Liga / Tactique / Barça 5-2 Valencia : Nouveau milieu, nouvelles ambitions de jeu ?

0
Frenkie de Jong of FC Barcelona during the Liga match between FC Barcelona and Real Betis on August 25, 2019 in Barcelona, Spain. (Photo by Pressinphoto/Icon Sport)

Dans un match qu’il aura pratiquement maîtrisé de bout en bout, le Barça a battu un Valence bien pâle. Une performance à sans doute mettre au crédit d’un adversaire avec la tête ailleurs, mais aussi aux changements qu’apporte le nouveau milieu blaugrana. Des nouveaux visages capables de rendre ses lettres de noblesse à la salle des machines catalane, orpheline de Xavi et Iniesta ?

Quand le mental n’y est plus, rien ne sert de courir ? Valencia a essayé souvent dans le vent d’arrêter le bal qui se déroulait sous leur yeux, la tête ailleurs. Le Barça en a profité pour dérouler avec un milieu nouvelle génération qui pourrait bien transformé cette équipe.

Un Valence réellement en dedans ? 

Difficile de quantifier le degré de détachement des joueurs Ché dans cette rencontre liée à la perte de leur entraîneur en début de semaine. Aucun joueur n’a été autorisé à s’exprimer après la rencontre laissant au seul Celades cette mission (obligatoire en ce qui le concerne). Lâché aux fauves par son nouveau président il faut bien le dire, le nouvel entraîneur novice dans le fait de gérer un tel incendie a fait comme il a pu pour calmer le jeu après la déroute mais n’a pas menti sur l’impact que le départ de son prédécesseur à pu avoir sur ses joueurs en désaccord avec cette décision :  » les footballeurs sont des êtres humains et c’est normal qu’ils soient affectés c’est compréhensible« . Une aveux honnête bien que teinté d’optimisme par la suite sur son envie de voir son groupe donner le meilleur et notamment en Ligue des Champions.

Kevin Gameiro of Valencia CF during the Liga match between FC Barcelon and Valence Club de Futbol on September 14, 2019 in Barcelona, Spain. (Photo by Pressinphoto/Icon Sport) – Kevin GAMEIRO – Camp Nou – Barcelone (Espagne)

Pourtant derrière les paroles du coach il y a la réalité du terrain : aucune équipe n’avait jamais mis cinq buts à une équipe de Marcelino. Sur le terrain encore le début de match des joueurs ché ne ressemblait en rien à ce qu’on connaissait sous l’ancien coach de Villarreal : un pressing absent ou presque, aucune pression sur le porteur du ballon laissant toute la liberté aux joueurs catalans de réciter leur football, une rébellion timide mais présente après le deuxième but encaissé mais une impression globale de lâcher prise a émané de ce collectif durant les 90 minutes. Plus que le mental certain ont offert une prestation individuelle en deça, notamment Guedes qui a mis ses coéquipiers en difficulté plus d’une fois par son manque d’intelligence de jeu plus que par son manque d’implication.

Barça, la révolution du milieu ? 

Une petite révolution est-elle en marche du côté du milieu de terrain blaugrana ? Ivan Rakitic l’homme de base de Ernesto Valverde a largement élu domicile sur le banc de touche depuis le début de saison. Une décision radicale quand on connait le rôle primordial du Croate dans l’ancien XI. Mais la concurrence a changé, la situation globale au Barça aussi. Le milieu de terrain est donc en pleine évolution tendant de plus en plus vers un trio Busquets – de Jong – Arthur. Les deux derniers cités sont apparus extrêmement à l’aise l’un avec l’autre hier soir. Sans cesse en mouvement ils ont offert un nombre incalculable de possibilités à leurs coéquipiers par leur intelligence de déplacement et leur projection quand nécessaire. À gauche au départ Arthur a évolué sur tout le front du milieu de terrain, de Jong lui a emboîté le pas permettant des permutations mettant en difficultés les joueurs de Valence.

En plus de ses permutations avec Arthur, donnant l’impression de parler le même football, de Jong a aussi apporté sans cesse le surnombre aidant son ailier Carles Perez à combiner. Avec un pourcentage de passes précises quasi parfait pour les deux joueurs, la statistique devient plus importante et surtout plus parlante lorsqu’elles contiennent un nombre important de passes clés. Sans cesse soucieux de combler l’espace vide afin d’offrir de nouvelles solutions et de compenser les déplacements de son compère dans un ballet qui semblait se dérouler les yeux fermés, les automatismes devrait offrir une belle marge de manœuvre aux deux joueurs notamment au moment d’épauler Busquets en phase de perte. Une nouvelle liberté pour un Arthur qui s’était ouvertement plaint cet été d’un rôle trop étriqué.

Quid des latéraux ?

Semedo et Jordi Alba restent le point d’interrogation de ce nouveau milieu tout terrain. Toujours aussi à l’aise dans les transitions offensives offrant à son équipe les meilleurs solutions à la relance et se déplaçant intelligemment, Semedo est apparu beaucoup plus timoré offensivement notamment en première période. Est-il le nouveau gage de l’équilibre? Avec un Sergi Roberto disponible et entré en cours de match contre Osasuna offrant de meilleurs solutions que Semedo, Valverde a pourtant choisi le Portugais pour son XI contre Valence. Plus sur défensivement et bien plus complémentaire de Piqué, Ernesto Valverde semble privilégier cette solution. Une fois le match avancé et le score bouclé, Semedo n’a eu aucun mal se projeter offrant lui aussi des solutions a Carles Perez en repiquant vers l’axe.

Jordi Alba of FC Barcelona during the Liga match between FC Barcelona and Real Betis on August 25, 2019 in Barcelona, Spain. (Photo by Pressinphoto/Icon Sport)

De l’autre côté Jordi Alba a été loin d’être le Jordi virevoltant. D’une façon un peu similaire à un passé pas si lointain avec Neymar, l’ancien de Valence ne semble pas être dans les meilleurs disposions avec Ansu Fati devant lui. Incapable de varier ses offensives et perturbé par les nouveaux déplacement d’Arthur, il n’a jamais été en mesure de peser réellement dans la continuité. Ajouté à cela un placement plus que douteux sur le but de Gameiro et vous obtiendrez un Jordi Alba qui semble mal à l’aise dans cette nouvelle configuration. Le besoin de se renouveler semble bien là pour le natif de l’Hospitalet au risque de voir Junio Firpo entrer dans la danse. Après tout Ernesto Valverde semble bien être sur la voie du changement.

Tracy RODRIGO

@tracy_rdg

Commentaires