De Séville à Arsenal : Unai Emery et Denis Suárez si proches et pourtant si éloignés

0

En 2015, Denis Suárez et Unai Emery disputaient une finale de Ligue Europa ensemble avec Séville. Le jeune espagnol était alors une promesse. Quatre ans plus tard, les deux hommes se retrouvent dans la même situation. Et comme en 2015, Suárez ne sera pas de la fête, la faute à une blessure et une méforme générale. Entre ces deux matches, les deux hommes ont eu des destins bien différents, avant de se recroiser sans vraiment se retrouver.

Le 27 mai 2015, Séville s’apprête à remettre son titre en jeu face au Dnipro Dnipropetrovsk en finale de Ligue Europa. Sur le banc un petit bonhomme qui suscite de la curiosité et beaucoup d’attentes : Denis Suárez. Passé par City et le Barça B, Denis doit être l’avenir au milieu en Espagne. À chaque fois qu’il joue, l’Espagnol est intéressant ce qui alimente sa hype. Sur le banc, Unai Emery est en passe de devenir une légende à Séville. Après des expériences mitigées avec Valence et le Spartak Moscou, le mister a remis l’équipe andalouse sur le droit chemin et l’a conduit vers le succès. Le tandem avec Monchi fonctionne bien et le club s’apprête à écrire l’histoire.

L’aller face au Zenit en symbole

Lors de sa signature en juillet 2014 à Séville, on ne sait pas trop ce que Denis Suárez peut apporter à court terme au club. On sait simplement que c’est un choix de Monchi, que le milieu sort d’une belle saison au Barça B et qu’il arrive en prêt. Il vient pour étoffer l’effectif en qualité et en quantité en échange d’un investissement très minime du club financièrement. Emery a amené le club au succès en 2014 en soulevant la Ligue Europa quelques mois après son arrivée mais doit composer avec les départs conséquents de Negredo ou encore Jesus Navas. Un garçon comme Denis Suárez semble être une superbe pioche.

Denis est très vite lancé dans le grand bain et sera notamment titulaire face au Real lors de la Supercoupe de l’UEFA perdue par Séville. Il est aussi titulaire lors des 4 premières journées de Liga de cette saison 2014-2015 et il offre même deux passes décisives. Il participe activement au bon début de championnat de Séville alors qu’il est bien plus souvent sur le banc en Ligue Europa. Tout bascule pourtant après la 14e journée. Denis Suárez se retrouve alors bien plus souvent sur le banc et doit se contenter de tenir un rôle de super sub. Sur les 13 premiers matchs de Liga, l’ancien de City n’aura débuté que 2 fois sur le banc en étant plus qu’intéressant. Sur les 25 autres matchs ? Denis en débutera seulement 6 dans la peau d’un titulaire.

En l’espace d’un mois, entre mars et avril, Denis Suárez va pourtant apporter son aide active à réalisation du doublé. Tout d’abord lors du retour face à Villarreal, alors que Denis ne joue que 10 minutes. Son équipe mène de 2 buts sur l’ensemble des deux matchs et Suarez trouve le moyen de faire trembler les filets pour alourdir ce score. Un mois plus tard, lors de la réception du Zénith à l’aller, son apport sera encore plus notable. À la mi-temps, Séville est mené 1-0 et ne fait pas superbe impression. Emery va alors comme à son habitude en Ligue Europa réussir un coup de maître qui va relancer son équipe.

Pour la deuxième mi-temps, Denis Suárez remplace donc Coke et M’Bia, Iborra. À la 73e, Bacca égalise. 15 minutes plus tard, M’Bia remet de la tête un ballon pour Denis Suarez qui arme et fait trembler les filets. Séville l’emporte et fera match nul en Russie. Le milieu va plier bagage en fin de saison. L’histoire entre les deux hommes prend fin juste quelques temps.

