Liga – Et si le Real Madrid soulevait la Liga au nez et à la barbe du Barça ?

0

Lorsque le Real Madrid entame la saison 2018-2019, de nombreuses interrogations planent autour du club. On pourrait s’en étonner au regard des trois Ligues des Champions consécutives glanées par le club madrilène. Mais le Real Madrid est un club à part. Durant l’intersaison, le Champion d’Europe voit son glorieux entraineur Zinédine Zidane partir et sa légende Cristiano Ronaldo rejoindre la Juventus. Et ce n’est pas l’arrivée de Julen Lopetegui dans un contexte tumultueux, ou le recrutement du nouveau numéro 7 de la Maison Blanche, Mariano Diaz, qui viennent rassurer les socios. Et pourtant, début février le Real rêve encore de triplé, explications.

Le début de saison du Real est surtout marqué par une défaite en Supercoupe d’Europe face à l’Atletico et une humiliation 5-1 face au Barça. Julen Lopetegui est logiquement limogé après seulement 139 jours à la tête du club. La période post-Coupe du Monde semble également se faire ressentir pour les cadres de l’équipe merengue à l’image du nouveau Ballon d’Or Luka Modric. Malgré une victoire en Coupe du Monde des clubs en décembre, l’année 2018 se termine dans la douleur pour l’ensemble de l’effectif madrilène. Pourtant à l’approche des beaux jours, le Real Madrid peut aborder de manière optimiste la fin de saison. Alors quelles sont les causes d’un tel revirement ?

Le retour au niveau des cadres , planche de salut du Real Madrid ?

Ramos, Modric, Kroos : autant de joueurs qui ont été les maillons essentiels du succès du Réal Madrid ces dernières années mais qui ont symbolisé le début de saison raté de leur club. Néanmoins, sur les deux premiers mois écoulés de 2019, forcer de constater le regain de forme des Madrilènes à l’image de leur prestation très sérieuse (1-1) face au FC Barcelone au Camp Nou lors de la demi-finale aller de la Coupe du Roi, puis lors de leur démonstration, une fois encore à l’extérieur, face à l’Atletico en championnat (1-3). Un regain de forme pas si anodin lorsque l’on connait la préparation « sur mesure » concoctée par Antonio Pintus, le préparateur physique du club, qui a pour mission d’amener les joueurs à leur pic de forme lors des moments-clés de la saison.

Crédits : One football

En plus des cadres retrouvés, le Real Madrid peut s’appuyer sur une jeunesse détonnante à l’image de Vinicius Junior qui est en train de se faire une place au sein du onze merengue. Mais aussi de Reguilón ou Llorente qui profitent respectivement du début de saison manqué de Marcelo et des blessures de Casemiro. Le Real Madrid peut également compter sur le niveau étincelant de Karim Benzema, auteur de 6 buts sur ses 8 derniers matchs. En somme, le collectif madrilène semble être de retour et avoir évacué un été 2018 mouvementé. Et c’est sur ces bonnes bases que l’équipe entrainée par Santiago Solari peut envisager une fin de saison honorable.

Un Barça hésitant, au contraire du Real Madrid

Au moment d’écrire ses lignes, le FC Barcelone ne compte que 6 points d’avance sur son dauphin madrilène. Cet écart peu paraître de bon augure quant à l’issue finale du championnat. Cependant, il n’est pas sans rappeler que l’équipe d’Ernesto Valverde comptait jusqu’à 16 points d’avance à l’autonome dernier sur le Real Madrid qui se battait à l’époque pour rester sur le podium de la Liga. La faute notamment à deux contre-performances contre Valence et Bilbao. Mais c’est surtout le fond de jeu du Barça qui inquiète en Catalogne à l’image des critiques à l’encontre d’un Rakitic ou d’un Vidal, bien trop peu adaptes des prises de risques au milieu. De nombreux observateurs estiment même, que sans Messi et Ter Stegen, le Barça serait derrière le Real Madrid à l’heure actuelle.

Par ailleurs, alors que le Barça est encore une fois champion en titre mais a dû faire face à trois éliminations précipitées en 1/4 de finale de Ligue des Champions sur les trois dernières campagnes, la tentation de privilégier la scène européenne est grande. Cette hésitation, à la fois dans leur jeu et dans leur objectif, pourrait ainsi profiter au Réal Madrid qui n’a plus rien à perdre et qui est sur une pente clairement ascendante.

Avantage Real au niveau du calendrier ?

Le Real Madrid peut voir d’un bon oeil cette deuxième partie de championnat avec seulement 6 points de retard sur le FC Barcelone. D’autant plus, que le Barca doit encore affronter ses 3 plus proches concurrents en l’occurence Séville, le Real et l’Atletico. Les deux premiers se jouant à l’extérieur. Le Real, a quant à lui un calendrier bien plus abordable avec hormis la réception déterminante du Barça, de nombreuses oppositions contre des équipes du milieu voir du bas de tableau.

Crédits : Ouestfrance

La pression semble avoir changée de camp avec un Barça dans l’obligation de reprendre sa marche en avant. Sans quoi, un Real ressuscité viendrait lui prendre sa première place, position qui lui semblait impossible à atteindre l’automne dernier. Cette pression est d’autant plus pesante pour le Barça au regard de la demi-finale aller de la Coupe du Roi ou la Maison blanche a semblé globalement au-dessus de son adversaire barcelonais. En somme, le calendrier et la forme du Real Madrid semble coïncider avec l’opportunité de finir la saison en trombe.

Un Real qui sait gagner

2016, 2018 et maintenant 2019. Lors des récents exercices, le Real Madrid a entamé la nouvelle année dans le doute souvent en étant largué en championnat. Mais cela n’a pas compromis l’ambition madrilène qui souleva en 2016 et en 2018 la Ligue des Champions. Les joueurs merengues ont donc montrés ces dernières années leur force de caractère et leur motivation même dans les moments difficiles. Le changement de dynamique favorable aperçu depuis quelques semaines laisse présager une fin de saison tout aussi sérieuse. Il ne serait donc pas étonnant de les voir à nouveau en finale dans le stade ennemi du Wanda Metropolitano en juin prochain, question d’orgueil.

Mais tout ne sera pas facile pour Solari, ce dernier devant gérer les cas Isco et Asensio, tous les deux en manque de temps de jeu alors qu’ils jouaient un rôle prépondérant sous Zinedine Zidane. D’autant plus, que le 11 aligné contre le Barça le 6 février dernier a donné des signaux convaincants avec notamment les performances remarquées de Vinicius et Lucas Vazquez à la fois dans leur animation offensive et dans leur repli défensif. Les annonces de départ récurrentes de Marcelo et Modric vers l’Italie pourraient également nuire à l’équilibre du vestiaire. La fin de saison s’annonce dans tous les cas passionnante du côté de Chamartin et comme l’a dit un jour Monsieur Sergio Ramos : « celui qui donne le Real Madrid comme mort sera remis à sa place. » Les adversaires sont prévenus.

Melvil Chirouze 

@iamxmelvil

Commentaires