Cameroun – Karl Toko Ekambi, la digestion difficile d’un nouveau statut

0
Karl Toko Ekambi à Villarreal
Crédits : Eurosport

Lors de sa présentation en juillet dernier, l’arrivée de Karl Toko Ekambi à Villarreal faisait sens pour de nombreuses raisons. Ce nouveau pays, ce gros transfert et ce statut important devaient permettre au parisien d’exploser et de confirmer son talent aperçu à Sochaux ou Angers. Sauf que voilà, entre marasme sportif et difficulté d’adaptation, KTE a eu du mal a répondre aux attentes avant de bien finir la saison. Actuellement à la CAN avec le Cameroun, le buteur doit faire le plein de confiance.

Auréolé d’un titre de meilleur africain de L1 et après avoir refusé un départ lors de l’hiver 2018 pour maintenir Angers en L1, Karl Toko Ekambi débarque donc en Liga à l’été 2019 pour un montant conséquent. Le sous marin jaune a dépensé près de 18 millions pour s’arracher les services du buteur. Après avoir lâché 20 millions pour Gérard Moreno, le club loué pour sa politique de formation casse ses codes et investi massivement pour franchir un pallier. Le 442 modulable en 4312 de Calleja a sur le papier une doublette plus qu’intéressante. Sauf que comme bien souvent dans le foot, rien ne se passe comme prévu.

KTE et la difficile confirmation

Le buteur camerounais a une histoire particulière avec le football. À l’âge où les footballeurs rejoignent des centres de formation, lui a décidé de tout quitter pour jouer au futsal. Le monde pro n’était clairement pas dans ses plans et c’est la pression familiale qui l’a poussé à rechausser les crampons au Paris FC. Tout va alors très vite s’enchaîner pour le Parisien. En 2014, il joue en National puis il rejoint Sochaux en L2 puis Angers en L1 avant d’atterrir à Villarreal en 2018. A chaque fois, il se met très vite au niveau et explose. Buteur régulier, Toko Ekambi ne fait que rarement la une des médias. Homme de devoir avec un bon touché de balle, il ne ressemble pas a un footballeur moderne. Pourtant, Villarreal croit énormément en son buteur.

En marge de sa présentation à l’été 2018 il s’était confié sur les raisons de son arrivée. « Évidemment, j’avais d’autres offres, des offres de grands clubs, mais Villarreal avait déjà fait un gros effort pour moi, je pense que c’est le meilleur projet et c’est pourquoi je suis heureux que tout ait été bouclé si rapidement« . Un transfert qui tombe à pique pour le buteur qui clamait depuis un moment son envie d’étranger. Après avoir reçu le prix Marc Vivien Foe il avait notamment déclaré : « J’ai fait deux saisons à Angers. J’y ai vécu de belles aventures. Maintenant, j’aspire à goûter au haut niveau européen, que ce soit en France ou à l’étranger. »

KTE à Villarreal
Crédits : Orange football club

Karl Toko Ekambi se met la pression, peut être même trop ! Entre le prix de son transfert et ses déclarations, les attentes sont fortes autour du buteur. Surtout que le Camerounais réussi une très bonne pré-saison ce qui alimente encore plus la hype autour de lui. Pourtant, dés que le coup d’envoi de la Liga est donné, KTE ne confirme pas. Pire il déçoit même fortement. Son premier but il le marque lors de la 6e journée avant d’en marquer un deuxième deux journées plus tard. Cependant, son apport sur le terrain est toujours insuffisant et le jeu de Villarreal inquiète.

Tomber au plus bas pour enfin rebondir 

Lors de la 19e journée face à Getafe, Karl Toko Ekambi va toucher le fond. Javi Calleja, l’homme qui a recruté et fait confiance au buteur en début de saison est démis de ses fonction. Luis Garcia Plaza et son approche très défensive ont été nommé pour remettre à flot le sous-marin jaune. L’équipe n’y arrive pas en Liga mais s’est assurée une place en seizièmes de finale de Ligue Europa. Dans le jeu, KTE ne convient toujours pas et n’a plus marqué depuis cette fameuse 8e journée. Le compteur bloqué à 2 réalisations en Liga, face aux Azulones, le camerounais va tenter de désamorcer cette mauvaise passe. Alors que Santi Cazorla est le tireur de penalty attitré, l’ancien d’Angers prend le ballon et s’élance. Il le rate et Villarreal perd encore un match.

Pas habitué à faire ce genre de vague, Karl Toko Ekambi fait enrager son coach qui se lâche sur son buteur en conférence de presse. Cependant, comme à son habitude, le parisien ne se prend pas la tête. Lors de la journée suivante, face à l’Athletic, c’est lui qui va ouvrir la marque. Mais le sous-marin ne relève pas la tête et Luis Garcia Plaza est mis dehors un mois après sa nomination. Javi Calleja est rappelé à la rescousse. Ce retour va faire un bien fou au club et surtout à l’ancien d’Angers qui va enfin retrouver un haut niveau de performance.

Dés son retour, l’ex-ancien entraîneur met sur pied un 352 avec KTE et Moreno devant. Plus solide défensivement, Villarreal ne perd plus et surtout encaisse moins de but. Cependant, devant il manque encore les buts. Le retour de Chuckwueze dans le onze titulaire va permettre de générer une instabilité salvatrice pour l’équipe. KTE a plus d’espace et peut évoluer sur le côté pour rentrer dans la surface. Entre la 24e journée et la fin du championnat, Villarreal va assurer son maintien assez facilement avec notamment des matchs fous comme face au Barça. D’un point de vu personnel, le camerounais va trouver le chemin des filets 7 fois sur ce même période.

Actuellement en Egypte pour la CAN, le camerounais va mieux et semble enfin en capacité d’assumer son statut de buteur référence à Villarreal. De quoi prendre la suite de Bakambu ? Probablement. Surtout que comme Karl Toko Ekambi l’avait confié à son arrivée, les deux hommes se connaissent bien. « Cédric et moi sommes amis depuis l’enfance, il m’a parlé de manière phénoménale à propos du club et j’ai bien sûr de très bonnes références ». Cette saison, malgré les atermoiements et les difficultés sportives, KTE aura tout de même réussi à marquer 10 buts en Liga et 18 toutes compétitions confondues. Mieux encore, en marquant un quadruplé record en Copa Del Rey. Après cette saison forte en apprentissage, le buteur de bientôt 27 ans a encore confirmé tout son talent à un niveau supérieur.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires