O Noso Derbi : Délice Galice

0
44
Crédits : as.com

A l’ombre du Clásico de dimanche, la Liga propose ce samedi O Noso Derbi, un duel fratricide entre les deux clubs galiciens : le Celta de Vigo et le Deportivo de La Corogne. Zoom sur un choc qui a connu son apogée au début des années 2000.

Crédits : as.com

6 novembre 1992. Après une période de près de 20 ans sans derby en première division (les deux clubs se sont affrontés en D2 et D3), le derby de Galice retrouve la lumière de la Liga. Sur la pelouse, les deux équipes ont de la gueule. Le Celta compte dans ses rangs Santiago Cañizares, Gudelj et le regretté Tito Vilanova qui ratera d’ailleurs un penalty. Le Depor est emmené par son attaquant brésilien Bebeto, Mauro Silva et Fran. Ce duel au Riazor qui voit les locaux l’emporter 2-0, notamment grâce à un but de Bebeto, annonce la meilleure période de l’histoire des deux clubs. Le Depor ne va pas tarder à devenir le SuperDepor qui fera trembler l’Europe. Le Celta, pour sa part, va bientôt apprendre à connaître et à aimer le Russe Aleksandr Mostovoï.

A LIRE : Aleksandr Mostovoï, le règne d’un Tsar en Galice

Au début des années 90, le club de La Corogne est largement supérieur à son voisin celeste en championnat. Le club du Nord joue les premiers rôles en championnat et participe également à la coupe d’Europe, tandis que le Celta se bat pour se maintenir. Mais le derby transcende les joueurs et la logique n’est qu’illusion lorsque vient le grand soir et le Celta accroche son adversaire.

Été 97 : la nouvelle dimension d’O Noso Derbi

Au cours de l’été 97, les dirigeants du Celta de Vigo recrute Javier Irureta avec, comme objectif, jouer un nouveau rôle en championnat. Le Russe Karpin, le Portugais Cadete et le Serbe Djorovic sont signés. Ils rejoignent un effectif où figurent également Dutruel, Berges et Víctor Sánchez. Au cours de cette saison, le Celta renoue avec la victoire 4 ans après son dernier succès contre son voisin (2-1 à Balaídos). A l’issue de la saison, le Celta se qualifie pour la Coupe UEFA et Irureta est nommé meilleur entraîneur de Liga. Dans la foulée… le Depor le recrute. Son départ ne stoppe pas l’ascension du Celta mais va profondément accroître la rivalité entre les deux clubs. Sous la houlette de Víctor Fernández, le Celta confirme son nouveau statut d’équipe de haut du classement. Les derbis sont plus intenses et deux joueurs vont symboliser cette nouvelle rivalité : Djalminha et Mostovoi.

En 2000, le Celta voit son éternel rival devenir champion d’Espagne. Et pourtant, les derbis sont toujours équilibrés. En 2003, le football galicien est à son apogée. Habitué de la C1, le Deport voit le Celta le rejoindre pour l’édition 2003-04 de la Ligue des Champions. Malheureusement pour eux, les Celtistas ratent leur saison et connaissent 3 humiliations : deux défaites en Liga contre La Corogne (0-5 à Balaídos avec un quadruplé de Víctor puis 3-0 au Riazor) et la relégation en Segunda en mai 2004 alors que, dans le même temps, le Depor échoue aux portes de la Ligue des Champions. Cette descente met fin à la grande équipe du Celta née en 1997. Les meilleurs s’en vont, comme le capitaine Mostovoi.

A LIRE : Sagasti-Urquijo, le duo qui a fait venir la Russie en Liga

Le temps des vaches maigres mais la même rivalité

Après une année au purgatoire, Vigo remonte en Liga pour deux saisons et les derbis ont toujours la même saveur. Mais en dépit de deux victoires sur le Depor en 2006-07 (deux fois 1-0), le Celta se voit de nouveau relégué en Segunda en 2007.

 

Le Depor perd aussi de sa superbe et va, au fil du temps, glisser vers le bas du classement, jusqu’à finalement rejoindre son voisin en 2e division en 2011. La relégation n’entame pas la passion et la rivalité est toujours aussi intense, même en Segunda. Au cours du match aller à La Corogne, les supporters du Celta sont accueillis par une banderole hostile à l’entrée de la ville et des incidents ont lieu avec les bus de l’afición celtista. Le retour se déroulera de manière plus calme en tribunes mais, sur le terrain, le résultat et le même : le Depor s’impose à chaque fois. A la fin de la saison, le Depor termine champion et le Celta est son dauphin. Les deux clubs sont donc promus en même temps et O Noso Derbi retrouve la lumière. La provocation des années 2000 est au rendez-vous, encore et toujours. La preuve : pour le retour du duel en 2013, Iago Aspas voit rouge et assène un coup de tête à Carlos Marchena.

Il faut dire que l’attaquant du Celta a le club dans la peau et le derbi a une vraie saveur pour luo. La saison dernière, à La Corogne, il marque et célèbre devant la tribune des Riazor Blues. Actuellement, le Celta est supérieur au Depor. Le club de Vigo reste sur 4 victoires consécutives et 5 sans connaître la défaite. Le match aller a été une formalité et un rayon de soleil dans une saison en dents de scie avec Juan Carlos Unzué. En face, le Depor se présente dans la peau d’un relégué. La victoire à Balaídos est donc une question d’honneur pour les hommes de Clarence Seedorf qui ont été motivés toute la semaine par leurs supporters. Pour le Celta, ce sera le moment d’enfoncer le voisin et de confirmer la suprématie actuelle.. Une chose est certaine au coup d’envoi : le Celta ne goûtera pas au parfum du O Noso Derbi la saison prochain alors que le Depor pourra un peu se rattraper en défiant Lugo en Segunda.

Bonus : pour découvrir le derbi, on vous conseille ce très bon reportage.

Damien Dufresne
@Damien_Dudu

Commentaires