Pérou : El Cholo, El Maestro et El Futuro

0

Le Pérou, pays d’Amérique du Sud jadis sous l’empire Inca puis sous royauté espagnole, a connu son indépendance il y a 2 siècles. Le football y a tenu et tient toujours une place de choix. Absente de la Coupe du Monde depuis 36 ans et sa dernière apparition lors des phases de poules en 1982 en Espagne, le Pérou se retrouve dans le groupe C avec la France, l’Australie et le Danemark pour son retour en phase finale. Portrait de trois joueurs péruviens qui ont évolué en Espagne.

Hugo « El Cholo » Sotil

Cholo : personne d’origine indienne au sang espagnol

Photo de hugo el cholo sotil barcelone football liga espana sport bbva
Crédit : El Commercio
Dans les années 70, le péruvien Hugo Sotil jouait aux côtés du grand Cruyff à Barcelone. En une seule saison, il a tout connu : la gloire et la réussite. Portrait d’un joueur de talent devenu légende dans son pays, qui ne savait même pas où il mettait les pieds.

Un recrutement inattendu

« Monsieur, quatre gringos sont là pour vous rencontrer », a murmuré sa gouvernante un soir de 1973.

« C’est bizarre, il n’y a que des Indios qui viennent ici », pensa Hugo Sotil.

Devant la porte, face à lui, se trouvent le manager, le président et deux autres dirigeants du FC Barcelone. Les visiteurs d’un soir lui expliquent qu’ils étaient au stade dans l’après-midi pour regarder le match entre l’Alianza Lima et le Deportivo Municipal.

« Nous sommes venus voir Nene Cubillas, nous pensions le recruter. Puis nous avons été impressionnés par vos dribbles, votre audace, vos crochets… « .

Ce soir-là, ils lui proposent sans hésitation un contrat pour venir jouer en Liga. Hugo Sotil accepte immédiatement avant même de savoir pour quelle équipe il allait jouer. Ils ont signé des papiers, payé le Deportivo Municipal pour le transfert et deux jours plus tard, El Cholo était en route pour écrire sa légende.

À l’atterrissage en Catalogne, à sa grande surprise, deux cents journalistes l’attendent à l’aéroport. Il est stupéfait de voir l’intérêt qu’il suscite. Quelques heures plus tard, au Camp Nou, subissant la visite médicale de routine, il est amusé d’entendre les médecins déclarer qu’il avait «le physique de l’ancien roc Blaugrana : Kubala».

« Ils pensaient que tous les Péruviens étaient frêles. Ils ne s’attendaient pas à avoir affaire à un mec costaud comme moi « , a-t-il déclaré à un journaliste espagnol, quelques années plus tard.

Les premiers mois : régalade et fiesta

Au départ, Sotil a du mal à s’adapter à son nouvel environnement européen et à comprendre les exigences tactiques de Michels. Mais tout a changé lorsque l’Hollandais Johan Cruyff a rejoint le Barça. Il l’avait déjà rencontré lors d’un match amical entre le Pérou et les Pays-Bas l’année précédente. Cruyff a très vite été impressionné par la technique du Péruvien. « Le gars est comme un 4×4: il est fatigué et quelques instants plus tard, il est dans la surface adverse. Il est très rapide. Les médias disent que c’est un chien sur le terrain, mais c’est l’équivalent de deux joueurs . Il ne marque pas beaucoup, toutefois, il dirige l’équipe. Il est notre manager sur la pelouse »( El País, 2015 ).

Une amitié entre les deux joueurs se développe spontanément, notamment parce qu’ils sont les deux seuls étrangers de l’équipe, bien qu’ils soient d’origines et de cultures très différentes. De plus, ils ont la même curiosité pour la politique et la société espagnole. Ils deviennent alors des âmes sœurs.

La situation dans le pays reste un peu tendue car l’Espagne vit encore sous la rigueur du régime franquiste. Cependant le Péruvien et le Néerlandais réussissent à s’éloigner du centre d’entrainement et à aller en ville, surtout le dimanche après les matchs; soit pour acheter des chemises à fleurs et des pantalons à pattes d’éléphant, soit pour fréquenter les boîtes de nuit. Parfois, ils partent en balade en moto ou dans la Ferrari jaune de Sotil.

