Garcia contre El Cholo, Rami contre Diego Costa, Payet contre Godín : OM – Atlético, la Previa de la finale !

Enfin nous y sommes ! A Lyon, l’OM et l’Atlético se retrouvent pour disputer la finale de la Ligue Europa. Les Colchoneros de Diego Simeone ont favoris mais les Olympiens de Rudi Garcia ont des arguments pour créer l’exploit et apporter au football français une coupe qu’aucun club tricolore n’a encore soulevé. États de forme, XI possibles et stats : c’est notre Previa ! 

Le grand jour est arrivé ! Pour la 3e fois de la décennie, l’Atlético de Madrid est en finale de la Ligue Europa. Après avoir battu Fulham en 2010 et l’Athletic en 2012, les Colchoneros affrontent l’Olympique de Marseille qui dispute sa 3e finale de C3 de son histoire. L’OM n’a pas connu la même réussite que leurs adversaires du soir puisqu’ils ont été battus en 1999 par un Parme exceptionnel et en 2004 par un Valencia frais champion d’Espagne. En revanche, Lyon n’est pas un bon souvenir pour les Indios puisqu’en 1986 l’Atlético a perdu la finale de la Coupe des Coupes contre le Dynamo Kiev au stade de Gerland.

Si la saison 2017-2018 n’a vraiment pas été la meilleure du Cholismo (disons-le carrément c’est la moins bonne de toutes sur le plan du jeu), les Colchoneros arrivent à Lyon dans la peau du grand favori. Après avoir terminé 3e de son groupe de Ligue des Champions (Roma, Chelsea et Qarabag), l’Atlético est immédiatement devenu l’équipe à battre en Ligue Europa. Son parcours n’était pas évident : Copenhague, le Lokomotiv Moscou tombeur de Nice, le Sporting Portugal et Arsenal. Dans un style cholista pur jus et un effectif très limité surtout à partir de janvier, les Rojiblancos ont terminé 2e de la Liga et se sont hissés en finale de la C3.

Contrairement à l’Atlético, l’Olympique de Marseille n’a pas eu le loisir de gérer son effectif en championnat. Quand les Colchoneros savent depuis plusieurs mois qu’ils seront sur le podium, les Marseillais quant à eux doivent encore batailler en Ligue 1 pour accrocher la 3e place qualificative pour la Ligue des Champions et le pactole qui va avec. C’est un reproche qu’on a pu entendre régulièrement depuis la qualification de l’OM en finale : son parcours n’est pas prestigieux. Des stades vides lors de la phase de groupe (mais bientôt ce sera comme le OM-Forbach disputé en 1964 devant 434 spectateurs, tout le monde y était) et un engouement qui monte crescendo à mesure des tours (Sporting Braga, Athletic, RB Leipzig et RB Salzburg) certes mais l’OM n’est tout de même pas responsable des tirages au sort.

A LIRE : ¡Sí se puede! L’OM peut battre l’Atlético !

Garcia contre El Cholo : quelles tactiques ?

Au vu d’une large partie de la saison, très peu aurait parié sur une finale de Ligue Europa. Et pourtant, malgré l’accumulation des matches (c’est le 61e de la saison !), Rudi Garcia réalise une saison étonnante. Toujours en course pour le podium sans avoir battu le PSG, Lyon et Monaco mais à 90 ou 120 minutes d’une coupe européenne, l’OM est à bout de force mais toujours d’attaque.

Forcément, ce match sera évidemment une opposition de coaches. Rudi Garcia a toujours apprécié le football espagnol, par ses origines ibériques certes mais aussi en côtoyant Rafa Benítez lors d’un stage à Valencia et qui correspond à la meilleure époque de l’histoire du club che. Diego Simeone est davantage dans la lignée d’Helenio Herrera, même s’il ne dispose pas d’une Delantera de Cristal comme son aîné (Diego Costa et Antoine Griezmann, ce n’est pas mal non plus) : abnégation, sueur, grinta et talent. Détail qui peut avoir son importance : Simeone sera en tribunes puisqu’il purge encore sa suspension après son expulsion à l’Emirates Stadium contre Arsenal en 1/2 finale. Il sera remplacé sur le banc par son adjoint El Mono Germán Burgos.

