Liga – Les clés de la résurrection de la Real Sociedad

0

Le match Real Sociedad – Atlético de Madrid est un classique de la Liga. Deux clubs majeurs en Espagne, même si au niveau du palmarès, les Txuri-urdinak sont loin des Colchoneros. Cette saison, la Real a déçu alors que les attentes étaient immenses avec l’arrivée sur le banc d’Asier Garitano. Mais le retour d’une légende du club a pourtant tout changé. Retour sur ce qu’est la Real Sociedad d’Imanol Alguacil, ses forces, ses faiblesses et son jeu léché. 

Fin décembre, la Real était au fond du seau. Les hommes d’Asier Garitano avaient été terrassés 4 fois de suits en Liga en ne marquant qu’un seul but. Une hérésie. L’ancien coach de Leganés a mis en place un style cohérent mais nettement moins flamboyant. L’équipe est équilibrée mais score peu. Le nouveau venu a tenté d’imposer son style sans succès. A l’aube de 2019, la Real est 15e de Liga, déjà battue 8 fois pour seulement 5 victoires. Le couperet tombe le 28 décembre : Asier Garitano est démis de ses fonctions. C’est une surprise sans en être une mais, pour beaucoup, la Real repart sur une saison de perdue, la sensation de gâchis prédomine.

Une victoire de prestige sur le Real Madrid pour relancer l’espoir 

Comme après le licenciement d’Eusebio Sacristán la saison dernière, c’est Imanol Alguacil qui est nommé en remplacement. Ce n’est plus un intérim pour attendre mieux. La légende basque a un contrat en dur et un objectif : s’installer dans la durée. Son passage avait été couronné de succès en 2017-2018, alors pourquoi ne pas retenter le coup ? Sa première mission est de valoriser un recrutement estival mis à mal par la philosophie d’Asier Garitano. Sandro Ramírez ou encore Mikel Merino jouaient très rarement. Willian José et  Adnan Januzaj ne sont que l’ombre d’eux-mêmes et Mikel Oyarzabal tient la baraque sans faire des étincelles. Le premier adversaire de la Real d’Alguacil est le Real Madrid et l’optimisme est absent à San Sebastián.

Pourtant, le nouveau Míster ne se dégonfle pas et lâche en conférence d’avant-match : « Nous venons au Bernabéu pour prendre les trois points ». C’est audacieux mais la Maison Blanche n’est pas au mieux et la Real se déplace bien. Ses choix sont forts et à la hauteur de cette déclaration. Il titularise le jeune Muñoz en latéral gauche. Mikel Merino est de retour dans le coeur du jeu et David Zurutuza l’accompagne. Très vite, les nouveaux préceptes des Basques se matérialisent. Finie l’attente et le bloc-équipe bas ! La Real attaque, presse, met beaucoup d’intensité et surtout joue au football. Januzaj et Merino sont déterminants dans la création, ils bougent et créent des décalages. En quelques jours, Alguacil a métamorphosé son club. Au coup de sifflet final, ce sont bien les Txuri-urdinak qui font la fête. La Real repart avec une victoire nette et sans bavure (0-2). L’espoir renaît.

Willian José, goleador retrouvé 

Sur la phase aller, Willian José n’avait trouvé le chemin des filets qu’à 3 reprises. Le style frileux de Garitano ne lui allait pas et les blessures ne l’ont pas épargné. La zone à couvrir est trop importante pour le buteur et les soutiens bien trop éloignés. Avec Alguacil, tout change pour le Brésilien. Oyarzabal et Januzaj sont bien plus près et le 433 convient bien mieux à cet effectif. Après son but face au Real Madrid pour ouvrir le score, le delantero marque un doublé la journée suivante face à l’Espanyol pour offrir la victoire 3-2 aux Basques. Il double son total en 2 matchs et matérialise cette nouvelle Real Sociedad qui ne se cache plus et joue son football.

Crédits : Europa Press

Bien plus dans la lignée de ce que sait produire la Real Sociedad, l’équipe d’Alguacil est conquérante avec le cuir. Les phases de possession sont travaillées mais la verticalité toujours recherchée. Les Txuri-urdinak ne sont jamais attentifs et cherchent constamment à piquer leurs adversaires. Les phases de possession ne sont jamais très longues et rapidement Januzaj, Merino et Oyarzabal doivent accélérer le jeu pour créer le déséquilibre. Le décalage, dès qu’il est créé, est exploité, sans se poser de question. Zurutuza et Illarramendi doivent équilibrer une équipe toujours plus tournée vers l’avant. Alguacil montre toute ses compétences tactiques et ne se trompe que rarement dans la préparation des matchs.

Rapidement, le spectre de la relégation s’éloigne de Zubieta. Au contrairement même : on regarde vers le haut du côté de l’afición de la Real. Les bons résultats s’enchaînent. Mieux encore :  sous les ordres d’Alguacil, les Basques n’ont pas connu la défaite en Liga et sont intraitables à domicile dans un nouvel Anoeta encore en travaux. Bien sûr, les victoires ne sont pas légion, (4 victoires et 4 nuls) mais l’important est ailleurs. La Real ressemble à son histoire et ça change tout.

Alguacil et sa confiance sans faille dans les jeunes 

Outre la relance de Willian José, Alguacil redonne un second souffle à tout un groupe. Januzaj, méconnaissable sous Garitano, mais auteur de très bonnes performances sous les ordres du nouveau technicien a expliqué cette révolution dans le journal AS. « Son arrivée n’a pas seulement été bonne pour moi mais pour tous les joueurs. On forme un bloc et l’entraîneur fournit un très bon boulot tactique. On joue maintenant avec beaucoup de confiance et on a des joueurs qui ont besoin de confiance pour performer. Moi, j’ai un rôle libre quand on a le ballon. Vu que j’aime beaucoup le ballon, j’adore ça. Imanol me donne la liberté d’aller où je veux sur le terrain et de faire tout ce que je peux. Je peux jouer comme j’aime, même si j’aide évidemment l’équipe quand c’est nécessaire ».

Crédits : Real Sociedad

Dans la lignée du retour en forme de Januzaj et Willian José, les recrues estivales sont maintenant déterminantes. Merino est désormais un titulaire indiscutable dans le coeur du jeu. Sandro, sans minute ou presque sous Garitano, devient maintenant une solution crédible pour une place de titulaire sur une aile avec la blessure de Januzaj. En parallèle, Alguacil n’hésite pas à lancer des jeunes quand la situation le nécessite. Outre les superbes matchs de Muñoz début janvier des joueurs comme Ahen ou encore Alex Sola apportent satisfaction et laissent entrevoir le potentiel de la cantera. La méritocratie vantée par Alguacil porte ses fruits et tout le monde y gagne.

Sans grand changement et dans une relative douceur, Imanol Alguacil a totalement changé le visage de la Real Sociedad en lui donnant un but et une logique de travail. Avec un effectif aussi intéressant techniquement, les Basques ne peuvent pas se renier et doivent jouer un football sans peur. Les résultats plaident en sa faveur et les Txuri-urdinak ne sont maintenant qu’à 5 longueurs de la zone Champion’s à l’aube de cette 26e journée. Et si vous avez encore des doutes sur les talents de magicien d’Alguacil, il a réussi à faire de Rulli un bon gardien de Liga. S’il est parvenu à améliorer la relance au pied du gardien argentin, c’est qu’il est capable de tout !

Benjamin Bruchet
@BenjaminB_13

Commentaires