Real Valladolid : Jordi, un gardien en or Masip

0

Biberonné par la Masia et couvé par le Barça, Jordi Masip est maintenant un gardien titulaire indiscutable en Liga et confirme enfin son grand talent. Beaucoup d’observateurs le voyaient capable d’être numéro 1 chez les Blaugranas, le voilà en course pour le trophée Zamora avec Valladolid. Portrait de Jordi Masip, un gardien en or massif révélé sur le tard.

Le poste de gardien est un secteur clé toujours très compliqué. On devient rarement numéro 1 par hasard et les numéros 2 ou 3 profitent très souvent d’une blessure pour exploser et se faire remarquer. Jordi Masip n’avait que 4 matchs comme joueur pro au compteur à 28 ans. Pourtant un an plus tard, il a vécu avec le Real Valladolid une saison exceptionnelle en Segunda qui s’est conclue par une montée, est en course pour le trophée Zamora en Liga et a comme président Ronaldo Fenómeno. Présentation de celui qui pourrait être un des meilleurs gardiens du monde s’il mesurait 5 centimètres de plus selon son entraîneur.

Jordi Masip, un gardien moulé pour le Barça

Jordi Masip est un Catalan pure souche élevé dans l’amour du géant Barça. En 2004, il rejoint les rangs culés et intègre la Masia. Il est choyé et évolue dans l’académie qui centralise un nombre incalculable de talents. Rapidement, Masip se fait remarquer pour une caractéristique essentielle chez les Blaugranas, y compris pour les gardiens : son jeu au pied. Dans un club qui mise tout ou presque sur le jeu au sol et une possession importante, avoir un gardien capable de s’intercaler dans le circuit de passes est un vrai plus, voire une condition incontournable, même si le Barça n’est pas particulièrement reconnu pour le niveau de ses porteros.

Outre ses facultés balle au pied, Masip est un portier très propre d’un point de vue académique. Il lit très bien les trajectoires et est donc souvent très bien placé pour effectuer ses parades. Un peu à la manière d’un Jan Oblak, il n’est pas là pour la photo avec des arrêts spectaculaires mais il sait être déterminant quand il le faut. Pour une défense, disposer d’un gardien qui rassure constamment est un gage de réussite.

Carlos Busquets, entraîneur des gardiens du Barca, a expliqué dans les colonnes de Mundo Deportivo que Jordi Masip était un des plus grands talents qu’il a pu entraîner et qu’il était techniquement parfait. Cette déclaration a été faite en 2011, après que Masip a été voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Le padre de Sergio connaît bien Masip. Au début de son histoire avec le Barça, le jeune Jordi était resté vivre chez ses parents à une demi-heure de Barcelone et c’est Carlos qui emmenait Busi et Jordi à l’entraînement en voiture.

L’histoire de Masip avec le Barça est un peu distendue. Il avait refusé la première proposition du club de rejoindre son centre de formation ne se sentant pas prêt à partir loin de ses amis. Venant d’une famille qui porte haut la valeur travail et dans une lignée de 4 frères, Jordi a suivi assidûment son cursus scolaire. Le Barça est resté insistant et celui qui s’est fixé sur le tard au poste de gardien accepte enfin de rejoindre la Masia. Lors de sa formation, il côtoie notamment Iago Falqué ou encore les frères Dos Santos.

Numéro 1 en Segunda B à 19 ans, puis éternel numéro 3 au Barça

En 2008, alors qu’il vient juste de fêter sa majorité, Jordi Masip reçoit une proposition pour être le titulaire d’une Segunda B (la D3 espagnole, ndlr) basée en Catalogne. Il n’hésite pas plus que ça et rejoint l’Unió Esportiva Vilajuïga. Plus de 10 ans après, on peut légitimement résumé ce choix par : peu pertinent mais formateur. Masip était jeune et s’est retrouvé dans un club englué dans une crise profonde, avec un directeur en guerre avec son conseil d’administration et en plein déménagement. Après une seule saison conclue par la descente du club et sa disparition, Masip retourne au Barça et sa filiale.

