Real – Bayern : Road to Kiev, la previa C1

0

Dans un Santiago Bernabéu qui s’annonce incandescent, les Vikingos ont une occasion encore très grande de rentrer un peu plus dans l’histoire. Victorieux 2-1 à l’aller au terme d’un match assez particulier, les hommes du double Z sont à 90 minutes d’un finale de LDC, et d’une troisième finale consécutive. En face, se dresse un autre géant, le Bayern Munich, mais cela n’impressionne guère les Espagnols. 

A l’aller, si le Bayern Munich a mené aux points, c’est bien le Real qui a mis KO les Bavarois et aborde ce retour avec un avantage intéressant. On a encore tous en mémoire le match retour de l’année passée avec cette prolongation où Cristiano a pris littéralement feu. Ce classique européen va encore une fois nous offrir un duel à couteaux tirés. Le Bayern, pour certainement la dernière de Jupp sur un banc ne va pas se laisser mourir ainsi. La bête blessée qui était déjà dangereuse à l’aller va une nouvelle fois sortir les griffes. Aux dompteurs vikingos de l’apprivoiser et de réussir à la canaliser pour sortir vainqueur de ce duel.

Ne pas trembler comme face à la Juventus ?

Certes l’avantage n’est que d’un but quand il était de 3 face à la Juventus, mais le Real a touché du doigt cette remontada. Ce sentiment de voir un match te filer entre les doigts alors que tu as toutes les cartes en main pour passer sans problème. Face à la Juventus, le Real a sûrement pris une claque salvatrice. Tout d’abord parce qu’après avoir tremblé durant 90 minutes, ils se sont qualifiés en évitant une prolongation stressante et surtout parce que ça a pu dégonfler la bulle de succès des blancs. Quand tu enchaînes les succès tu en fais moins, tu te mets moins en danger, c’est un sentiment normal. Face aux Italiens, le Real a été mis devant ses problèmes et a du trouver les solutions pour les résoudre. Cette réflexion va être utile aujourd’hui, la maison blanche sait maintenant ce qu’elle doit faire pour ne plus douter, ou en tout cas mieux aborder cette avance et ce retour.

4-4-2 et Asensio-Lucas d’entrée ?

C’est la grosse incertitude comme d’habitude, Asensio et Lucas sont tellement déterminants qu’ils semblent être plus que des remplaçants, ils doivent être titulaires. Face au PSG, face à la Juventus, face au Bayern c’est eux qui ont fait les décalages et permis au Real de s’en sortir. Le légendaire XI de Cardiff ne semble plus être la référence pour le double Z dans les grands matchs. Surtout qu’Isco est absent et Bale n’est plus un titulaire pour l’entraîneur français. Ce 4-4-2 colle aussi beaucoup plus à l’idée de verticalité que veut mettre en place Zidane. Avec des ailiers bons avec le ballon mais surtout des joueurs qui font le boulot à la perte du cuir et qui savent provoquer du danger par la passe et par le dribble.

La question est qui mettre à côté de Cristiano Ronaldo, seul en pointe il a dû mal à profiter des espaces et des trous dans la défense. CR est un excellent joueur qui sent parfaitement les coups mais il a du mal à se créer les situations seuls. Il ne pèse pas vraiment sur les défenses, ne leur impose pas un défi physique constant.On l’a vu face à Munich la semaine dernière, il a traversé ce match comme un fantôme sans jamais vraiment réussir à se faire servir convenablement.  Benzema semble donc sur d’avoir sa place, Lucas était plus à l’aise sur un côté qu’en pointe aux côtés du portugais. Asensio va alors sûrement une nouvelle fois débuté sur le banc avec un Modric qui se positionne sur une aile. L’ancien de Majorque a récupéré le rôle d’Isco, il est le joker de luxe, le supersub, celui qui crée des décalages quand le Real est dos au mur et sans solution. Et le milieu de terrain est plutôt à l’aise avec ce rôle.

Nacho est de retour dans le groupe pour ce match, seul Isco et Carvajal sont absents coté vikingos. L’infirmerie est encore une fois pleine coté Bayern : Vidal, Neuer, Boateng, Robben et Coman ne sont pas du voyage pour Madrid.

 

Commentaires