Enric Saborit, le protégé de Ziganda qui quitte aussi l’Athletic

0

Les bagages semblent déjà pliés pour Enric Saborit, qui n’a reçu aucune offre de prolongation de la part de l’Athletic. Son contrat se terminant le 30 juin prochain, le défenseur pourrait avoir participé à son dernier match avec le maillot rojiblancos. 

Avoir accumulé quatre cartons jaune en championnat et jouer physique avec Tomás Pina du Deportivo Alavés, c’est risqué. Surtout lorsqu’il s’agit de l’avant dernière journée de Liga.
C’est pourtant ce qu’a fait Enric Saborit, arrière gauche de l’Athletic Club, ce samedi 12 mai. Pas aussi aveugle que le pensait le joueur, l’arbitre de ce match n’a pas hésité à sortir son carton jaune. C’est donc clair, si le club présidé par Josu Urrutia ne fait pas appel, Saborit participe sur la pelouse du Mendizorroza à son dernier match de la saison. Et accessoirement à son dernier match avec l’Athletic. N’ayant aucun motif justifiant un appel, l’Athletic a choisi de laisser le défenseur dans cette situation.

Remplacé à la 66e minute du match – qui se soldera par une victoire 3-1 des locaux – Saborit n’a pas caché sa frustration. Il semble clair qu’il sait que sa carrière de Leon est terminée.

Beaucoup de temps avant d’avoir sa chance

Enric Saborit est l’un des rares joueurs nés en Catalogne et passés par le centre de formation de l’Athletic. Ceci a d’ailleurs été possible grâce aux origines basques de la mère du natif de Barcelone.

C’est à 16 ans, après une formation infantile à l’Espanyol, qu’il rejoint Lezama, le mythique centre de formation de l’Athletic.
Cela fait déjà un an qu’il est titulaire au Bilbao Athletic (l’équipe réserve de l’Athletic, ndlr) lorsqu’un certain José Ángel Ziganda prend les commandes de cette équipe.

Saborit à l’entrainement cette saison [Crédits : AS]

Après deux saisons remarquables, Enric participe en 2013 à son premier match en équipe première – alors dirigée par Ernesto Valverde – et en jouera quatre autres. La saison suivante, il est décidé de l’envoyer en prêt dans une équipe de seconde division, le RCD Mallorca, afin de voir s’il peut garder une bonne forme de façon régulière.
17 matchs disputés plus tard, le niveau du joueur de maintenant 23 ans semble avoir fortement régressé. Ce qui ne l’empêchera pas de trouver une place de titulaire occasionnelle dans l’Athletic de 2016, toujours aux ordres de Valverde. Saborit a disputé quatorze matchs en équipe première. Sans s’être fait particulièrement remarquer – malgré ses deux buts –, la saison est correcte pour lui.

Ziganda, celui qui a cru en lui jusqu’au bout

Comme évoqué précédemment, Ziganda connait Saborit depuis 2011. Et c’est une vraie aubaine pour le natif de Barcelone.

Ayant quitté l’Athletic en 2017 pour rejoindre le Barça, c’est Ziganda qui est promu à la tête du club de Bilbao. Certain du potentiel de Saborit, l’entraineur surnommé Kuko serait même à l’origine de la prolongation du contrat du défenseur. Le contrat d’Enric stipulait la présence d’une année de contrat supplémentaire, en option et activable selon les envies du club. En effet, la rumeur veut que ce soit Ziganda qui ait demandé à la direction de bien vouloir renouveler Saborit d’un an supplémentaire. Il est donc probable que Josu Urrutia n’avait pas pour projet de garder Enric dans les rangs de son club.

C’est donc ainsi que Ziganda sauve le défenseur d’un départ plus que probable. Le coach ne tarde d’ailleurs pas à offrir une place de titulaire à Saborit, qui participe à son premier match de la saison fin août, contre le SD Eibar (victoire bilbayenne, 0-1), lors de la seconde journée.
Il faut aussi noter qu’il a participé à presque tous les matchs amicaux de cette pré-saison.