A son retour avec le Barça B, Masip est numéro 3 derrière Ruben Mino et un gardien connu en Liga : Oier Olazabal actuellement titulaire à Levante. Le poste de gardien dans la filiale des Blaugranas est souvent tournant et le numéro 1 est souvent le numéro 3 de l’équipe fanion. Dans ce jeu des chaises musicales, Masip gratte quelques matchs pour finir par s’installer comme le numéro 1 pour la saison 2013-2014 où il dispute pas moins de 34 matchs titulaire. C’est une saison historique pour le Barça B qui termine 3e de Segunda sous les ordres d’Eusebio Sacristán.

Les performances sont au rendez-vous et Masip tape dans l’oeil du staff de l’équipe première du Barça. Il devient logiquement le réel numéro 3 au Barça avec comme concurrent Claudio Bravo et Marc André Ter Stegen. Régulièrement, Luis Enrique en parle comme un réel choix pour le poste de gardien. Malgré ces déclarations, difficile de se faire une place. Masip ne joue qu’un match de Liga et trois de Copa en 2 saisons. Par la suite, l’envol de Ter Stegen et le recrutement de Cillessen lui bouche totalement l’horizon avec le maillot blaugrana et il ne joue plus un match jusqu’en 2017.

Valladolid pour se faire un nom, enfin

En 2017, l’arrivée de Valverde finit de le convaincre de plier bagage pour enfin voler de ses propres ailes. Celui qui n’avait jamais quitté sa Catalogne a le choix entre deux clubs : Oviedo et Valladolid. Son choix se porte sur le club de Pucela avec qui il a un lien particulier. C’est à Valladolid lors d’un tournoi de jeunes que le jeune Masip a pris les gants pour la première fois. Celui qui avait évolué partout sur le terrain a une révélation et il ne quittera plus sa surface de réparation.

À Valladolid, il fait partie des anciens par l’âge mais reste un joueur avec peu de matches au compteur. A 28 ans, il ne dépasse pas la cinquantaine de rencontres. Cependant, Masip reste philosophe et explique : « entraînez-vous avec Messi, Suárez, Busquets, Neymar, Piqué, Xavi, Iniesta… Vous ne pouvez apprendre que des choses de joueurs de calibre mondial. Pouvoir s’entraîner avec eux est une chance incroyable. C’est comme jouer à 40 parties avec une autre équipe« .

Crédits : Eldesmarque

D’office, il est considéré comme le titulaire et aime ce nouveau statut. En avril, à la suite du limogeage Luis César Sampedro, son club revient à un football plus défensif. Un style qui ne plaît pas vraiment à Masip biberonné à une certaine idée de jeu mais qui lui permet de maximiser encore ces qualités. Avec le recul, difficile d’en vouloir à Sergio González d’avoir fait ce choix.

En 2018, après une fin de saison historique, Valladolid est de retour en Liga. Jordi Masip est un pilier du club, un homme de base dans la bonne forme du promu qui est dans la première partie de tableau. Le club de Pucela reste sur 3 victoires de rang et oscille entre le jeu défensif pur et la folie durant de courtes périodes. À 29 ans, Jordi Masip commence enfin sa carrière et il a les dents longues. Son premier objectif est le maintien mais vu la solidité de son équipe, le trophée Zamora (trophée du gardien ayant encaissé le moins de buts de la saison, ndlr) peut devenir une ambition personnelle de celui qui a deux idoles, Victor Valdés et Gianluigi Buffon. Et sa petite taille, seulement 1.80m, qui fait de lui un des plus petits gardiens de Liga, ne semble plus être un obstacle pour enfin se mettre dans la lumière.

Benjamin Bruchet
@BenjaminB_13

Commentaires