Liga – Borja Iglesias, le panda qui cartonne en Liga

0

Curiosité du mercato estival de l’Espanyol, Borja Iglesias arrivait avec l’étiquette de remplaçant de Gerard Moreno. Une arrivée qui a donc suscité énormément d’attente autour d’un buteur arrivé pour près de 10 millions d’euros après une bonne saison en Segunda. Dans le renouvellement de cycle voulu par la direction et mis en marche par Rubi, Borja Iglesias va très vite performer. Entre opportunisme et appel tranchant, Borja a fait oublier Moreno et a été déterminant dans le retour en Europe de l’Espanyol. Retour sur la belle saison du panda avec les Pericos.

Lors de son arrivée, l’aficion de l’Espanyol est dubitatif. Les Catalans viennent de perdre Gérard Moreno, le Monsieur auteur de 40% des buts du clubs et pas mal d’autres titulaires comme Pau Lopez. Surtout que dans le même temps pas de noms clinquants à apposer dans la colonne des arrivés et un entraîneur méconnu. Borja Iglesias n’est pourtant pas un illustre inconnu. Après avoir enquillé les buts en Segunda B avec la B du Celta il a confirmé en Segunda avec Zaragoza et découvre donc la Liga pour ses 25 ans. Une révélation sur le tard pour un garçon farouchement attiré par le but et qui ne rechigne pas à faire les efforts. Bilan de la saison 2018-2019 d’un pion essentiel du système Rubi.

À lire : Borja Iglesias prêche par le but

Un buteur opportuniste qui rend service à tout le monde

Borja Iglesias c’est d’abord un physique. Le garçon est costaud, prend de la place et porte la barbe relativement longue. Pour faire simple, il ressemble à Kostas Mitroglou physiquement. Même sa façon de bouger rappel le buteur grec de l’OM. Cette saison cependant, le rendement de l’Espagnol est diamétralement opposé à celui du Grec. Référence offensive d’un Espanyol court à ce poste, Borja va valoriser le travail de tout un groupe. Pas le plus agile mais toujours déterminé à pousser le ballon au fond, l’ancien du Celta est un buteur opportuniste. Toujours là à roder pour valoriser un ballon mal renvoyé par la défense ou qui traine dans la surface, Borja va finir sa première saison en Liga avec 17 buts dans la musette en 37 matchs. Un rendement tout bonnement exceptionnel.

A lire : Borja Iglesias prêche par le but

Dès la deuxième journée, Borja ouvre son compteur but. Face à Valence pour son dépucelage en Liga, Borja lève les bras à la 68e en reprenant un ballon mal dégagé par le gardien suite à un face à face avec Leo Baptistao. Ce but tout en roublardise sera le premier d’une longue série en Liga. Dans le 4-3-3 de l’Espanyol Borja participe peu au jeu mais doit mettre au fond les ballons, coûte que coûte.

Dans la surface il rode, reprend de volé des centres à ras de terre et surtout devient une menace constante. Sa taille, près de 1m90 fait de lui un sacré client physique pour les défenses de Liga. Bien sûr, Borja Iglesias n’est pas juste un pousse ballon, il peut être lancé de plus loin et ajuster le gardien après une longue course. Il sait aussi faire parler la poudre hors de la surface comme face à Valladolid.

Cependant tout bascule après cette 12e journée face à Séville. Alors que l’Espanyol est à la surprise générale sur le podium de la Liga, les Catalans vont concéder une défaite qui va casser totalement la dynamique. Borja Iglesias reçoit moins de bons ballons. Il reste intéressant avec ses déviations et trouve encore le chemin des filets mais ils ne suffisent plus pour gagner des matchs. l’Espanyol patine, et se retrouve en deuxième partie de tableau. Rubi doit réagir et une arrivée inattendue va totalement relancer la machine tout en montrant une autre facette du jeu de Borja.

C’est l’histoire d’un panda et d’un Chinois …

Bien fourni qualitativement au milieu, l’effectif de l’Espanyol est défaillant devant. Sergio Garcia est performant mais commence à être âgé et physiquement un peu court. De l’autre côté Leo Baptistao se bat mais a un jeu qui génère plus de déchets que de danger. Alors que le mercato est proche de son terme, un étrange mouvement va faire un bien fou à l’Espanyol. Leo Baptistao se retrouve vendu à un club chinois et en échange, c’est la superstar offensive Wu Lei qui arrive. Ce deal éminemment politique va pourtant avoir des répercussions sportives très positive pour l’Espanyol.

Après des débuts timides, Wu Lei s’installe comme un titulaire indiscutable dans le 4-3-3 de Rubi. Le jeu s’améliore mais il manque encore quelque chose. Le mister va donc instaurer une deuxième modification avec le passage en 4-4-2 diamant. Associé à Wu Lei, on voit émerger un Borja Iglesias bien plus protagoniste avec le ballon. Bien aidé par Melendo en soutien, le duo s’entend très bien. Borja va finir la championnat avec deux doublés dont un face à l’Atletico.

L’Espanyol coiffe l’Athletic sur le poteau et termine le championnat à une 7e place qui est qualificative pour la Ligue Europa. Avec 17 buts dont 3 doublés, Borja Iglesias a été une des révélations en Liga mais surtout un des pions déterminants de la réussite de Rubi à l’Espanyol. Après cette saison pas très reposante, Borja peut souffler mais pas pour très longtemps. Avec une clause à 28 millions d’euros, il est certain que le buteur va de nouveau être courtisé cet été. Alors, nouveau défi ou continuité et compétition européenne pour l’ancien du Celta ?

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires