes.

Qu’il est simple de revenir à ses vieux démons. Si Diego Simeone a cherché à faire entrer son équipe dans une nouvelle ère, les Colchoneros plus offensifs en ce début de saison se sont vus remporter tous les points disponibles jusqu’à cette rencontre. Repositionnés dans un 4-4-2 trop rigide, et malgré un début de saison prometteur en 3-1-4-2, les hommes du Cholo ont été contrés par les hommes d’Alguacil, qui ont tiré leurs adversaires hors de leurs positions, en cassant les lignes et en s’appuyant sur un certain Martin Ødegaard.

Isak, Portu, Monreal à la baguette

La défaite face à Athletic Bilbao a laissé un goût amer dans la bouche de la Real Sociedad après un début de saison prometteur. Cependant, face à l’Atléti, l’équipe basque a bien en tête de redistribuer les cartes. Imanol Alguacil a formé une équipe axée sur le ballon dont la progression avec le cuir est centrée sur les mouvements de Martin Ødegaard, ainsi que sur un échange à droite avec Adnan Januzaj. La Real a alors évolué avec une version plus directe de sa formation, positionnée notamment en 4-3-3 avec Alexander Isak et Portu qui ont respectivement remplacé Willian José et Januzaj. Les Basques bien accompagnés par un Nacho Monreal buteur et très en jambes pour son retour dans l’élite espagnole.

Photo by Icon Sport – Alexander ISAK – Stade d’Anoeta – Saint Sebastien (Espagne)

Alors que le choix de ces trois joueurs a largement contribué au succès de la Real, l’équipe Txuri-urdinak a effectué pour l’heure, sa prestation la plus aboutie sur le plan individuel. Les différences apportées par Portu et Januzaj sont plus qu’évidentes, avec et sans le ballon, les deux joueurs étirant le bloc, élargissant le champ d’action de leurs coéquipiers, et trouvant le moyen de percer en transition le 4-4-2 adverse.

La Real maîtresse de l’espace

Maîtres dans la gestion des espaces, les joueurs basques n’ont rien laissé au hasard. Resserrant la vigilance de l’Atlético dans sa phase défensive, faisant douter Vitolo et Saul notamment, l’équipe d’Alguacil a réussi à pousser leurs adversaires dans leurs retranchements. Le fait de positionner Mikel Merino entre Saúl-Koke et Costa-Joao Félix, et de vouloir insérer Ødegaard à droite et Oyarzabal à gauche, à l’arrière du double pivot rojiblanco, a été l’un des premiers fondements de la victoire de la Real.

Photo by Icon Sport – Nacho MONREAL – Stade d’Anoeta – Saint Sebastien (Espagne)

Un succès dû également à l’enchaînement de scénarios où tous les joueurs de Real Sociedad ont été les uns au service des autres. Un premier dans lequel Portu, sur le côté droit, a réussi à terminer tous les mouvements d’Ødegaard dans l’espace, et non l’inverse. Un autre dans lequel Isak, comme numéro 9, est allé en soutient pour lancer le joueur qui s’est enfoncé dans l’espace. Tant de scénarios qui ont surtout permis à un certain jeune talent norvégien d’avoir le terreau nécessaire pour briller.

La révélation Ødegaard

Auteur d’une prestation héroïque face à l’Atléti, Martin Ødegaard confirme avoir pour but d’être la grande révélation de la nouvelle saison de Liga. Sa capacité à interpréter le jeu, de recevoir parfaitement, de tout contrôler à seulement 20 ans est incroyable. Face aux Madrilènes, le Norvégien n’a pas attendu pour recevoir le ballon, mais face aux embouteillages auxquels été confrontés ses coéquipiers, est descendu pour corriger la sortie du ballon et activer d’autres collèges basques. Capable aussi de se sacrifier et d’apporter défensivement, Ødegaard a aussi aidé ses équipiers à casser des lignes et à générer beaucoup de mouvements.

Atléti : Première défaite et des enseignements

Attractifs puis rapidement apathiques, les joueurs du Cholo ont encore des défauts à corriger avec leur déplacement en Italie pour affronter la Juventus en Ligue des Champions en phase de poules. Au-delà de la difficulté encore à former un groupe cohérent sur la durée, c’est au niveau individuel que les plus grosses corrections devront être effectuées. Mal placé, sans déborder, sans générer de danger, sans trouver les personnes au-dessus de sa position, Thomas Lemar n’a notamment pas été la hauteur de ce qu’il a pu montrer depuis le début de la saison.

Photo by Icon Sport – Diego SIMEONE – Stade d’Anoeta – Saint Sebastien (Espagne)

Pour permettre au jeu offensif de l’Atléti de continuer de prendre forme, certains joueurs aussi vont devoir être mieux intégrés sur le terrain. Simeone doit notamment encore trouver la meilleure place pour un Joao Félix encore trop esseulé. Si pour cela, il a besoin que Diego Costa et Álvaro Morata soient en bonne condition physique, leur état de forme reste encore largement en deçà. Seule bonne nouvelle de cette rencontre pour l’Atléti, là où ses coéquipiers échouent, Vitolo, redevient pourtant le meilleur de l’Atlético de Madrid et devra être davantage exploité. Volontaire, il a débordé et a apporté beaucoup de verticalité.

Mais pour avancer, l’Atléti ne doit surtout ne pas reculer, bien trop retranché dans ses positions et surtout de nouveau prévisible. Alors que la Real Sociedad semble engagée sur la voie de la réussite, pour mener à bien sa révolution, l’Atlético va devoir encore s’adapter pour ne pas dès mercredi déchanter.

Soledad Arque-Vazquez

@solearquev

Commentaires