Liga – Huesca : L’apprentissage du haut niveau par l’expérience et la remise en question

0

Promu à la surprise générale en Liga cette saison, le petit poucet n’a pas le plus petit budget de Liga mais dispose d’un capital expérience plus que réduit. À l’aube d’une période capitale pour la lutte pour le maintien, Huesca dernier de Liga depuis de longs mois ne lâche pas le morceau. Entre remise en question constante et évolution tactique, les hommes de Francisco veulent réussir l’impossible. Retour sur les premiers mois de Huesca en Liga et peut-être leurs derniers en Primera.

Au terme d’une saison 2017-2018 absolument incroyable en Segunda, le petit club de Huesca arrachait une montée directe en Liga. Une performance incroyable suivie d’un travail de fourmi pour préparer un club qui a l’habitude de jouer le ventre mou de D2 aux joutes de Primera et sa lutte archanée pour le maintien. Sur le papier, le premier recrutement entre paris devant et expérience derrière semble cohérent. Seule grande incertitude : l’homme à la tête de cette équipe. Leo Franco n’a jamais encore managé d’équipe est nommé comme successeur du prodige Rubi parti pour l’Espanyol. Un homme inexpérimenté pour guider un jeune bateau, le choix était audacieux et il va vite devenir désastreux.

Des débuts dorés avant les abysses pour Huesca

Les festivités sont encore dans toutes les têtes quand Huesca débute sa saison par un déplacement à Ipurua. Dans l’antre d’Eibar et avec un Gallar de gala, les Aragonais vont battre les Basques et lancer magnifiquement leur saison. Tous les experts sont unanimes sur une chose : le recrutement de Huesca semble intéressant. Pour tous, le club est le plus au point entre les trois promus. Valladolid n’était pas du tout préparé et a été timide sur le mercato, tandis que le Rayo a bouclé son recrutement très tard. Huesca en anticipant énormément son recrutement s’est bien renforcé défensivement avec notamment les arrivées des expérimentés Insua, Etxeita ou encore Luisinho et offensivement le recrutement de Gurler suscitent notamment les curiosités. L’effectif est complet, cohérent et rempli de talents.

Cette victoire face à Eibar en ouverture de la saison valide logiquement ce bon recrutement mais tout va très vite s’enrayer. Face à l’Athletic pour la deuxième journée, Huesca est mené 2-0 mais revient au score et arrache un nul avec notamment un but monumental d’Avila en fin de match. Dans la péninsule, on vante le jeu audacieux et ambitieux des Aragonais. Huesca joue un football offensif avec des sorties de balles intéressantes. Ruben Semedo le transfuge du FC Prison est le meilleur joueur de cette période. Face au Barça, les superlatifs sur le niveau de Hueca sont légions alors que les hommes de Franco encaissent pourtant un cinglant 8-2. Cette défaite coupera les ailes des Aragonais. Huesca ne va plus connaître la victoire durant plusieurs mois. Leo Franco va même être démis de ses fonctions après 8 journées et sera remplacé par Francisco, sans réel changement.

Un Huesca qui avec Francisco se remet constamment en question

Sous Léo Franco, Huesca aura pris 5 points en 8 matchs soit une moyenne de 0,62 points par matchs. Sous Francisco, Huesca tourne à 0,81 points en moyenne avec 13 points pris en 16 matchs. Une évolution à peine palpable mais dans les faits, le mandat de Francisco est plus que complet. Sous ses ordres, de nombreux joueurs auront été testés rien que cet hiver, Huesca aura recruté des joueurs comme Enric Gallego, Galan, Juanpi ou encore Herrera mais aussi fait partir Sastre, Gurler ou encore Brezancic. Le poste de gardien symbolise bien cette remise en question constante. Au début de saison, c’est Werner qui était titulaire, ensuite ce fut Jovanovic et actuellement c’est Santamaria qui garde les bois. Fin février, Huesca a recruté Javi Varas qui pourrait jouer dans les semaines à venir. Après chaque match, que Huesca ait gagné ou perdu, Francisco pense au prochain et peut tout changer s’il pense que son équipe en a besoin. Il agit dans l’urgence et personne n’a de passe droit.

Tactiquement, la remise en question est aussi constante. Lors de la prise de fonction de Francisco, Huesca était disposé en 4-4-2 avec Cucho et Longo devant, Avila sur un côté et un Semedo en leader défensif derrière. Huesca est ensuite passé au 4-3-3, puis au 5-3-2, puis par un 5-4-1, avant de revenir au 5-3-2 et a disputé le dernier match en 4-3-3. 4 joueurs sur 11 étaient sur le terrain pour la première de l’ancien mister d’Almeria face à l’Espanyol et étaient également présents lors de la 24e journée de Liga face à l’Athletic. L’approche a aussi beaucoup évolué, mais une chose reste constante : Huesca est dominateur et intéressant quand il tient le ballon et joue haut. À chaque fois que Francisco a voulu fermer le jeu, les Aragonais se sont fait punir.

Quelle fin de saison pour Cucho à Huesca ?

À chaque rencontre, on peut se demander qui va devoir laisser sa place pour permettre une nouvelle expérimentation de Francisco. Souvent c’est le meilleur joueur qui trinque. Au début de saison, Semedo semblait voler dans la défense de Huesca. Solide dans les duels, plus qu’intéressant à la relance, le Portugais tutoyait les sommets mais une boulette face à Getafe le fit sortir du onze. Francisco eu des mots très durs sur le joueur de Villarreal et plus jamais il ne rejoua. Ensuite, c’est Ferreiro, une des seules satisfactions de Huesca cette saison qui a été relégué sur le banc sans préavis. Après un petit mauvais match sur le côté, le second attaquant a du s’assoir sur le banc et voir Cucho ou encore Avila être associés avec le nouvel arrivant Gallego devant. Francisco tâtonne et ne cherche pas de continuité, il crée de la concurrence et tente de faire l’écrémage d’un effectif plus que conséquent. Huesca a utilisé plus de 25 joueurs et rien ne dit que Francisco cherche son onze mais plutôt un groupe d’une vingtaine de guerriers solides sur qui il pourra s’appuyer.

Crédits :SPORTARAGON.com

Cucho est un des seuls rescapé du début de saison. Toujours régulièrement aligné devant, le Colombien est pourtant peu intéressant cette saison. Peu mis sur le banc, il a la confiance sans faille de Francisco comme il avait celle de Leo Franco. Pourtant, il symbolise tous les problèmes de Huesca et se montre très peu à son avantage. Cucho bouge beaucoup, décroche, est volontaire et tente mais ne réussit pas grand chose. Souvent mis en échec par la défense adverse, il n’a trouvé que trois fois le chemin des filets cette saison. Il représente parfaitement ce qu’est Huesca cette saison. Souvent, les Aragonais sont intéressants et montrent des choses, mais ils ne réussissent pas à faire trembler les filets et se font punir sur une erreur ou une approximation défensive. Face à l’Athletic lors de la dernière journée, Huesca a dominé, a mis à contribution de nombreuses fois Herrerin, mais a perdu 1-0 sur une des seules actions des Basques. Une rengaine qui rend la saison très frustrante à suivre.

Une maladresse symptomatique d’une équipe qui découvre le haut niveau. Avant de devenir une valeur sûre de la Liga, Eibar a été sauvé sur le gong lors de sa première saison en Primera et repêché à la faveur de la relégation administrative d’Elche. Pourtant, à l’aube de la 25e journée et d’un match face à un concurrent direct pour le maintien, Huesca n’est pas encore largué. Toujours dernier, les Aragonais ne sont qu’à six longueurs du premier club non relégable : le Celta. Avant d’affronter l’Espanyol, Huesca y croit, et c’est déjà une réussite au vu de la saison des Aragonais. Sont-ils armés pour réussir l’impossible ? Réponse lors de la 38e journée, en attendant, Francisco a des essais à faire.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires