Valencia – Roja / José Gayà et la gauche caviar de Paterna

0
Crédits : ESPN

Le Valencia C.F. semble enfin retrouver sa place sur le devant de la scène. Derrière ce retour remarqué depuis une grosse saison demi, le centre de formation des Ché n’a jamais déçu durant la période de troubles qu’à vécu Valence. Mieux encore de nombreux jeunes ont réussi à s’en extirper pour exploser chez les pro. Le dernier à impressionner est José Luis Gayà. Taulier de l’effectif mais surtout symbole d’une formation qui marche parfaitement. Portrait d’un latéral gauche plein d’avenir par Valencia Sports

C’est bien connu, nous avons tous un pied plus fort que l’autre. À Valence, il s’agit du gauche. En effet, s’il y a bien un poste qui est devenu aujourd’hui la marque de fabrique du club de Mestalla, c’est bien celui du latéral gauche. Ces dernières années, Paterna, le centre de formation du Valencia CF, a formé et poli parmi les plus grands spécialistes à ce poste à l’échelle européenne. Ce qui a permis au club d’avoir un très haut rendement sportif immédiat à ce niveau en comptant sur des joueurs de la maison ayant développé tout leur potentiel dans toutes les phases de jeu.

Gayà, le successeur désigné à gauche ? 

Lors des deux derniers matchs de la Roja, les trois défenseurs latéraux gauches appelés par Luis Enrique ont été formés à Valence, il s’agit de Jordi Alba, Juan Bernat et de l’actuel titulaire du Valencia C.F : Gayà. Le dernier cité s’est montré à la hauteur de ses prédécesseurs en offrant une continuité et des garanties sportives plus que satisfaisantes. Aujourd’hui «blindé» par le club jusqu’en 2023 avec une clause libératoire de 100 millions d’euros, José luis Gayà s’affiche comme le nouveau latéral gauche qu’utilisera à terme Luis Enrique, actuellement à la tête de la sélection espagnole.

Crédits : Reuters

Aujourd’hui courtisé par les plus grandes écuries européennes, le club s’assurera donc de revenus importants en cas de vente du nouveau diamant ché. Seulement cette saison Gayà fait figure de taulier dans l’effectif de Marcelino. Pour la première fois, lors du déplacement contre Leganes le 21 février, il est même devenu capitaine de l’équipe en l’absence de Dani Parejo. Doté d’un énorme caractère malgré sa petite taille, Gaya brille surtout par son jeu complet sur le flanc gauche. Véritable copie conforme de Juan Bernat et de Jordi Alba avant lui, il serait sur les tablettes de l’Atletico Madrid notamment qui cherche un défenseur gauche.

Sportivement le Valencien ne cesse de progresser année après année. Beaucoup plus solide défensivement, son jeu offensif ne cesse d’évoluer. Gaya peut aussi jouer ailier gauche, une option qui n’a probablement pas échappé au sélectionneur Luis Enrique. La question fut même posée au joueur lors de la conférence de presse d’avant match contre la Norvège, lequel a répondu qu’il n’avait aucun souci à occuper ce poste. Gaya jouera finalement 90 minutes de très bon niveau contre Malte. Depuis la « réconciliation » et le rappel de Jordi Alba en sélection il semblerait cependant que Gaya soit en deuxième position sur le flanc gauche.

Le remède contre le jeunisme ? José Luis Gayà

Une qualité de centre exceptionnelle et une excellente vision du jeu sont ses principaux atouts. Gaya sait faire plusieurs choses. Ce qui lui permet de trouver des passes qui cassent des lignes et font très mal à l’adversaire mais aussi de distiller des centres très souvent parfait. À l’instar de son prédécesseur Jordi Alba, il compense sa petite taille par une anticipation sur les ballons aériens ce qui en fait un joueur très difficile à prendre de vitesse. Même s’il préfère combiner, sa qualité de dribble est aussi de très haut niveau, notamment dans la surface adversaire ou en position défensive. Il semble cependant plus complet que son concurrent en sélection plus à l’aise dans le jeu de position il n’est pas un poids mort pour son équipe quand il faut construire.

Volontiers malin, Gaya fait preuve de « métier » lors des moments chauds d’une rencontre et son expérience malgré ses 23 ans impressionne. Jose Gaya a toujours été bon avec Valence, même lors de ses débuts il fut très rapidement titulaire mais cette saison semble être celle de la consécration tant son niveau est devenu élevé mais surtout régulier. Il est devenu, à l’instar de Dani Parejo, un joueur-cadre qui dont le niveau moyen est toujours très élevé, une sécurité supplémentaire dans le dispositif de Marcelino.

Crédits : Chelseanews24

Aujourd’hui Jose Gaya est une option plus que sérieuse pour Luis Enrique et il serait surprenant que le jeune latéral gauche ne soit pas sélectionné pour l’Euro 2020. D’ici là son futur s’inscrit en pointillé dans le club « ché ». Le joueur a toujours montré sa volonté de rester au club, mais sa valeur sur le marché pourrait pousser le club à examiner sérieusement les offres qui se présenteront cet été, et elles devraient être nombreuses…

Valencia Sports 

@Vlc_Sports

Commentaires