Clásico – Barça 2 – 2 Real Madrid : Comment les deux rivaux espagnols se sont neutralisés

0
33

Récent champion d’Espagne, le FC Barcelone n’a pas réussi à se défaire du Real Madrid (2-2) mais reste invincible ce dimanche en Liga. Un match sans enjeu mais avec du caractère. Pourtant les deux éternels rivaux ne nous ont pas fourni un grand spectacle pour ce dernier Clásico de la saison. Analyse d’une rencontre qui s’est déroulée sous hautes tensions.

Même sans enjeu au classement, un Clásico reste un Clásico. Hier soir au Camp Nou, la plus grande rivalité du monde s’est jouée dans sa forme la plus pure. Pour la 36e journée, le Barça et le Real Madrid se sont offert un duel accroché. Malgré un nul à l’arrivée (2-2), le résultat reste en faveur de l’équipe Culé toujours invincible, avec désormais 42 matchs consécutifs sans défaite en Liga. Un nouveau record en Espagne. A trois matchs de la fin, le FC Barcelone pourrait être la première équipe depuis 1930 à remporter la Liga sans perdre le moindre match.

Une performance historique entachée cependant par des matchs moyennement réalisés et lors desquels les Catalans ont même inquiété. Si d’une superbe volée de Luis Suarez, les Catalans étaient partis pour remporter la rencontre, CR7 auteur de l’égalisation a quelque peu contrarié les plans Culés. Côté Real Madrid, les Merengue dominant une grande partie de la rencontre, n’ont pourtant pas arraché la victoire. Réduit à 10 après l’expulsion de Sergi Roberto pour un mauvais geste sur Marcelo, le Barça a réussi à mener au score en début de second période. Le Real a fini par égaliser grâce à une magnifique frappe enroulée de Gareth Bale en fin de rencontre. Fautes à répétition, tensions, et même si les erreurs d’arbitrages ont changé énormément la physionomie de la rencontre, Barcelonais et Madrilènes n’étaient pas eu mieux de leur forme pour tenter de se départager. Mais alors que s’est-il passé ?

Un milieu Culé submersible 

Dès le coup d’envoi, Barcelone n’a eu qu’une seule stratégie : presser le Real Madrid quand ils ont eu la possession. Une stratégie implacablement réalisée dans un premier temps. Cependant, il était loin le temps où le Barça était capable de garder la possession et maintenir la pression. Concédant quelques boulevards à leurs adversaires, les Culés se sont rapidement laissés dépasser. Si l’expulsion de Sergi Roberto n’a pas arrangé le cas du Barça, le principal problème se trouve encore au milieu de terrain. Sans impact physique, sans création ni maîtrise, l’entre jeu catalan a fait encore pâle figure hier soir. Si Messi et l’attaque Culé sont encore venus sauver les meubles, cela n’a pas été suffisant pour venir à bout des Madrilènes.

Un Real trop pragmatique

Dominant tout au long de la rencontre, les Merengues auraient pu prétendre à la victoire. Le Real Madrid a maintenu une forte forme en attaque et était capable de maintenir une présence agressive tout en appuyant de manière décisive. Soutenue par Marcelo et Benzema, l’attaque madrilène était sur tous les bons coups. Si le Brésilien apportait de la largeur, Benzema, cantonné sur les ailes, donnait à Ronaldo et à Bale la liberté d’exploiter les contres et de trouver de l’espace au milieu du terrain. Mais voilà, le Real s’est contenté de gagner sans continuer à pousser, laissant leur adversaire en infériorité numérique leur apporter quelques frayeurs.

Entre ambition, peur et tensions, ce Clásico était loin d’être amical et a révélé le meilleur comme le pire de ses acteurs. Un bon Clásico en somme.

Soledad Arque-Vázquez

Commentaires