Saborit contre le Spartak [Crédits : Zona Cero]

Cependant, l’entraineur né en Navarre ne peut pas titulariser Saborit à tous les matchs alors que Mikel Balenziaga reste une valeur sûre de la défense basque. En effet, après une saison 2016/17 à nouveau remarquée, où il participe à la quasi-totalité des matchs, Balenziaga est un élément solide et fidèle. Contrairement à Saborit, il n’a pas peur d’aller au contact tout en sachant ne pas faire de faute. Pour comparer, Balenziaga n’a reçu qu’un carton jaune en 18 rencontres de Liga cette saison. Soit une de plus que Saborit, qui en a reçu cinq.

Aussi amusant que cela puisse paraitre, la saison de Saborit est plus connue pour ses centres de qualité et sa capacité à aller vers l’avant – qualité qu’il partage avec Balenziaga – que pour ses interventions défensives.

Mais un autre élément a beaucoup profité à ce joueur cette saison.

Blessure de Balenziaga, un mal pour un bien pour Saborit

Pendant toute la période où Valverde entrainait l’Athletic, Balenziaga a été un élément très important des tactiques de l’entraineur. C’est aussi pour cela que Kuko ne pouvait pas se permettre de le remplacer par Saborit.

Mais un élément loin d’être prévu a changer les choses, les blessures. Musculairement fragile cette saison, Balenziaga a dû faire face à plusieurs périodes de doutes médicaux. Une blessure à la cuisse droite l’a d’ailleurs contraint d’être absent pendant plus de trois mois.

Une véritable aubaine pour Enric Saborit, qui a pu remplacer le natif de Zumarraga et ainsi devenir un titulaire.
Cette saison 2017/18 a aussi été l’occasion de montrer son talent pour monter et centrer. Cette tactique d’attaque, consistant à centrer depuis l’extérieur de la surface, vers l’intérieur, est très appréciée par Ziganda. C’est comme cela qu’il inscrit sa première passe décisive, le 14 janvier 2018, magnifiquement dirigée sur la tête d’Iñaki Williams. Cette belle action a d’ailleurs eu lieu lors du match nul, 1-1, face à l’Espanyol, le premier club formateur de Saborit.

Une action similaire se produit le mois suivant, face au Spartak Moscou. Le centre de Saborit atteint cette fois-ci Etxeita, qui marque de la tête à San Mamés.

Saborit cette saison [Crédits : Marca]

Enric aura donc bien profité des blessures de Balenziaga, mais son accumulation de cartons jaune l’empêchera quoi qu’il en soit de participer au dernier match.

Les valises de Saborit réellement déjà faites ?

D’après les informations du média basque DEIA, le non-renouvellement du joueur ne provient pas de Saborit mais bien du Club. Ce dernier n’aurait en effet pas trouve opportun de proposer un nouveau contrat au défenseur.

Cette décision peut s’expliquer par des performances sportives n’ayant pas convaincu mais aussi et surtout par les récentes signatures de l’Athletic. Deux latéraux ont en effet été achetés par le club de Josu Urrutia. Un pour le côté droit, mais aussi un pour le côté gauche. Ander Capa du SD Eibar et Cristian Ganea du Viitorul Constanta (équipe roumaine de première division, ndlr) sont respectivement les latéraux qui vont rejoindre l’équipe basque le 30 juin prochain.

À LIRE : Un Roumain à San Mamés : la polémique Cristian Ganea

Cette future concurrence, ajoutée à celle des joueurs déjà présents à l’Athletic, explique en grande partie le choix d’Urrutia de ne pas proposer une suite au joueurs basco-catalan.

Le départ de Ziganda peut aussi expliquer celui de Saborit, qui ne peut plus protéger son poulain comme il l’a fait cette saison.
Il ne reste plus qu’à voir si le prochain entraineur de l’Athletic – qui semble être l’Argentin Eduardo Berizzo – souhaite garder ce défenseur. Mais d’après la situation actuelle et ce que l’on croit savoir, cela ne va pas être le cas.

Saborit cette saison [Crédits : DEIA]

Et vous, qu’en pensez-vous ? La direction de l’Athletic Club a-t-elle fait le bon choix en laissant partir librement Saborit ?

Jérémy
@Euskarade

Commentaires