Mais qui va être européen cette année ? Le point sur le course à l’Europa League

0
40
Crédits : Marca

Avec la victoire du Barça en Copa del Rey, la 7e place est devenu qualificative pour l’Europe en Liga. Un chamboulement prévisible mais qui rebat quelques cartes et surtout, rend cette fin de saison encore plus tendue en Liga. Qui va être européen la saison prochaine ? Présentation des forces en présence. 

Au début de saison, on pensait que Séville et Villarreal allaient finir européens, comme d’habitude ces derniers temps. Sauf que dans cette Liga de transition, des outsiders ont réussi à s’engouffrer dans les brèches qu’ont laissé les habitués de l’EL. L’Athletic a déçu et n’est presque plus concerné par cette course. Séville et Villarreal sont bien trop inconstants pour plier le championnat. Rien n’est encore fini, et ce sprint final s’annonce haletant.

Forces en présence

Ils sont huit à être encore en course pour les trois places qualificatives pour l’Europa League. Le Betis qui finit la saison en boulet de canon semble avoir faire le break. La 5e place leur semble promise. Pour les autres ça se complique. Eibar et la Real, les deux formations basques, sont encore loin mais rien n’est fini pour eux. Oui, cinq points à reprendre sur quatre journées ça fait beaucoup, mais quand on voit la forme des formations de devant, l’écart peut fortement se réduire. Pour Eibar on est un peu moins serein tout de même, la dynamique de ces derniers temps est inquiétante.

Villarreal et Séville ont les effectifs les mieux armés pour ce sprint, sauf que Seville n’a plus gagné depuis six matchs et vit sa plus mauvaise période en Liga depuis sa remontée au début du siècle. Le sous-marin jaune  est capable du meilleur comme du pire. De gagner face au Real et l’Atleti pour perdre face à Málaga.

Getafe et Girona semblent également en mesure de gratter une place européenne. Getafe finit très bien cette saison avec notamment une victoire de prestige face à Valence il y a de cela deux journées. Coté Girona le jeu est toujours aussi emballant mais la réussite fuit quelque peu les Catalans. Nul doute qu’elle reviendra  avant la fin de saison. Pour le Celta, l’absence d’Aspas combinée à une inconstance chronique semble fortement compromettre les chances de qualification européenne pour les Galiciens.

Qui a le meilleur calendrier ?

Le Betis semble avoir le calendrier le plus favorable en plus d’avoir la position la plus tranquille au classement. En recevant un Malaga déjà condamné et en allant jouer un Athletic et un Leganeés déjà en vacances, les résultats devront être favorable. Au milieu de ça, le Granderbi face à Séville fait office de match de gala pour les verdiblancos quand Séville jouera sûrement sa survie européenne. De quoi être tranquille.

La Real Sociedad n’a pas la meilleure position au classement mais a un calendrier plutôt intéressant. Deux réceptions de clubs clairement à leur portée, donc un derbiy basque. Et surtout deux déplacements de gala, celui à Seville va valoir son pesant de cacahuètes. La Real pourrait reprendre des points précieux sur un concurrent direct, à eux d’être sérieux sur ces quatre dernières journées.

La calendrier du Celta est aussi intéressant. Un déplacement face à un concurrent direct, Villarreal. Un choc entre deux équipes capables du pire comme du meilleur. Si le Celta ramène trois points du Madrigal, il pourra croire à une fin de saison heureuse. Surtout que le o noso derbi face à un Depor déjà relégué semble être déjà plié. Ensuite, se déplacer face à un Real qui aura la tête à la LDC, c’est plutôt un bon coup, surtout que les galiciens adorent les gros matchs. Finir face à un Levante en vacances à la maison peut permettre de finir la saison en apothéose.

Un retour de l’EuroGeta au Coliseum ? C’est de plus en plus probable. Après avoir écarté Valence et Eibar, les madrilènes vont recevoir Girona. Un match qui va être déterminant dans la course à l’Europe. Si gagnant il est il fera un grand pas vers l’EL. Par la suite, Getafe n’aura pas vraiment de match compliqué à gérer. Deux déplacements face à des relégués et surtout une réception d’un Atleti qui ne pense qu’au sacre européen.

Le club le moins bien embarqué au vu de son classement à aussi un calendrier plutôt compliqué. Trois déplacements et pas des moindres, face à l’Atleti, Valence et Girona. Celui au Wanda sera le jubilé de Torres, nul doute que les madrilènes voudront lui offrir une victoire pour sa dernière chez lui. On a du mal à voir Eibar refaire son retard avec ce calendrier plus que compliqué.

Villarreal, en plus d’être déjà en position de qualifié pour l’EL a un autre avantage : celui d’avoir cinq matchs à jouer. Même si aucun ne semble réellement facile à part le déplacement au Depor, les Groguets auront les moyens de réduire les dégâts. Surtout que le sous-marin va recevoir quatre fois. Et il jouera un match face à un concurrent direct ce week-end pour ensuite recevoir des clubs presque en vacances comme Barça et Valence. Un calendrier plutôt favorable pour eux.