A LIRE : Germán Burgos, le singe avec des Google Glass

Les systèmes tactiques sont quasiment certains : 4-2-3-1 pour l’OM et 4-4-2 pour l’Atlético. Contre Getafe samedi dernier, Simeone a proposé un 4-4-2 en losange (un 4-3-1-2 en somme) avec Koke Resurrección en position de 10. Il reste encore quelques zones d’ombre quant au choix des hommes.

Atlético de Madrid

4-4-2 à plat classique : c’est la composition préférentielle du Cholo avec deux lignes de 4 très resserrées et beaucoup d’agressivité à la perte de balle. La ligne de milieu est polyvalente et interchangeable. Davantage que la position, il faut surtout voir les hommes qui la compose. Gabi est le capitaine et le relais de Simeone sur le terrain, même s’il fait ses 34 ans. Le Ghanéen Thomas Partey, couvé depuis plusieurs saisons par le coach argentin, s’est installé dans le XI. Il a encore du déchet mais sa qualité de relance, son impact et sa frappe ont énormément progressé. Koke et Saúl Ñiguez sont les deux cracks, capables d’une inspiration létale pour lancer la Bestia Diego Costa et Antoine Griezmann qui décroche énormément pour participer au jeu et défendre.

En défense, Jan Oblak sera le dernier rempart, lui qui va remporter le 3e Trofeo Zamora (gardien qui encaisse le moins de buts en Liga) de sa carrière. Si contre Getafe Diego Simeone a aligné une défense Filipe Luis-Diego Godín-Stefan Savic-Juanfran, 50% de l’arrière-garde devrait changer : Diego Godín devrait composer la charnière avec son compatriote uruguayen José María Giménez qui était incertain ces derniers jours mais qui serait quand même titularisé. Au poste de latéral droit, c’est le Croate Sime Vrsaljko qui tient la corde devant Juanfran. Même s’il a été exclu au bout de 10 minutes lors de la 1/2 finale aller contre Arsenal, le joueur de 25 ans offre actuellement un meilleur compromis attaque-défense. Les oppositions sur les côtés seraient donc Sime Vrsaljko face à Lucas Ocampos et Filipe Luis face à Florian Thauvin.

 

4-4-2 en losange : c’est le système de l’Atlético contre Getafe en Liga samedi dernier avec un Koke placé très haut y compris dans le pressing.

A LIRE : Que retenir du dernier match de l’Atlético avant la finale contre l’OM ?

 

Une autre question essentielle de ce match sera la gestion du banc. Ángel Correa est annoncé titulaire par Marca mais son impact sera plus grand en cours de match, au moment d’emballer la rencontre. Devant, Kevin Gameiro et Fernando Torres pourrait faire office de joker de luxe. Les grands joueurs dans les grands matches : attention au Niño qui dispute sa dernière finale avec son club formateur ! En ce qui concerne l’arrière-garde, Juanfran et Stefan Savic reste des valeurs sûres en cas de pépins. Reste à savoir ce qu’il adviendra de Vitolo, très incertain et qui pourrait finalement être en tribune s’il n’est pas suffisamment remis de sa blessure.

Olympique de Marseille

Pour limiter l’impact du milieu de l’Atlético de Madrid, Rudi Garcia devrait reconduire son 4-2-3-1. Reste à savoir comment sera composé son double pivot devant la défense. Plusieurs possibilités et certainement quelques nuits blanches pour le coach de l’OM.

1re possibilité : Luiz Gustavo reste en charnière central avec Adil Rami et André-Frank Zambo Anguissa est titularisé avec Morgan Sanson à la fois pour défendre mais aussi pour lancer le quatuor de devant. Vu l’opposition musclée, le Camerounais devrait être préféré à Maxime Lopez.

 

 

 

2e possibilité : Luiz Gustavo monte d’un cran et se place à côté de Morgan Sanson pour apporter son expérience et sa créativité. Du coup, Rolando, même à 80% (il revient de blessure) serait titularisé en charnière à côté d’Adil Rami. Rolando-Rami pour contenir Diego Costa, le combat vaudrait son pesant d’or !

