Liga – La démonstration du Barça, Benzema et un petit jeune : El once de Furialiga (J2)

0

Cette seconde journée de Liga porte le sceau de la victoire large du Barça sur un Betis sans idées ni défense. Logiquement, les Catalans sont donc bien représentés dans le onze de la journée mais les victoires du Celta, de Seville et la bonne impression laissée par Valladolid sont là. 

Jan Oblak (Atletico de Madrid) : Dans un match où les Madrilènes auront beaucoup subi, Jan a encore une fois été au niveau. Solide sur chaque intervention, jamais à la limite, le Slovène a tenu la baraque avant que la magie de João Felix fasse le reste. Sa parade sur un coup franc illustre bien le niveau déjà stratosphérique du mur Jan Oblak.

Jordi Alba (Barcelone) : Dans la domination sans partage du Barça face au Betis, Jordi aura pu se porter régulièrement dans la zone qu’il préfère : la surface adverse. Souvent très bien lancé, il aura montré de belles choses et a même ouvert son compteur but en Liga.

Mohammed Salisu (Real Valladolid) : Avec le départ de Fernando Calero à l’Espanyol, le jeune défenseur de 20 ans a été propulsé titulaire dans le défense Pucela. Après une première réussie, le jeune ghanéen découvrait la grandeur d’un Santiago Bernabeu qui devait faire qu’une bouché de Valladolid. Oui mais voilà, Salisu a été au niveau et a été le symbole d’une équipe qui a su souffrir et faire preuve de courage pour ramener un bon nul de ce déplacement périlleux. Mohammed Salisu, un nom à cocher pour la suite de la saison.

Joseph Aidoo (Celta Vigo) : Il était dans les recrues phares du côte du Celta Vigo. Le central arrivé de Genk en Belgique devait apporter de la stabilité dans une défense rarement au niveau. Face à Valence, le Ghanéen a livré une performance de haut vol régnant dans les airs et intéressant à la relance. Joseph semble réussir son acclimatation en Espagne.

Kevin Vazquez (Celta Vigo) : Dans le très bon match du Celta face à Valence, Kevin, latéral droit de son état aura été très intéressant. Malgré un style facilement reconnaissable et monocorde, il n’aura jamais pu être ceinturé par Valence. Solide dans les duels mais aussi très intéressant offensivement, il semble enfin promis à gouter avec beaucoup plus régularité à la Liga.

Sergio Busquets (Barça) : Le Barça aura dominé facilement le Betis, et Busquets a été un des grands hommes de cette victoire à domicile. Proche de la surface adverse, le milieu catalan a pu défendre en avançant, une situation qui lui permet d’étaler toute sa science tactique et technique. Impliqué directement sur deux buts, il aura presque à lui tout seul annihilé totalement le milieu du Betis. Quand Sergio est comme ça, il ne peut rien arriver au Barça.

Joan Jordan (Sevilla) : Le Seville de Julen Lopetegui se met doucement en place. Les phases intéressantes manquent de continuité mais la patte de l’ancien sélectionneur national est clairement visible. Peu de recrues estivales sont déjà au niveau, sauf une, qui fait déjà l’unanimité : Joan Jordan. Le transfuge d’Eibar est déjà la référence au milieu de terrain, capable de tout faire et dans un style british il est la solution à tous les problèmes qui peuvent subvenir en match. Une intégration rapide et réussie pour un nom déjà connu en Espagne.

Carles Perez (Barça) : Titulaire en lieu et place d’Ousmane Dembélé malgré les absences, Carles aura été au niveau des attentes. Disponible, inspiré et surtout propre techniquement, il a fait beaucoup de bien au jeu offensif catalan. Mieux encore, il a gratifié l’assistance d’un superbe enchaînement pour accroitre la marque. La place du français est encore plus menacée.

Karim Benzema (Real Madrid) : La maison a été tenu en échec mais Benzema a encore prouvé qu’il était indispensable au Real Madrid. Dés qu’il bouge et dézone, le jeu des vikingos gagne en consistance et les offensives sont bien plus dangereuses. Auteur d’un enchainement de classe, il a ouvert la marque avant d’assister à l’égalisation de Valladolid en fin de rencontre. Les forces du Real sont les mêmes que la saison passées, ses faiblesses aussi.

Antoine Griezmann (Barça) : L’absence de Messi et Luis Suarez conjuguées avec la défaite inaugurale du Barça ont rajouté une pression énorme sur les épaules du Français pour sa première au Camp Nou avec ses nouvelles couleurs. Mené rapidement, le Barça a pourtant trouvé un nouveau sauveur en la personne d’Antoine Griezmann. D’abord à la conclusion d’un superbe service de Sergi Roberto, l’ancien de l’Atleti a redonné l’avantage aux siens d’une superbe frappe ensuite. Au terme d’une célébration magnifique, Grizou a clairement soigné sa première dans son nouveau jardin.

Sergi Guardiola (Valladolid) : Le club de Pucela s’est souvent contenté de défendre et l’ouverture du score du Real semblé condamner le maigre espoir de ramener un point de ce déplacement. Sauf que voilà, au terme d’un numéro magnifique d’Oscar Plano, Sergi a planté une banderille magnifique qui a fait exulté tout un peuple. Se contentant de jouer des coudes sur des ballons compliqués la majorité du match, Sergi Gardiola a marqué un des buts les plus importants de sa carrière, et c’est mérité pour un garçon qui a beaucoup bourlingué avant de découvrir la Liga.

Commentaires