Éibar – Pedro León, heureux qui comme Ulysse

0

Blessé depuis le mois de mai, Pedro León (31 ans) fait son grand retour dans le groupe d’Éibar au moment où les Armeros accueillent le Barça. L’ancien Merengue retrouve les terrains après des complications au niveau de son genou gauche. Reste à savoir quelle sera sa place au sein d’une équipe qui a pris 27 points sur 36 possibles lors des 12 dernières journées de Liga.

Avec 10 buts et 6 passes décisives, la saison 2016-2017, sa première à Éibar après 5 ans à Getafe, était la meilleure de la carrière de Pedro León. A 30 ans, le Murciano, formé au Real Madrid, donnait sa pleine mesure sous les ordres de José Luis Mendilibar. Le maintien assuré, le milieu créateur a décidé de passer sur le billard pour régler quelques soucis au niveau de son genou gauche. Normalement, il doit en avoir pour 2 mois. Mais le diagnostic évolue, et pas en bien. « Ce qui devait durer huit semaines a finalement duré 8 mois et demi, a-t-expliqué sur le site du club. Cela a été très dur, interminable. Ça a été une odyssée ». A priori, Pedro León n’a pas vraiment une gueule à jouer les Ulysse et il a dû prendre son mal en patience : « Quand tu te blesses gravement, tu n’as pas le choix : il faut l’assumer et savoir que ce sera un chemin très long. Moi, je ne m’imaginais que ce serait si long. Je suis heureux d’être bien car, par chance, les douleurs pour lesquelles j’ai dû me faire opérer ont disparu ». C’est toujours ça de pris effectivement.

Une absence préjudiciable en début de saison

Pendant 3 mois, l’absence de Pedro León s’est cruellement faite ressentir sur le jeu d’Éibar. Auteur lui aussi d’une saison 2016-2017 majuscule, Sergi Enrich n’a pas retrouvé son rendement, d’autant qu’il a été l’objet de nombreuses rumeurs lors du mercato d’été. Sans liant, avec un Takashi Inui peu inspiré et une défense trop poreuse (25 buts encaissés en 11 matches), Éibar faisait peur à voir et flirtait dangereusement avec la zone rouge avec à peine 8 points pris lors des 11 premières journées, un train de relégable.

Crédits : diariovasco.com

Et puis, à la faveur d’une goleada contre le Betis à Ipurua (5-0), les Armeros ont enquillé les succès et enclenché une remontée express au classement, au point d’être à seulement 1 point de la 6e place qualificative pour la Ligue Europa. Premier supporter de son équipe, le Murciano n’a pas manqué un match à Ipurua et  a constaté l’intelligence des dirigeants, du coach et des joueurs qui ne sont pas affolés : « Nous avons eu une évolution positive. Des joueurs importants sont partis, comme Florian Lejeune et Antonio Luna, et nous avons mal commencé. De nouveaux joueurs sont arrivés et ils ont dû s’adapter au style Mendilibar. Et quand on a saisi son idée, regarder jouer l’équipe a été merveilleux ». Actuellement, grâce à une défense complémentaire (la charnière Arbilla-Ramis est excellente) et un milieu de terrain à la fois rapide sur les côtés avec Takashi Inui et Fabián Orellana en ambianceurs et costaud dans l’axe avec Dani García et Pape Diop, Éibar se met à rêver.

Quelle place dans la hiérarchie du milieu de terrain ?

Le problème pour l’ex-Madridiste, c’est que le jeu est désormais bien rodé et que, malgré son passé avec les Armeros, il lui sera difficile de postuler rapidement à une place de titulaire. L’effectif est complet, hormis en attaque depuis la blessure au genou de Sergi Enrich qui revenait très bien avant ce coup du sort.

Au milieu, Mendilibar a l’embarras du choix et le choix de l’embarras aussi. Takashi Inui, Dani García, Pape Diop, Fabián Orellana, Iván Alejo, Gonzalo Escalante, Joan Jordan et Ander Capa qui peut jouer latéral et ailier : Pedro León a des clients en face de lui. « Je sais qu’il y a beaucoup de compétence, concède-t-il lucide. Mais ça ne me préoccupe pas. Le principal, c’est que je veux de nouveau profiter de jouer au foot. Je me sens très bien physiquement et mentalement. J’espère avoir un bon rendement le plus vite possible. Je ne sais pas si ce sera immédiat ou si je devrai prendre le rythme de la compétition ».

Après avoir reçu de nombreux témoignages de soutien de la part de sa famille, du staff et des supporters, Pedro León veut rendre sur le terrain. Son expérience ne sera pas futile au moment d’aborder le dernier tiers de la saison. Après avoir ce voyage forcé, la perspective de faire le tour de l’Europe avec les Armeros serait une récompense aussi inespérée que méritée.

François Miguel Boudet
@fmboudet

Commentaires