Photo de Motocycle Johan Cruyff Hugo Sotil Barcelona bbva
Crédit : El Commercio

« Nous avons passé de très bons moments cette saison-là. Nous l’avons vécu comme une aventure sans lendemain à cause de l’incertitude causée par le gouvernement militaire. Hugo et moi, nous sommes très bien entendus. Il y avait beaucoup de respect mutuel. C’est pourquoi il appelé son fils Johan » Johan Cruyff ( El Comercio, 2013 ).

« Mamita, campeonamos! »

Jouant aux côtés de Cruyff, mais aussi de Rexach, Arseni, Marcial et Juan Carlos, Sotil a connu une saison 73/74 exceptionnelle. En plus d’avoir aidé le Barça à remporter son premier titre de champion depuis quatorze ans, il a aussi été le troisième meilleur buteur de l’équipe avec quinze réalisations. Le point culminant de la saison est incontestablement la victoire 5-0 sur le Real Madrid le 17 février 1974, au Santiago Bernabéu. Ce soir-là, Sotil est partout, à gauche, dans l’axe, en défense, en attaque devant des fans stupéfiés. Passe décisive sur passe décisive, c’est même lui qui vient clôturer le score de la tête.

« Je n’ai jamais pensé que la victoire aurait un tel impact. Quand nous sommes rentrés à Barcelone, il y avait des gens qui pleuraient à l’aéroport. Le seul point négatif était que Cruyff ne m’a pas laissé célébrer mon but. Il m’a attrapé par le cou et a crié: « Nous sommes à Madrid. » Je lui ai dit : « Arrête ! Tu veux qu’ils nous tuent tous? « (El País, 2015).

Comme les Catalans s’en souviennent encore, l’équipe a remporté le championnat à cinq matches de la fin, grâce à une victoire sur le Sporting de Gijón. Ce jour-là, un Sotil euphorique, trophée à la main, a crié une expression péruvienne que les fans répètent encore aujourd’hui: « Mamita, campeonamos! ».

Picture of hugo el cholo sotil barcelona 1973 cruyff football bbva
Crédit : El Commercio

La disparition

Il est difficile de savoir ce qui est arrivé à Sotil après cette première année époustouflante. Comment a-t-il perdu sa place dans l’équipe alors qu’il avait été un tel joueur? La version officielle, corroborée par Cruyff, est qu’il a été victime de la restriction sur le nombre de joueurs étrangers autorisés à jouer. Ayant recruté le Batave Johan Neeskens la saison suivante, ses amis du club convainquent Hugo d’obtenir la nationalité espagnole pour jouer sans restriction.

Il accepte, mais le processus se révéle insupportablement lent, et il est tenu à l’écart de l’équipe par la paperasserie bureaucratique. Ils l’ont même envoyé jouer des matchs d’exhibition en Belgique et en Hollande pour le garder en forme, mais il n’était plus le même. À la fin, Neeskens (qui était aussi le beau-frère de Cruyff) a pris sa place sur le côté.

Picture of Johan Cruyff, Hugo Sotil and Johan Neeskens at F.C. Barcelona bbva
Crédit : El Commercio

La débauche

L’autre explication, peut-être celle qui est la plus vraie, suggère que Sotil s’est perdu à cause de la célébrité, des femmes, de l’alcool et de son attrait pour le luxe comme avec sa Ferrari jaune achetée après un mois de paie à son arrivée au Barça.

Bouteille de champagne sur bouteille de champagne, Ferrari jaune devant les discothèques barcelonaises chaque soir : voilà le quotidien du Péruvien durant ces années en Catalogne. Sa mauvaise hygiène de vie est la cause de son déclin footballistique. Mais indépendamment de sa fortune personnelle et de la manière dont il a géré les choses, le Péruvien reste une figure sacrée en Catalogne et dans l’histoire du football espagnol.

Picture of Johan Cruyff and Hugo Cholo Sotil in the F.C.Barcelona at the magazine Ovación bbva
Crédit : El Commercio

Flavio « Maestro » Maestri

Résultat de recherche d'images pour
Crédit : Delgol

Au milieu des années 90, un attaquant péruvien du nom de Flavio Maestri débarque au Herculés alors en première division. Il est précédé par sa réputation de goleador. Il y joue 2 saisons, une en Liga,une autre en Segunda et restera à jamais un héros dans le club d’Alicante.

