Barça – Espanyol / Wu Lei : Quand marketing, politique et sportif font bon ménage

0

Son arrivée avait fait beaucoup de bruit, depuis Wu Lei fait son trou presque tranquillement à l’Espanyol. Sauf qu’autour de ce transfert qui semble réussi, c’est toute une caravane marketing et médiatique qui s’est mise en mouvement. C’est bien simple, alors que Wu Lei passe ses journées à taper dans un ballon et à plutôt bien le faire on préfère parler de téléspectateurs, de ventes de maillots ou de partenariats. Sauf qu’on oublie beaucoup trop le sportif, mais alors derrière cette folie, Wu Lei sur le terrain, ça donne quoi en réalité ?

Ce sont des chiffres qui ressortent régulièrement depuis l’arrivée du Chinois à Barcelone. Ils étaient X millions devant les premières minutes de Wu Lei en Liga, ils étaient X millions devant le premier but de Wu Lei en Liga. En plus de ces informations qui n’apportent rien de nouveau, les médias généralistes ont aussi largement titré sur les maillots de l’Espanyol écoulés à vitesse grand V en Chine. Mais dans l’absolu, est-ce étonnant de voir le meilleur joueur de l’histoire de la Chine drainer derrière lui nombre de fans ? Pas vraiment. Sauf que là, en plus d’être une machine à cash Wu Lei cartonne aussi sportivement et ça surprend bien plus de monde. Retour sur les premiers pas sportifs de Wu Lei entre moqueries et résultats immédiats.

Wu Lei, déjà indispensable au jeu de l’Espanyol ? 

Lorsque le transfert est officialisé, la Chine explose de joie mais les suiveurs européens sont plus mesurés. L’Espanyol ne va pas bien, enchaîne les mauvaises performances et regardent de plus en plus vers la zone rouge. Surtout que cette arrivée pousse vers la sortie Leo Bapstistao qui signera en … Chine. Pas le meilleur, le Brésilien reste un bon joueur de championnat capable de faire quelques différences et marquer un petit nombre de buts. Alors que l’effectif des Pericos est plus que court, son départ conjugué à l’arrivée d’un joueur sans référence en Europe est logiquement inquiétant pour beaucoup. Sauf que rapidement, Wu Lei a montré qu’il était un footballeur de grand talent capable d’être au niveau tout de suite.

Titularisé souvent sur le côté gauche du 433 de Rubi, en lieu et place de Sergio Garcia blessé (Melendo occupant le flan droit), Wu Lei doit mettre de la folie dans une équipe en perdition. Malgré de la qualité surtout au milieu de terrain les Catalans n’arrive pas à enchaîner les résultats et pire ils ne gagnent plus avant son arrivée. Sans idée et sans réussite offensive, il fallait un impact player à l’Espanyol. Un garçon capable de tonifier un ballon sans intérêt ou de générer du danger d’une position excentrée. Rapidement, Wu Lei a réussi tout cela. Tout d’abord lors de ses premières minutes face à Villarreal. Remplaçant il a joué un gros quart d’heure et a montré qu’il était au niveau de la Liga.

Les bonnes dispositions entrevues lors de ce petit quart d’heure face au sous marin jaune ont poussé Rubi à lancer Wu Lei dans le grand bain dès la journée suivante. Pas encore totalement apte à jouer 90 minutes, l’offensif va pourtant régulièrement se montrer. Capable de faire des différences dans des petits espaces, il a surtout une bonne pointe de vitesse et une obsession pour le but. Toutes ses courses sont orientées vers la surface adverse et très rarement il prend son couloir pour déborder. Sans le ballon, il colle pourtant la ligne pour créer de la profondeur et de l’espace à ses coéquipiers. Cependant dès qu’il est activé par une passe, il repique vers l’axe. Une prédisposition plus qu’intéressante parce qu’elle génère énormément de danger dans l’espace entre le latéral et le défenseur. En plus Wu Lei s’entend souvent bien avec le 9 aligné. Outre ses échanges de passes avec Borja Iglesias, sa passe décisive pour Ferreyra après une superbe action a été remarquée.

Un petit but mais une importance déjà conséquente pour l’Espanyol

Depuis ses débuts face à Villarreal, il n’est jamais retourné sur le banc. Toujours aligné titulaire, la mission de Wu Lei s’est étoffée. Depuis quelques semaines, le jeu de l’Espanyol déçoit. Peu porté vers l’offensive, le Chinois doit valoriser chaque ballon qu’il reçoit pour faire (sur)vivre offensivement son équipe. Melendo donne vie au milieu de terrain des Pericos, lui doit finir le travail devant. Une importance pas encore visible dans les statistiques mais qui saute aux yeux quand on est devant les matchs. Depuis que l’offensif est un membre indiscutable du onze titulaire de l’Espanyol, les catalans n’ont perdu qu’une fois en 7 matchs. Wu Lei est devenu logiquement un titulaire à part entière, sa place n’est pas remise en question et il est même le seul joueur à apporter de la folie côté Espanyol avec Melendo.