 

Dans la mesure où Steve Mandanda, blessé pendant 3 semaines, devrait récupérer sa place dans les cages, deux postes restent en balance : celui de latéral droit et celui d’attaquant de pointe. Dans un match où le jeu défensif sera omniprésent, Hiroki Sakai serait plus adéquat que Bouna Sarr qui découvre encore ce poste. Lui aussi blessé 3 semaine, le Japonais a repris le rythme contre Guingamp en Ligue 1, ce qui laisse penser qu’il sera dans le XI de départ. Bouna Sarr serait alors un recours en 2e période pour apporter sa vitesse face à Filipe Luis qui est resté 3 mois sur le flanc et qui a repris la compétition il y a peu.

En attaque, Valère Germain peut jouer un rôle prépondérant pour gêner la charnière centrale colchonera en dézonant et en participant au jeu sur les côtés, ce qui permettrait ensuite à Dimitri Payet, Lucas Ocampos et Florian Thauvin de porter le danger dans la surface dans le dos de la défense. Buteur à Guingamp, Germain a retrouvé le chemin des filets au meilleur moment et son profil paraît plus à même de déstabiliser l’Atleti. Kostas Mitroglou offre moins d’alternatives dans le dernier tiers du terrain car il est moins mobile que le Français. L’attaquant grec, touché mais qui sera bien présent sur la feuille de match, pourrait apporter son sens du but et son opportunisme en fin de partie après le travail de sape de Germain.

 

Payet et Griezmann : deux Bleus dans le match

De chaque côté, on attend une étincelle de leur part. Dimitri Payet et Antoine Griezmann sont particulièrement attendus lors de cette finale. Payet joue peut-être davantage que le trophée : sa place dans les 23 pour la Coupe du Monde. Une victoire et un match plein et ce serait un billet presque composté. Réputé pour passer à côté des grands matches, on a l’impression que le récent parcours en 1/4 et en 1/2 de Ligue Europa a libéré totalement le Réunionnais. C’est le soir où jamais pour entrer dans l’histoire du football français et tout Marseille rêve d’un coup franc téléguidé pour libérer tout un peuple, 25 ans quasiment jour pour jour après la tête de Basile Boli contre Milan.

Antoine Griezmann est certain de participer au Mondial mais ce match revêt aussi une importance cruciale pour lui. C’est le moment pour remporter son premier trophée majeur. Grizi joue pour ainsi dire à domicile puisqu’il est natif de Mâcon, à 70km de Lyon. De plus, il est opposé à un club qu’il adore de son propre aveu. Une victoire le lancerait à pleine vitesse vers la Russie, surtout s’il trouve les filets olympiens. Un succès demain et il pourra aussi envisager plus sereinement son futur sportif, annoncé avec insistance depuis plusieurs semaines du côté du FC Barcelone. Une façon de partir en beauté de l’Atlético.

 

Quelques statistiques

  • L’OM et l’Atlético se sont affrontés seulement 2 fois, c’était en phase de groupe de Ligue des Champions en 2008 : victoire 2-1 des Colchoneros à Vicente-Calderón, match nul 0-0 au Vélodrome.
  • Lucas Ocampos et Antoine Griezmann sont les meilleurs buteurs de leurs clubs respectifs en Ligue Europa avec 4 buts.
  • Dimitri Payet a délivré 7 passes décisives cette saison en Ligue Europa.
  • Florian Thauvin a inscrit 3 buts et adressé 3 passes décisives cette saison en Ligue Europa.
  • L’Atlético a inscrit 17 buts depuis son entrée en lice dans la compétition et en a encaissé 4 (6 victoires, 1 nul, 1 défaite).
  • L’OM a inscrit 16 buts depuis le début de la phase éliminatoire et en a encaissé 8 (5 victoires, 3 défaites).
  • Saúl Níguez est le joueur de champ le plus utilisé de la saison chez les Colchoneros cette saison avec 47 matches disputés (35 en Liga, 6 en Ligue des Champions et 8 en Ligue Europa) soit 4253 minutes. Le 2e est Koke Resurrección avec 42 matches (32 en Liga, 6 C1 et 4 C3) soit 3702 minutes.
  • Luiz Gustavo est le joueur le plus utilisé de la saison à l’OM avec 47 matches (33 en Ligue 1 et 14 en Ligue Europa, tous comme titulaire) soit 4169 minutes. Adil Rami suit avec 45 matches (33 en L1, 12 en C3) dont 44 comme titulaire soit 4129 minutes.

Commentaires