Espagne 2 – 1 Norvège : les notes de la Roja avec Parejo MVP dans son jardin

0

Après 14 ans d’absence, la Roja revenait à Valencia à l’occasion du centenaire du club blanquinegro. À Mestalla, l’Espagne a largement dominé la Norvège dans le jeu mais a eu toutes les peines du monde à l’emporter et bien lancer sa campagne de qualification à l’Euro 2020. Voici nos notes de ce match avec Dani Parejo, MVP dans son jardin. 

El MVP : Dani Parejo 

Quand certains ont été open bar en Selección malgré une irrégularité chronique en club et des performances essentiellement quelconques, Dani Parejo a dû attendre très longtemps pour être enfin titulaire avec la Roja. Dans son jardin de Mestalla, dans un 4-3-3 auquel il n’est plus habitué, le capitaine du Valencia CF a été brillant. Organisateur, créateur, accélérateur, il s’est entendu à merveille avec l’autre Dani, Ceballos, et Rodrigo Morenos, son coéquipier au VCF. Hormis une passe mal assurée pour De Gea en première période, Parejo a démontré son niveau. Il était temps qu’on lui offre sa chance, ce n’est pas comme s’il n’avait pas tout fait pour mériter sa sélection…

El Patrón : Rodrigo Moreno

Comme pour Parejo, Rodrigo a été très bon devant son public. Buteur et créateur, il a cherché à combiner et à fluidifier le jeu d’attaque de la Roja. Positionné côté droit, il a rappelé que son système de prédiction restait bien le 4-3-3, malgré son adaptation au 4-4-2 en club. Décisif et mobile, Rodrigo a tenu son rang pour montrer qu’il avait les épaules pour être titulaire indiscutable.

Les bonnes Sorpresas : Jesús Navas et Dani Ceballos

Jesús Navas titulaire au poste de latéral droit ? Loin d’être immeritée, cette place dans le XI de Luís Enrique demeurait surprenante. Toujours disponible, auteur d’un nombre incalculable de centres très travaillés, le Sevillista a disputé un match dans la lignée de ces performances avec Nervión, même si on la davantage vu dans un rôle de latéral tout terrain dans un 3-5-2.

Dani Ceballos a peu de temps de jeu au Real Madrid et sa présence avec la Roja restait discutable. Pourtant, le Merengue s’est entendu à la perfection avec Parejo et ce duo au milieu a un potentiel à explorer.

La Decepción : Álvaro Morata

Heureusement qu’il a réussi à provoquer le penalty de la gagné ! Que d’occasions énormes loupées et de mauvais choix ! Mis dans les meilleures conditions par Luis Enrique qui l’a aligné en 9, alimentée par Parejo, Ceballos, Asensio, Rodrigo, Alba et Navas, le Colchonero a été incapable de marquer. Match très décevant de sa part.

Commentaires