Girona semblait bien parti pour l’Europa. il était notamment devant le Betis il y a peu, mais les hommes de Machín ont calé. Le jeu est toujours aussi intéressant au Montivili mais clairement, les Catalans ont de moins en moins de réussite en cette fin de saison. La fatigue pèse clairement sur les organismes. Au niveau du calendrier, le match face à Getafe va être une référence pour savoir si la course à l’EL s’arrête dimanche pour eux ou non. Une défaite face aux Azulones et ça sera fini. Par la suite, deux réceptions face à des clubs à leur niveau et un déplacement chez un relégué, ce qui est plutôt favorable. Cependant il va falloir battre Getafe, et ça, c’est pas gagné.

Séville est à un tournant. Montella devrait être licencié sous peu et l’entité semble s’orienter vers une catastrophe. Le Sevilla, terreur européenne pourrait ne pas participer à l’EL la saison prochaine. Le club n’a pas gagné en Liga depuis six matchs, et l’enchaînement qui arrive peut encore plus mettre la tête sous l’eau des Palanganas. D’accord, Séville va recevoir trois fois, mais contre des clubs comme la Real Sociedad et le Real, il va falloir être sérieux. Au milieu de tout ça, un Gran Derbi face à un Betis qui rayonne, ça peut faire encore une fois mal. Le dernier match semble être le plus abordable pour les andalous, mais ils seront peut-être déjà trop loin de l’Europe pour y croire ..

Nos pronostiques : (barème : 1 peu de chance, 5 de très grandes chances)

Betis Seville (5/5) : On a du mal à voir par quel miracle les hommes de Setién pourraient ne pas être européen la saison prochaine. Solide défensivement, intéressant offensivement, Joaquín et sa bande sont en pleine confiance et ça se voit.

Villarreal (4/5) : On est tous un peu surpris de voir Villarreal être aussi inconstant cette saison. Calleja réussit un bon travail mais le sous-marin manque de certitudes. Et il suffit d’une absence pour voir l’édifice s’effondrer. Les pensionnaires du Madrigal sont aussi sujets à des disparitions durant les matchs. Le 2-0 remonté par Séville il y’a quelques semaines trotte encore dans les têtes.

Getafe (4/5) : Les Azulones semblent être de retour en forme au meilleur des moments. Restant sur trois victoires consécutives, les hommes de Bordalás abordent à pleine vitesse ce sprint final. Sereins et compliqués à manœuvrer, ils devraient réussir à grappiller une place européenne.

Real Sociedad (2/5) : Sans le saut de chaîne face à Malaga, la Real aurait pu être un candidat sérieux pour l’Europe dans cette fin de saison. Les hommes d’Aguacil sont loin mais ont un calendrier plutôt intéressant. Si ils abordent avec sérieux cette fin de saison, ils ne devraient pas être loin de la 7e place.

Celta Vigo (2/5) : Les hommes d’Unzué sont réellement capables de tout. Souvent excellents dans les gros matchs, ils sont bien trop fades face à des adversaires supposés plus faibles. Les Galiciens ont deux gros matchs et deux plus simples à aborder. A eux d’être sérieux. Une qualification européenne masquerait une saison très moyenne dans le jeu pour la formation de Galice.

Girona (2/5) : Alors qu’on les voyait largement capable d’accrocher un strapontin européen, Girona cale. Des défaites inquiétantes face à la Real, au Betis ou Getafe ont fait du mal à la confiance. Les catalans ont de moins en moins de réussite et perdent des points faciles comme face à l’Espanyol la semaine passée. Tout ces petites choses font qu’on a du mal à les voir européen à la fin de saison.

Eibar (1/5) : Les Basques ont eu pendant très longtemps la meilleure forme d’Europe. Sauf que cette débauche d’énergie pour redresser le club se paie maintenant. Les hommes de Mendilibar sont fatigués et calent au plus mauvais des moments. Sans solution offensive depuis la blessure d’Enrich, ils vont finir la saison en roue libre, bien loin de la zone européenne.

Seville (1/5) : L’accident industriel guette les andalous. Eux qui ont réalisé leur plus grand mercato estival en terme d’investissements sont plus que proche de ne pas être européens la saison prochaine. Une situation plus vraiment habituelle pour ce club qui nous a habitué à mieux. Le mandat de Montella a détruit le peu de collectif créé par Berizzo et mis fin à toute dynamique. Sa gestion de l’effectif conduit à avoir un XI titulaire cramé et des remplaçants sans repères et hors de forme. Si on combine tout ça à un calendrier loin d’être favorable, la fin de saison peut-être plus que crispante au Pizjuan.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

 

 

Commentaires