Un début péruvien en fanfare

Maestri commence sa carrière au Sporting Cristal au Pérou en 1989. Il y remporte trois titres nationaux et a un ratio de 0,6 buts par match, soit 78 buts en 130 matchs. Depuis plusieurs années, les sirènes du vieux-continent tentent de l’attirer mais ce n’est qu’en 1996 qu’il décide de passer le cap et poser ses valises dans la communauté valencienne, au Herculés Alicante.

Résultat de recherche d'images pour
Crédit : Popflock

Un début espagnol en trombe avorté

Avec l’aide de son agent Augusto Olivares (directeur d’IMAGE, International Managers Agency), le transfert est devenu effectif en 1997, Flavio faisait déjà partie de l’effectif et commence son aventure espagnole de la meilleure des façons. Il marque plusieurs buts montrant sa grande efficacité offensive. Cependant, les problèmes sont arrivés assez rapidement. La sélection péruvienne dispute les éliminatoires pour le Mondial en France en 1998 et Flavio est indiscutable dans l’équipe blanquirroja. Le technicien d’Herculés, Quique Hernández, voit d’un très mauvais œil les nombreux voyages effectués par son joueur entre l’Europe et le continent sud-américain. Il lui demande même de ne plus jouer pour l’équipe nationale. L’attaquant ignore cet ordre et cela provoque une attitude hostile envers lui. Pour aggraver les choses, le club est relégué et descend en Segunda. Maestri marque 6 buts lors de sa première année et 6 autres en deuxième division, la saison suivante. Ensuite, il est reparti sur le continent sud-américain pour finir sa carrière dans le club de ses débuts au Sporting Cristal.

Crédit : El commercio 

Maestri, ce maestro

Les supporters sont très nostalgiques et retiennent les dates des moments marquants de leur club. Si vous parlez de Maestri à l’afición du Herculés, ils vous diront : 6 avril 1997. La tension dans le stade José Rico Pérez est à son comble, nous jouons la 87e minute de jeu, Herculés affronte la Real Sociedad et le score est de 1 à 1. Alfaro a ouvert le score pour les locaux à la 2e minute et Pikabea a égalisé à la 67e. On se dirige vers un match nul. Quique Hernández a effectué ses 3 changements. Maestri est le dernier à rentrer à la 84e. Quelques minutes plus tard, Varela déborde et centre au point de penalty. Maestri surgit et place une tête imparable. Le stade exulte, le joueur court sans arrêter, ivre de joie. Maestri, le maestro, ce héro! Score final 2 buts à 1, Herculés en mauvaise posture au classement espère encore se sauver et ce résultat met du baume au cœur à tout le club.

« C’est le but qui m’a apporté le plus de joie lors de mon séjour en Espagne. Je ne jouais pas, je suis sorti du banc et quelques minutes plus tard, j’ai marqué le but vainqueur. La joie était immense. « Ce sont des buts dont tu te rappelles toute ta vie » Flavio Maestri

Il n’y a d’ailleurs pas que lui pour s’en souvenir. Sur tous les forums, les récits du club d’Alicante, les souvenirs de ces années 90, toute l’afición se rappelle au bon souvenir de ce buteur péruvien.

Résultat de recherche d'images pour


Sergio « Futuro » Peña

 

Crédit : Trome
Il y a quelques semaines, Ricardo Gareca, sélectionneur du Pérou, a annoncé sa liste des 24 pour aller défier la France, le Danemark et l’Australie, en Russie. Le groupe a été composé dans la continuité des éliminatoires. Peu jouent au pays (5), la majorité évolue au Mexique. Parmi les joueurs évoluant en Europe, une absence de taille : Claudio Pizarro. Le joueur n’a pas convaincu Gareca à cause de ses piètres performances avec Cologne. Parmi tout ce petit monde, un seul joueur évolue en Espagne, en Liga123, à Grenade. Il s’agit de Sergio Peña. Avec le retour en sélection suite à sa suspension de 8 mois de son oncle Paolo Guerrero, le petit Péruvien est le joueur que Gareca a décidé d’écarter. Portrait du neveu du « Capitán » qui n’ira finalement pas au Mondial.

