Liga / Tactique / Getafe 1-1 Athletic : Des styles de jeu ne permettant qu’un nul

0
Un match compliqué pour Getafe comme pour l'Athletic, pas de grosse surprise avec ce match nul [Crédits : RTVE]

« Tactiquement c’est l’un des matchs les plus difficiles de l’année » avait justement averti Gaizka Garitano avant la rencontre. L’entraîneur de l’Athletic Club sait de quoi il parle puisqu’il s’était incliné sur cette pelouse du Coliseum la saison dernière, par un but à zéro. Mais cette année, les choses sont différentes. Les Basques se sont métamorphosés depuis cette défaite et savent comment aborder ce match. Mais du côté des hommes de José Bordalás, la préparation a également été actualisée. Retour sur les éléments clefs de ce match nul, qui satisfait autant qu’il ne surprend personne.

Au niveau du dispositif, l’Athletic part avec la même équipe que celle qui a été alignée face au Barça (victoire 1-0 à San Mamés, ndlr), à une exception près. Le milieu de terrain Unai López, pourtant convainquant face aux Catalans, est remplacé par Beñat.
Du côté des Azulones, davantage de changements. L’équipe qui s’était inclinée courageusement sur la pelouse de l’Atletico Madrid (1-0, ndlr) apporte de la nouveauté. Raúl García Carnero prend la place de Bruno en défense central, Maksimovic revient et Enric Gallego termine le 4-4-2 à la place de Molina.

Djené, ne pas laisser d’espace à Williams

Il y a un peu moins de deux ans, la mission des défenseurs opposés à l’Athletic était de surveiller en permanence Aduriz, d’être toujours à deux autour de lui pour ne jamais lui laisser la possibilité d’armer une tête, par exemple. Mais maintenant, la menace est bien différente. Plus agile, plus imposante, mais surtout plus rapide… Elle porte le nom d’Iñaki Williams, un joueur à qui il ne faut surtout pas laisser d’espace, au risque de se retrouver laissé sur place.

Cette mission de pression a été donnée à Djené, un défenseur central de 27 ans. Pas des plus grands (1m78), le Togolais ne se laisse pas impressionner. Footballeur costaud mais aussi rapide, il a réussi à contenir la panthère basque, qui a fini par manquer d’espace. Contraint à attendre que la balle vienne à lui, Williams n’a pas su être dangereux sur la pelouse de Getafe. Une aubaine pour le gardien David Soria, qui ne s’est pas retrouvé seul en duel face au natif de Bilbao.

Cucurella, assurer pression offensive et repli défensif

Déjà auteur d’une très belle saison dans les rangs de la SD Eibar, Marc Cucurella poursuit son aventure en Liga, cette fois dans les rangs de Getafe. Jouant sur toute la bande gauche, Cucurella a été un rival de taille pour l’arrière droit de l’Athletic, Ander Capa. Ces deux joueurs au style de jeu technique ne savent pas rester cantonnés en défense, et c’est d’ailleurs ce que leurs entraineurs respectifs leur demandent de faire. Toujours en quête d’une contre-attaque, le joueur appartenant au Barça a été une menace de taille pour les milieux de terrain comme pour la défense de l’Athletic.

En défense, Marc Cucurella ne se laisse pas surprendre et c’est la pression qu’il exerce en continue qui a compliqué les différents essais d’Ander Capa. C’est d’ailleurs lorsque Cucurella a quitté son aile gauche que le joueur de l’Athletic a réussi son centre précis pour Raúl García Escudero, unique buteur des Leones. L’ancien joueur d’Eibar prendra sa revanche 6 minutes plus tard, avec un puissant centre – face à Capa – pour permettre à Jaime Mata d’égaliser.

Garitano, un passage en 4-3-3 convainquant

Sous les fortes chaleurs madrilènes, l’équipe de Gaizka Garitano n’a pas été des plus dangereuses offensivement. Pour changer cela, et peut-être espérer libérer de l’espace pour Iñaki Williams, l’entraineur a changé ses plans en faisant rentrer Aritz Aduriz. Ce changement, transformant son 4-2-3-1 en 4-3-3, a permis aux Basques de prendre un semblant d’avantage offensif sur cette fin de match. Aduriz en pointe, accompagné du jeune Gaizka Larrazabal et de Williams sur les ailes a d’ailleurs compliqué le travail de Djené. Mais ça n’a pas été suffisant pour prendre le contrôle de la rencontre au tableau d’affichage.

Certains choix de Garitano ont ainsi été critiqués. Notamment l’absence d’Unai López, remplacé par un Beñat qui n’a pas apporté suffisamment dans ce match. La rentrée de San José en toute fin de match, condamnant Iker Muniain à quitter la pelouse, n’a guère été comprise par les fans. Il ne fait plus aucun doute que le milieu de terrain, star sous Bielsa et Valverde, ne fait plus l’unanimité chez les socios de l’Athletic.

Un match nul logique et accepté

L’Athletic comme Getafe n’ont pas convaincus par leur travail offensif. Si les Basques ont cruellement manqué d’occasions de faire trembler les filets, les Azulones ont déçu par leur manque de précision. Jaime Mata a eu de la chance qu’Unai Simón n’ait pas su fermer ses jambes sur le but égalisateur. Sans pour autant cadrer sa frappe, Cucurella a impressionné par son puissant tir, frappé depuis les 35 mètres et étant passé à quelques centimètres au-dessus des cages bilbayennes.

Getafe ne connait donc toujours pas la victoire depuis le début de la saison mais peut se vanter de conserver un style de jeu compliqué pour chacun de ses adversaires. De son côté, l’Athletic de Garitano est satisfait de sa prestation au Coliseum : « Nous aurions aimé gagner ce match, mais le nul est logique, nous devons en être content ».

Jérémy Lequatre-Garat
@Euskarade


 

Commentaires