Unai Emery et Denis Suárez, en quête d’un nouveau statut

Après avoir disputé 46 matchs avec Séville en une saison, Denis Suárez rentre brièvement à Barcelone mais est vendu avec option d’achat à Villarreal dans la foulée. Le changement est total pour le petit milieu de terrain habitué à jouer faux 9 en jeune devenu maintenant un ailier de bonne qualité. À Séville, tout est bouillant autour du club et la pression médiatique est importante. Villarreal ne suscite pas cette agitation et reste un club très familial où tout se passe tranquillement.

Contrairement à Séville, sous les ordres de Marcelino, Denis Suárez ne débute pas dans la peau d’un titulaire. Tout d’abord le milieu habitué à jouir d’une certaine liberté doit apprendre les rudiments du 4-4-2 d’un technicien à cheval sur les détails. Dans ce nouveau schéma, Denis Suárez doit faire des différences mais aussi maintenir l’équilibre si cher à Marcelino. Dans un certain cocon, l’Espagnol va devenir un titulaire indiscutable sous les ordres de l’actuel technicien de Valence. Dans le même temps, Emery confirme qu’il est le maître des matchs aller/retour en Ligue Europa mais a dû mal à suivre le rythme en Liga. Denis Suárez ne croise pas la route de son ancien mister mais joue tout de même une demi finale face à Liverpool qui sera perdue par le Sous-marin jaune.

L’été 2016, le temps du changement de dimension des deux hommes est acté

Fin mai 2016, Unai Emery ramène une 3e Ligue Europa consécutive au Pizjuan en disposant du bourreau de Villarreal. Dans le même temps, Denis Suárez dispute son premier et seul match officiel avec la Roja et est racheté par le Barça. Les Catalans voient grand pour le petit milieu de terrain formé au Celta. Habitué à changer de numéro à chaque changement de club, Denis Suarez hérite du mythique 6 de Xavi chez les Blaugrana. On lui donne prête même une filiation avec Andres Iniesta.

Dans le même temps, Unai Emery est présenté en grande pompe au PSG. Les Parisiens viennent de se séparer de Laurent Blanc et veulent conquérir la Ligue des champions. Dans le même temps, l’ancien de Valence et Séville veut prouver à la planète foot qu’il peut faire mieux que l’Europa League. Les deux hommes sont en train de changer de paradigme et devront confirmer leurs prédispositions.

Crédits : FC Barcelona

Après avoir joué deux saisons à plus de 40 matchs mais en ayant augmenté son temps de jeu global de près de 1000 minutes, le passage au Barça marque un coup d’arrêt pour Denis Suárez. On ne lui donne pas assez sa chance mais en même temps, il tarde aussi à réellement confirmer les prédisposions aperçues à Séville, au Celta ou au Barça et confirmées à Villarreal. Les équipements semblent lourds et il n’a pas vraiment la confiance d’Ernesto Valverde qui n’est pas un grand fan de la jeunesse. Pourtant à ses débuts sous Luis Enrique, Denis Suárez joue régulièrement en Liga. C’est bien simple, en une saison avec l’ancien mister du Celta il va jouer un nombre de matchs et de minutes similaires que sous Valverde en l’espace de deux saison et demi.

A lire : Denis Suárez n’a plus le temps !

Dans le même temps, Unai Emery ne fait pas vraiment l’unanimité en France. Son accent est moqué mais il reste souverain nationalement. Cependant lui et le club ne passent pas de palier en Europe. Alors dans deux pays différents, Denis Suárez et Unai Emery vont pourtant se retrouver le temps de deux rencontres. Le PSG et Barça vont s’affronter en huitièmes de finale de Ligue des champions en 2017. Le technicien basque va battre largement 4-0 les Catalans alors que Denis Suarez reste sur le banc l’intégralité de la rencontre. Un match qui doit lancer l’histoire du PSG en LDC et celle d’Emery en même temps. Au retour, Denis Suarez est en tribune et le Barça écrase largement le Barça. Unai Emery et son club deviennent la risée de l’Europe du foot. Plus rien ne sera pareil pour le Basque en France qui sera par la suite quelque peu poussé vers la sortie.

