Liga – Oscar Melendo : D’un but face au Barça à facteur X de l’Espanyol, l’envol d’une perruche

0

Son nom est connu depuis bien longtemps par toutes les personnes qui suivent de près la Liga. À bientôt 22 ans, Oscar a mis du temps avant de totalement s’imposer en Liga avec son club de l’Espanyol et les Pericos de leur surnom (les perruches en VF). Son profil et son style sont particuliers et ont besoin d’un certain éco-système pour être mis en valeur. Rubi, son coach, a mis tout cela sur pied et depuis qu’il est régulièrement titulaire, Melendo éclabousse de son talent le championnat. Retour sur le parcours d’un talent loin d’être caché et enfin révélé aux yeux de tous.

En 2016-2017, Melendo oscillait entre la B des Pericos et la Liga pour réussir à grappiller près de 300 minutes dans la plus haute division espagnole. En 2017-2018, son temps de jeu en Liga a doublé pour finir à près de 700 minutes et une place indiscutable dans le groupe pro de l’Espanyol. En 2018-2019, avec un nouvel entraîneur qui devait insuffler un nouveau cycle aux Catalans, Melendo devait exploser pour enfin être le titulaire indiscutable qu’on attendait de lui. Sous les ordres de Rubi, son temps de jeu n’a fait que croître pour finir comme un pion indiscutable dans les schémas de l’ancien de Huesca. Retour sur la saison qui a tout de celle de l’explosion pour Melendo en Espagne avant de s’attaquer à l’Europe.

Un but face au Barça comme pour enfoncer la porte du groupe pro 

Melendo est un joueur particulier. Milieu offensif qui aime se projeter et toucher le cuir, il reste un garçon chétif qui ne dépasse pas le mètre 70. Un physique qui ne lui a pas permis d’exploser aussi rapidement que prévu sous les ordres de Quique Sanchez Flores. Melendo est pourtant un joueur particulier qui joue le torse bombé et la tête haute. C’est bien simple, il est très souvent le plus petit joueur sur le terrain mais il n’a peur de personne. Mieux encore, il sait que balle au pied, peu de joueurs sont aussi à l’aise que lui. Sauf que voilà, lui aime l’axe alors que Quique Sanchez Flores, puis Rubi aiment plutôt le 4-3-3. Des schémas où en 8 il est souvent dépassé et où sur l’aile il est bridé. Cependant à chaque fois qu’il est sur le terrain, quelque soit le poste, il ne déçoit pas et réussit à être protagoniste.

Crédits : Diario La Grada

Pourtant Melendo est différent et il semble totalement loufoque de s’en priver. Son talent, il le montre régulièrement et son nom fait le tour de l’Espagne et un peu de l’Europe après ce but face au Barça en Copa Del Rey en 2018. Son équipe n’est pas au mieux et Melendo grappille de plus en plus de minutes. Lors de la destitution de Quique Sanchez Flores et sous les ordres d’un entraîneur qu’il connait bien, Melendo débute pour la première fois 3 matchs de Liga consécutifs. Tous en fin de saison, comme pour montrer qu’il faudra compter sur Oscar la saison prochaine.

Synonyme du retour en forme de l’Espanyol

Cependant lors de l’intronisation de Rubi, Melendo ne devient pas comme par magie un titulaire indiscutable. Pire encore il se retrouve une nouvelle fois face à un 4-3-3 qui lui convient peu. Cependant, à l’inverse de celui de Quique Sanchez Flores, le jeu de Rubi est porté vers l’avant et le jeu bien plus léché. Melendo réussi à se montrer mais il a dû mal à prendre le dessus sur Herman Perez, Piatti, Léo Baptistao ou encore Sergio Garcia sur les ailes. Il joue plus, mais il n’est pas encore un titulaire indiscutable. Cependant en janvier tout bascule, Leo s’en va, Wu Lei arrive et Rubi change de fusil d’épaule. Petit à petit son 4-3-3 se transforme en un 4-4-2 diamant où Melendo est dans le coeur du jeu et peu multiplier les touches de balles tout en dézonnant.

En soutien des attaquants et avec une équipe qui vit un second souffle, Melendo impressionne enfin sur la durée. Entre la 18e journée et la 38e journée, Oscar ne sera sur le banc que trois fois et son équipe ne perdra que 5 fois. Mieux encore, l’Espanyol enchaîne les bonnes performances et finira par être même européen sur la fil après une victoire sur la Real Sociedad lors de la dernière journée. Melendo est le joueur peut-être le plus déterminant dans ce retour en grâce de l’Espanyol parce qu’il a permis de donner vie à l’évolution de philosophie de Rubi. Melendo fait vivre le ballon quand Wu Lei et Borja Iglesias doivent les mettre au fond.

La promesse d’un bel avenir

Après avoir marqué face au Barça et fait une passe décisive face à l’Atleti la saison dernière, Melendo a encore une fois performé dans les grands matchs. Cette fois, se sont encore les Colchoneros qui en ont fait les frais, le petit milieu a offert une superbe offrande et son équipe a étrillé 3-0 les hommes de Simeone. Maintenant avec une présence assurée en Europe, Melendo devra assumer un nouveau statut. En 3 saison il a réussi à passer de grand talent entre la B et la A, à un titulaire indiscutable en Liga. Cette progression n’est pas une surprise et rien ne dit que Melendo s’arrêtera là, il semble en avoir encore sous la semelle, pour notre plus grand bonheur.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

 

Commentaires