Vinícius Jr, Cucurella, Chukwueze : Le XI des révélations de la saison 2018-2019

0

Il n’y a pas d’âge pour se révéler ! Parmi les jeunes pousses du XI des révélations 2018-2019 de ¡Furia Liga! figurent aussi des joueurs qui ont patiemment attendu que leur heure arrive. 

Jordi Masip (Real Valladolid)

Pour sa première saison en Liga, le gardien formé au Barça a montré qu’il était largement capable de tenir la pression dans une équipe sous tension jusqu’à la 37e journée pour son maintien.

A LIRE : En or Masip

Pedro Porro (Girona FC) 

Certes, Girona est descendu mais le jeune latéral droit a été une très grande satisfaction chez les Catalans. Succéder à Pablo Maffeo n’était pas chose aisée. La carrière de Porro devrait s’inscrire en Liga dans les prochaines semaines et il sera très demandé.

Fernando Calero (Real Valladolid)

A 23 ans, le défenseur central a été un des cadres de l’équipe promue. Il est devenu en l’espace de quelques mois l’une des valeurs sûres de Liga. Reste à savoir s’il restera dans le club de sa ville ou s’il ira voir plus haut dès cet été.

Kenneth Omeruo (CD Leganés)

Les Pepineros sont réputés pour leur assise défensive et entre Unai Bustinza et Dimitrios Siovas, le Nigérian au prénom suédois s’est fait une place de choix. Prêté par Chelsea, le Super Eagle mériterait d’être revu une saison supplémentaire du côté de Butarque.

Sergio Reguilón (Real Madrid)

Lancé par Santiago Solari pour remplacé un Marcelo à la dérive, le latéral gauche a gagné ses galons de titulaire mais le retour de Zinedine Zidane a complètement changé la donne. L’avenir du canterano devrait s’inscrire hors de la Casa Blanca.

A LIRE : Reguilón, le relève de Marcelo ?

Marc Roca (RCD Espanyol)

La saison 2018-2019 a été celle des découvertes du côté des Pericos. Le milieu défensif de 22 ans a brillé par sa capacité à orienter le jeu et à constituer un milieu de grande qualité avec Óscar Melendo.

Óscar Melendo (RCD Espanyol)

Capable de jouer au milieu ou en attaque, principalement dans l’axe et à droite, le joueur de 21 ans a déjà l’étoffe d’une future référence de Liga. Une belle entrée en matière conclue avec 5 passes décisives.

A LIRE : Melendo, d’un but contre le Barça à facteur X de l’Espanyol

Marc Cucurella (SD Éibar)

Le latéral du Barça B s’est mué en ailier sous les ordres de José Luis Mendilibar, « Cucu » a étonné par son implication de tous les instants au sein d’une équipe complète tactiquement. Éibar a levé l’option d’achat et on attend la décision des Blaugranas de le rapatrier ou non dès cet été.

A LIRE – Cucurella, le latéral du Barça devenu ailier à Éibar

Samuel Chukwueze (Villarreal CF)

Certes, il peut paraître parfois brouillon mais le Nigérian a été une véritable bouffé d’oxygène pour les Groguets qui ont connu une saison des plus pénibles. En fin de contrat, l’ailier cherche un point de chute et on ne se fait pas trop de souci pour lui.

A LIRE – Chukwueze, le petit Robben a déjà tout d’un grand / L’envol de l’aigle buteur

Vinicius Jr (Real Madrid)

Cette saison, les satisfactions sont venues de la jeunesse du côté des Vikingos. Santiago Solari a donné sa confiance au jeune Brésilien qui lui a très bien rendu. Virevoltant et décisif, Vinicius a démontré qu’il avait un grand potentiel. Sa blessure contre l’Ajax a stoppé sa courbe ascendante mais il est devenu l’un des joueurs frissons de cette Liga.

A LIRE – Vinícius Jr, un pari sur l’avenir / Et Vinícius Jr ne fit (presque) plus rire personne

Borja Iglesias (RCD Espanyol)

Remplacer Gerard Moreno n’était pas chose facile, surtout quand on sait que le Panda n’avait pas de référence au plus haut niveau. Arrivé en provenance du Celta pour 10M€, Iglesias a été le fer de lance des Pericos qui ont accroché une belle place en Ligue Europa. 17 buts et 3 passes décisives : et si on le voyait bientôt avec la Roja ?

A LIRE – Borja Iglesias prêche par le but / Le panda qui cartonne en Liga

Entraîneur : Rubi (Espanyol) 

Quand Rubi est arrivé chez les Pericos, il était à peine auréolé d’une montée en Liga avec Huesca. Déjà passé par la Primera, c’est pourtant cette saison qu’il s’est imposé à la tête d’un projet. Si l’Espanyol a mal digéré son très beau début d’exercice, le rush final a permis au club de Cornellà-El Prat d’accrocher l’Europe. Un retour qui devrait se faire pourtant sans Rubi, annoncé au Betis.

À LIRE : Rubi, le nouveau joyau catalan

 

Commentaires