Mercato – Barça : KP Boateng l’invité surprise blaugrana

0

A la surprise générale, KP Boateng est un nouveau joueur du Barça ! Deux ans et demi après son départ de Las Palmas, l’international ghanéen fait son retour en Liga. A 31 ans, le joueur arrive en prêt pour 6 mois en provenance de Sassuolo. A la recherche d’un complément pour sa ligne d’attaque, les Blaugranas ont choisi un profil qui a su évoluer et fait mentir sa réputation mitigée.

La nouvelle a de quoi surprendre et peut même faire sourire : Kevin-Prince Boateng est un nouveau joueur du Barça. Arrivé en prêt payant (1M€) en provenance de Sassuolo, le Ghanéen est donc Blaugrana pour les 6 prochains mois. A la recherche d’un joueur offensif d’appoint, Ernesto Valverde récupère un joueur aussi talentueux que caractériel mais qui a changé son image depuis quelques années. Et c’est en Liga que ce point d’inflexion a eu lieu.

View this post on Instagram

Dinner 🍴 @melissasatta #prince7

A post shared by Kevin Prince Boateng (@princeboateng) on

Las Palmas : début du renouveau

Quand KP Boateng signe à Las Palmas, la chose est attendue d’avance : ce sera pour le soleil, la plage et la vie nocturne. Le fantasque Germano-Ghanéen n’a pas rejoué depuis son départ du Milan voici 6 mois et son arrivée en Liga ressemble à une jolie pré-retraite. En couple avec Melissa Satta, velina (présentatrice sexy, ndlr) italienne connue pour avoir participé à l’émission satirique Striscia la notizia et était la compagne de Christian Vieri, on imaginait déjà le joueur formé au Hertha Berlin enrichir sa collection de clichés Instagram plutôt que de jouer au ballon. Erreur ! Sous les ordres d’un certain Quique Setién, KPB démarre tambour battant. A Valencia, il inscrit le 3e but des Pio Pio d’un magnifique coup de tête, s’inscrivant pleinement dans le succès amarillo (2-4).

A Gran Canaria, le demi-frère de Jérôme étonne la presse et l’afición par son implication sur et dehors du terrain. D’août 2016 à février 2017, Las Palmas est l’équipe révélation en Liga et en Europe. Les insulaires proposent un football flamboyant et offensif, s’offrant même le luxe d’inscrire 9 buts lors des deux premières journées pour se hisser en tête du championnat. Ancien joueur du Racing de Santander et de l’Atlético de Madrid, Quique Setién se fait un nom. Des joueurs se révèlent, comme Mauricio Lemos, Roque Mesa ou encore Jonathan Viera. La fin de saison est chaotique, entre non-renouvellement de Setién et bordel ambiant au sein du club de Miguel Ángel Ramírez, comme en atteste l’arrivée en fin de mercato d’hiver de la gloire locale Jesé Rodríguez en provenance du PSG.

Néanmoins, KP Boateng a réussi son pari : il s’est relancé avec la manière (28 matches, 10 buts et 5 passes décisives en Liga). Annoncé dans plusieurs clubs, il résilie finalement son contrat portant jusqu’en 2020 et rejoint l’Eintracht Frankfurt pour des raisons personnelles. Un an plus tard, Las Palmas coule et descend en Segunda après avoir perdu son entraîneur charismatique et ses joueurs majeurs.

A LIRE – Golazo : Quand le Las Palmas de Quique Setién était au sommet de son art avec un but incroyable de KPB contre Villarreal

Retour réussi en Bundesliga

Revenu en Allemagne, Kevin-Prince Boateng suscite toujours autant de doutes. Mais comme à Las Palmas, il finit par convaincre. « En partant à Las Palmas, je pensais vraiment qu’il allait terminer sa carrière au fond du trou, explique Côme Tessier, spécialiste du football allemand. Son passage à l’Eintracht a été assez positif alors que ça paraissait risqué au début, surtout avec sa dernière prestation à Schalke. Dans l’ensemble, avec une équipe qui tournait bien, il a réussi de bonnes choses. Ils gagnent la Pokal (la Coupe d’Allemagne, ndlr), lui fait une saison pleine en loupant très peu de matchs. Il est perçu à Francfort comme le leader de l’équipe de l’année dernière. En plus, il est toujours très très apprécié par les fans, malgré son départ rapide ».

Pourtant, le journaliste tempère le bilan global de l’international ghanéen : « Francfort s’en sort toujours aussi bien voire mieux sans lui. Il a été utile pour un an. D’ailleurs je ne sais pas trop pourquoi ils ont pas plus cherché à le retenir. Je crois qu’il part surtout parce que Kovac part aussi. Ça montre un peu qu’il n’était pas indispensable ».

Joueur référence à Sassuolo

Finalement, comme avec Las Palmas, KPB met les voiles après une seule année pleine (31 matches de Bundesliga pour 6 buts et 1 passe décisive) et revient en Serie A, plus précisément à Sassuolo où il retrouve Mauricio Lemos et Roberto De Zerbi qui aurait dû succéder à Quique Setién à Las Palmas sans un imbroglio juridique hérité de son passage à Palerme. Arrivé au Milan en 2010 dans la peau d’un milieu défensif, il se transforme en trequartista, un milieu créatif capable d’inspirations géniales comme face au Barça en Ligue des Champions.

Alors même si son 2e passage chez les Rossoneri est manqué (11 matches de championnat, 190 minutes pour un seul but), le retour de KPB en Serie A est une belle prise pour l’équipe de la Mapei. « Il a beaucoup changé et est arrivé à l’âge de la maturité, au point de devenir un vrai leader à Sassuolo, constate-t-on chez Calcio Mio, référence francophone du football transalpin. En faux numéro 9, il est sur tous les fronts, très polyvalent en décrochant souvent, pas forcément buteur fou mais très bon joueur difficile à marquer ». Ses statistiques sont révélatrices de son influence : 15 matches, 5 buts et une passe décisives toutes compétitions confondues. Cependant, cela en faisait-il un postulant à un départ au Barça ?

Au Barça… mais pour y faire quoi ?

Le FC Barcelone est déplumé au niveau de sa ligne d’attaque. Munir El Haddadi a refusé de prolonger et a rejoint Séville début janvier. Arraché à la Roma, Malcom n’était pas désiré par Ernesto Valverde et n’a disputé que 118 minutes en Liga, ne gagnant du temps de jeu qu’en Copa del Rey. De plus, Ousmane Dembélé s’est blessé pour au moins 2 semaines alors que ses performances étaient au diapason de Lionel Messi et Luis Suárez.

Plutôt que d’investir massivement cet hiver comme cela avait été le cas en 2017 avec le transfert faramineux de Philippe Coutinho, les dirigeants culés ont envisagé une solution à court terme. Plusieurs profils ont été étudiés, notamment celui d’Olivier Giroud mais il semble que Kevin-Prince Boateng a été choisi pour sa polyvalence. Capable d’évoluer dans l’axe, sur un côté, en soutien des attaquants et même 9, le Ghanéen arrive en Catalogne pour entrer dans la rotation de l’effectif. Une décision qui a nécessairement surpris en Espagne certes, mais aussi dans la Botte. Pour Calcio Mio, « on s’étonne tous de ce départ d’ailleurs en Italie car c’était vraiment un repère pour toute l’équipe. Les tifosi de Sassuolo ont vu partir beaucoup de leurs bons joueurs ces derniers temps. Zaza, Defrel, Sansone, Politano. En voir un bon arriver les a fait reprendre espoir ».

Que peut donc apporter KPB au Barça en si peu de temps ? A Las Palmas, il s’était mis au service du collectif et les résultats avaient été probants. Il a enchaîné dans la même veine à l’Eintracht et à Sassuolo où, poursuit Calcio Mio, « il a apporté une mentalité. C’est lui qui a été le leader des principes de jeu de De Zerbi. Il a vraiment tiré l’équipe vers le haut ». Néanmoins, il paraît difficile de le voir d’inscrire dans la durée : « Je serai toujours méfiant sur plusieurs années, estime Côme Tessier. Tu ne sais pas ce qui peut se passer dans sa tête ». En revanche, pour une pige de quelques semaines, le choix n’est peut-être pas si farfelu pour le spécialiste fußball : « il a toujours bien commencé, même à Schalke en 2013 ».

Depuis 2016, Kevin-Prince Boateng est toujours là où on ne l’attend pas. Le voilà donc qui se rappelle au bon souvenir de la Liga et c’est assurément une bonne nouvelle, pour l’Espagne mais aussi pour le Barça, souvent jugé très lisse. Car avec KPB dans les parages, on est certain de ne pas s’ennuyer. Et si c’était lui le facteur X et le grain de folie dont avaient les besoins les Blaugranas pour épauler Leo Messi ?

François Miguel Boudet
@fmboudet

Commentaires