Des retrouvailles sans joie et un Denis Suarez qui s’enfonce de plus en plus 

À l’été 2018, Unai Emery et Denis Suárez sont poussés vers la sortie. Le Basque retrouve rapidement un club en prenant la suite d’un Arsène Wenger sur le départ à Arsenal. Un grand défi et pas vraiment un retour en arrière pour Unai qui retrouve un championnat relevé et un club profondément marqué par la trace d’un homme. De son côté, Denis est annoncé partout mais une blessure bloque son départ. Le milieu devra attendre l’hiver pour un départ et n’est pas du tout dans les plus de Valverde.

De septembre à décembre 2018, Denis Suarez ne joue que 17 minutes en Liga et à peine 40 toutes compétitions confondues. De son côté, Unai Emery après des débuts plus que compliqués avec deux défaites concédées pour ses deux premiers matchs de PL remonte la pente et accroche son club au wagon de la Ligue des champions. Fin janvier 2019, le destin des deux hommes va encore une fois être lié. Dans le top 5 de la PL mais après avoir concédé des éliminations prématurées en League Cup et en FA Cup, Emery retrouve Denis Suárez encore une fois en prêt. Le milieu a peu joué et est complètement à court de rythme, mais l’ancien de Séville le connait et pense être en capacité de le relancer. Surtout que Arsenal joue la Ligue Europa, une compétition où Denis Suarez a déjà rendu de fiers services au Basque en supersub.

 

Crédits : La nouvelle Gazette

Après une première apparition en dessous des attentes, Emery prend la défense de Denis Suarez en expliquant plusieurs choses. «  Ses premières minutes avec nous n’ont pas été bonnes. Cette semaine, il a travaillé seul lundi avec le staff. Hier et aujourd’hui, il a montré qu’il commençait à s’adapter. C’est mieux que la semaine dernière. J’espère qu’il va continuer à s’améliorer chaque jour. Ensuite, il pourra montrer dans les prochains matches comment il peut nous aider ». Sauf que voilà, un mois après cette première totalement ratée, Denis disparait des radars sans avoir débuté un match. Après deux matchs sur le banc en championnat, il se blesse même à l’aine et rentre se soigner à Barcelone sans n’avoir rien pu montrer ni se relancer. Une saison pour rien de nouveau pour Denis Suarez qui a maintenant 25 ans.

De son côté, Unai Emery va une nouvelle fois faire parler sa magie en Ligue Europa mais va quelque peu décevoir en PL. Après être passé brièvement 3e le temps d’une journée, Arsenal finit le championnat 5e et donc hors de la zone Champion’s. Dans le même temps, le club élimine notamment Rennes ou encore Valence en Ligue Europa et s’offre le droit de rêver d’un premier titre européen dans la compétition favorite de son mister.

Et maintenant ? 

Il ne fait aucun doute qu’Unai Emery a franchi un palier depuis son départ de Séville. Cependant, il est cocasse de le voir encore performer de la sorte en Ligue Europa après des échecs cuisants en Ligue des champions alors qu’il a toujours voulu montrer qu’il pouvait faire mieux. Sa gestion de l’après Wenger est quand même une réussite, quand on la compare à la gestion de Manchester United pour l’après Sir Alex Ferguson notamment. Qualificatif pour la Ligue des champions, ce titre est vital pour Arsenal et Unai Emery. Le premier peut-être en déficit structurel sans la coupe aux grandes oreilles, le deuxième doit montrer sa force en Ligue des champions pour enfin s’émanciper de cette étiquette de « Mister Ligue Europa ».

De son côté, Denis Suárez est dans une impasse. Pourtant dans un environnement sain, le milieu n’a jamais pu confirmer les attentes placées en lui lors de sa signature au Barça. Bien sûr il n’est pas le seul fautif, mais il faut aussi mettre en exergue que l’ancien du Celta a confirmé sur une saison entière seulement dans le tranquille club de Villarreal. De nouveau sur le marché, le milieu de terrain devra sûrement choisir un club dans la même veine que le Sous marin jaune pour retrouver des sensations et surtout une continuité salutaire pour un joueur polyvalent et surtout très talentueux. Avant qui sait, de retrouver Unai Emery pour l’aider dans sa quête de légitimité au plus haut niveau ?

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

 

 

 

Commentaires