Darder était revenu avec étonnement sur l’intégration de Wu Lei à l’Espanyol. « Quand il est arrivé, nous avons pensé attendre, car il avait été blessé et qu’il aurait été normal qu’il ait besoin de temps pour s’adapter à cette nouvelle ligue. Nous ne nous attendions pas à ce qu’il soit si décisif si vite.  » Et cette intégration rapide a surpris tout le monde. Sauf que derrière cette réussite sportive, se cache des manœuvres politiques à peine dissimulées qui surfent clairement sur la vague Wu Lei.

https://www.furialiga.fr/2019/01/30/mercato-wu-lei-a-lespanyol-le-david-villa-chinois-enfin-a-lassaut-de-leurope/

Messi vs Wu Lei 

Le nombre de réactions toujours plus important à chaque fois que le compte de la Liga poste une vidéo ou une photo avec Wu Lei, se trame des accords de développement. Cheval de bataille depuis de longs mois de Javier Tebas, la Chinese Super League a vu son contrat avec la Liga renforcé. A la suite d’une visite du président de la Ligue espagnole en Chine où il a posé avec un maillot de Wu Lei, les deux entités se sont encore rapprochées. Toujours dans la logique de rendre sa Liga toujours plus internationale, Tebas confiait notamment après la signature du deal : « L’accord présenté aujourd’hui et signé en janvier n’est qu’un pas en avant dans la coopération que La Liga et la Super League chinoise ont construite ces dernières années. Nous sommes convaincus qu’en suivant ce chemin et en faisant preuve de patience, le CSL figurera parmi les cinq ou six meilleures ligues du monde d’ici quelques années. »

Janvier ? Comme le mois où Wu Lei a rejoint la Liga … Comme le monde est bien fait ! Cet accord est comme tous les autres, très flou. Dans un communiqué publié par laLiga on en apprend un peu plus. La Ligue espagnole a déclaré: « La Liga soutiendra la Super League chinoise dans les domaines liés à la sécurité et à l’intégrité, à la création et à l’expansion de la marque, à la formation et au développement du football de base et à la retransmission des matches. » Comme Inui est devenu le visage de la Liga au Japon, Wu Lei est déjà celui de la Liga en Chine. Mais d’autres personnes y gagnent, aussi.

La chaîne chinoise qui a les droits de Liga l’a bien compris. Pour le derbi entre Barça-Espanyol, la chaîne met le paquet avec des interviews exclusives, plusieurs correspondants en direct de Barcelone et surtout de nombreuses caméras pour suivre le match au mieux. Le visuel édité pour vendre cette affiche comporte une photo de Messi et une de Wu Lei avec un slogan plutôt facile à comprendre qui met les deux stars sur un pied d’égalité. Lors de cette semaine spéciale organisée par la chaîne, une visite de la société qui produit les maillots de l’Espanyol basé à Elche : Kelme.

Wu Lei à l’Espanyol, c’est tout un pays qui y gagne, enfin. 

La marque qui a connu quelques soucis financiers est connue et reconnue en Espagne. Elle profite directement de l’arrivée de Wu Lei en Espagne parce qu’en plus d’être bien implantée chez les géants asiatiques, elle a même démultiplié ses ventes de produits dérivés de l’Espanyol qui ne trouvaient pas vraiment preneur avant. Cependant, il y a quelques semaines, une information anodine au premier abord a surpris. En 2018, Kelme qui avait déjà vendu plusieurs de ses parts à une société chinoise : le groupe Yuanxiang Kelme est passé totalement sous son giron. Criblés de dettes, les nouveaux investisseurs ont maintenant un groupe qui ne demande qu’à exploser en Asie.

Pour compléter le tableau, le Rastar Group a vu sa valorisation boursière exploser depuis que Wu Lei a rejoint l’Espanyol, le club du groupe. Comme quoi le hasard fait bien les choses par moment et ce deal semble représenter la maxime adorée par les écoles de commerce : gagnant gagnant. Pour l’instant pas une ombre au tableau autour de ce transfert politique. Pour couronner le tout, de nombreux Chinois assistent maintenant au match de l’Espanyol à Cornella le fameux stade anti Piqué. Espérons simplement que Wu Lei impressionne encore une fois face au Barça, il a rendez-vous avec l’histoire. Et puis à terme, va t-il réussir à inverser le rapport de force entre Culés et Pericos au moins médiatiquement ? Peut-être.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

 

 

Commentaires