Real Sociedad – Athletic Bilbao, l’Euskal Derbia : Le partidazo

La Liga entre dans le sprint final, les positions se figent et les clubs commencent à faire le bilan de leurs saisons. Pour cette 35e journée, deux clubs mythiques vont s’affronter pour s’adjuger la suprématie régionale le temps d’un instant. Une victoire dans cet affrontement si particulier peut sauver une saison. Surtout que l’Athletic et la Real Sociedad vivent des exercices très particuliers.

Le Pays basque est une formidable région de football. Un endroit où il fait bon vivre et où le balompié s’est très vite implanté. Bien sûr, on doit l’importation du football à des marins anglais venus faire du commerce avec l’Espagne. Cependant, cette région a très vite su s’approprier le football pour le tourner à sa manière. L’Athletic Bilbao, le plus grand club par le palmarès, a participé à la promotion du football dans la péninsule ibérique. La Real Sociedad a progressé par séquence dans l’ombre de ce géant. Anoeta n’est pas le plus joli stade d’Espagne mais il est un endroit piégeux pour un bon nombre de clubs. Le club de Gipuzkoa a toujours eu d’excellents joueurs dans son effectif. De plus il n’a pas à supporter le poids de l’histoire comme l’Athletic . Le club de Vizcaya est un géant avec toutes les traditions que cela comporte. Par exemple, il ne peut pas recruter des joueurs non basques, bien que les contraintes aient évolué, leur permettant de recruter des joueurs non basques pour autant qu’ils aient été formés au Pays basque. A la Real cela a évolué et maintenant on recrute surtout des bons joueurs pour le bonheur des supporters.

A lire : L’Athletic, le leader de la réussite basque

Ces deux clubs ont un fort attachement avec le Pays basque, duquel ils arborent avec fierté le drapeau Par exemple, dès que Franco a passé l’arme à gauche, ils ont profité d’un derby pour ressortir le banni Ikurriña (drapeau basque) interdit sous le gouvernement du général. La rivalité est bonne enfant entre les deux clubs, il n’y a pas une haine des deux afición. Par exemple, les parades dans le centre- ville ne sont pas accompagnées d’insultes ou de tensions mais plutôt de concours de chant ou de poésie dans le style bertsolaritza . Bien qu’il y ait énormément de clubs de haut niveau au Pays basque (Eibar, Alavés, Osasuna), ce sont les deux plus grands, ceux qui font rayonner le football de cette région à-travers le pays.

A lire : L’Athletic, l’autre géant d’Espagne

On ne va pas se mentir, l’Athletic est le grand frère qui martyrise le petit Real Sociedad. Encore cet hiver, les Leones ont levé la clause d’Iñigo Martínez, l’un des piliers de la Real, pour palier au départ de Laporte en Angleterre. Ce genre de mouvements ne vont que dans ce sens. Très rares sont les joueurs à quitter l’Athletic pour rejoindre la Real. Dans l’histoire récente, Balenziaga, Gorka Elustondo, Igor Gabilondo ou encore Andoni Imaz ont quitté Anoeta pour rejoindre San Mamés. Souvent, ces transferts font polémiques mais ça ne va que très rarement plus loin. Une habitude qui ne font que frémir les supporters sans les enrager. Le dernier transfert qui a vraiment fait parler est celui de Iban Zubiaurre qui est allé jusqu’au procès pour juger de la légalité de la transaction.

Iñigo Martínez, dernier transfert entre Real et Athletic /Credits : Rtve.es

Des entraîneurs légendaires de l’Athletic se sont aussi assis sur le banc du rival d’Anoeta. Jamais personne ne leur en a vraiment voulu des deux cotés. La légende Amorrortu a écrit ses plus belles lignes avec l’Athletic pour finir sa carrière sur les bancs à San Sebastián. Pareil pour Irureta, entraîneur du Super Depor qui a été le míster des deux clubs. Le dernier est celui qui a permis à l’Athletic de remporter son dernier titre de champion, le bien nommé Javier Clemente, qui a aussi coaché les Txuri Urbin.

Deux clubs qui pensent déjà à la saison prochaine

Cette cuvée 2017-2018 a été d’une piètre qualité pour les deux clubs basques. Jamais ils n’ont pu rêver cette saison, sortis très tôt en Europa League ils n’ont jamais pu peser sur la Liga. La Real Sociedad est 11e avec 43 points, à 5 unités de la zone EL. Un classement qui ne reflète pas vraiment la saison des basques en dents de scie et même décevante avec Eusebio. Un sentiment de gâchis plane au-dessus d’Anoeta. Il y a énormément de qualité dans ce club, mais il manque de rigueur pour peser sur une saison entière. Coté Athletic, le premier et seul mandant de Kuko Ziganda fut un désastre total. Aucun fond de jeu, un double-pivot à renarder et une saison dans la seconde partie de tableau tout du long. 14e avec 40 points, l’Athletic n’a plus rien à jouer.

A lire : Unai Emery à la Real Sociedad, est-ce réellement possible ?

A lire : Berizzo sur les traces de Bielsa

Ces deux clubs pensent déjà à l’avenir. Les dirigeants de l’Athletic semblent avoir choisi Berizzo pour reprendre en main le club de Vizcaya. Un choix audacieux qui rappelle la nomination de Bielsa, l’ancien du Celta étant un Bielsiste pure souche. À la Real Sociedad le doute demeure. Aguacil, le remplaçant d’Eusebio ne fait pas du mauvais travail, mais un coach confirmé est attendu pour permettre à un excellent d’effectif de confirmer enfin tout le bien que l’on pense d’eux.

A quoi s’attendre pour ce choc ?

Ce choc sans grand intérêt sur le pré va pourtant nous offrir une opposition de styles. La Real est une équipe fantasque, remplie de joueurs de grand talent mais qui manque de structure collective. Aguacil semblait avoir trouvé la bonne formule, en battant notamment l’Atlético 3-0 à Anoeta. On les pensait même capables de pouvoir se mêler à la lutte finale pour une qualification européenne sauf que patatra, une défaite face au dernier Malaga la semaine dernière fait tache. La Real est un club bien trop inconstant pour vivre une saison sereine. Coté Athletic rien ne rassure. Le club est devenu une caricature de lui même, de son style. Frileux, rugueux, sans réel projet tactique les Leones de Ziganda sont indigestes. Iñaki Williams est bien le seul à mettre un peu de folie sur le terrain.

A lire :Cuco Ziganda et son Athletic ne font pas rêver

Aduriz manque toujours à l’appel pour Athletic. Pour la Real c’est Prieto qui est absent.

XI probables

Real Sociedad 

Athletic Bilbao

Stats en vrac :

A Anoeta, l’Athletic n’a perdu aucun des 3 derniers derby basque, restant même sur une victoire.

Sur les 11 derniers derbys, l’Athletic n’en a gagné que 2 pour 4 défaites et donc 5 nuls.

Willian José est le meilleur buteur de la Real Sociedad avec 14 pions.

Raul Garcia est le meilleur buteur de l’Athletic avec 9 buts.

La Real Sociedad a le 11e bilan à domicile.

L’Athletic a le 12e bilan à l’extérieur.

Sur les 5 derniers matchs, la Real tourne à 2 points de moyenne par match quand l’Athletic sur la même période engrange en moyenne 1 point par match.

 

Commentaires