Une fausse arrivée

Sergio Peña a été formé à l’Alianza de Lima pendant 10 ans. Après avoir pointé le bout de son nez en équipe première à 17 ans, il est recruté par Grenade, transfert facilité par les réseaux du propriétaire Pozzo qui avait aussi en présidence, l’Udinese et Watford. Sergio Peña, 19 ans, débarque donc en Espagne mais va repartir dans la foulée en prêt dans son club formateur pour une saison puis chez le voisin de Lima au San Martin de Porres. Il réintègre l’effectif de Grenade en janvier 2017 mais en tant que joueur extra-communautaire, il joue essentiellement avec l’équipe B.
Crédit : Peru.com

La révélation

Lors de la pré-saison, il effectue avec toute la plantilla un stage aux Pays-Bas. C’est à cette occasion qu’il va montrer l’étendue de ses qualités et tape dans l’œil du coach Oltra. En septembre, il signe un contrat professionnel et se retrouve appeler en sélection. Le joueur commence à prendre progressivement de l’importance au sein de Grenade comme dans l’équipe nationale. D’abord sur le banc, il se fait une place en tant que titulaire à la mi-saison. lorsque les cadres ont besoin de souffler. Il saisit alors sa chance et réalise de très bonnes prestations en marquant notamment un golazo face à Tenerife.

La confirmation

Grenade joue alors les premiers rôles en Liga123 et espère monter à l’étage supérieur. Toutefois, une dynamique négative les fait redescendre hors des places de play-offs et rempileront une année de plus en Segunda la saison prochaine. Quand on discute avec les supporters de la Peña GCF Francia (@GranadaCFFR), ils sont unanimes : Sergio Peña est un très bon milieu offensif avec un excellent abattage défensif et une très bonne vision de jeu. C’est la révélation de Grenade cette saison. Ses principaux défauts viennent aussi de son jeune âge : il doit apprendre à se canaliser et à gérer les temps forts/faibles. Sergio Peña s’est très bien intégré au groupe, c’est un joueur discret. Les supporters l’ont pris en affection car même s’il n’est pas Espagnol, il sort du « cru » à leurs yeux. En revanche, ayant pris une autre dimension depuis quelques mois, beaucoup craignent qu’il parte dans un club plus huppé. Lui, espère tout simplement monter en première division avec son club de Grenade.

Crédit : Peru.com

Panini que nenni !

Pour l’anecdote, le célèbre magazine aux étiquettes de collections a publié son album pour la Coupe du Monde bien avant l’annonce des listes des sélections. Sergio Peña n’a pas eu la chance d’y être incorporé, Panini ayant anticipé les effectifs des équipes nationales. Qu’à cela ne tienne, sa petite amie en a confectionné une pour lui et l’a exhibé sur les réseaux sociaux, faisant rire aux passages les fans de la Blanquirroja. Cela montre aussi la fierté qu’ont ressenti la famille et l’entourage du joueur à l’annonce de son nom dans la liste.

Néanmoins, il y a quelques jours, à l’issue d’un match amical gagné face à l’Arabie Saoudite (3 à 0), le sélectionneur Gareca a du faire un choix sur les 24 joueurs qui seront du voyage en Russie, avec le retour de son attaquant vedette Paolo Guerrero après sa suspension. Le seul qui n’ira pas au Mondial est donc malheureusement Sergio Peña. Très attristé par la nouvelle, il l’a d’ailleurs publié sur son compte Instagram : « Je dois vivre le pire moment de ma carrière… ». Le jeune joueur devrait pouvoir rebondir et prendre cette grande désillusion comme une force. Comme dirait l’autre, en tous cas, on lui souhaite.

 

Programme du Pérou à la Coupe du Monde :

16/06 à 18:00 : Pérou – Danemark

21/06 à 17:00 : France – Pérou

26/06 à 16:00 : Australie – Pérou

Jé Pintio (@JePintio)

Commentaires

Amoureux des Canaries et de son football, passionné de Primera, Segunda, Segunda B et Tercera. Il a la classe de Redondo, la puissance d'Ayoze Pérez, la tête de Rommel et la vista de Felipe Miñambres. Il adore vous raconter des histoires mais ce ne sont pas des bobards.