Liga – Les bourreaux du Real, Ben Yedder et les légendes Aspas et Mantovani : El once de Furialiga (J38)

0

Ultime journée et donc ultime once de Furialiga pour clôturer une Liga plutôt décevante dans l’ensemble. Positionné en 4-4-2 diamant, le système qui a relancé l’Espanyol en fin de saison, notre onze met en avant les protagonistes de cette dernières journée entre qualifications en Coupe d’Europes sur le fil et victoires de prestiges. Présentation.

Jaume (Valencia) : L’éternel remplaçant habitué au match de Copa était cette fois titulaire en Liga face à un Valladolid en pantoufle. En plus, Sergio avait fait largement tourné son effectif. Pourtant Valence a pris plusieurs fois la foudre mais son gardien assez fêtard dans le privé a multiplié les arrêts. Résultat 0 but encaissé et une victoire qui assure une place en LDC pour Valence. Bravo Jaume !

Junior (Betis) : Souvent blessé, Junior n’a pas pu enchainer les bonnes performances cette saison. Indirectement, son absence a fait énormément de mal au jeu du Betis. De retour en tant que titulaire à ce poste de piston gauche, il a fait énormément de mal au Real pour cette ultime journée de Liga. Il est un grand artisan de la victoire 2-0 des siens face à la Maison blanche.

Hermoso (Espanyol) : Il fait partie des joueurs à l’avenir incertain du côté de l’Espanyol. Toujours lié par une clause avec le Real, Hermoso continue pourtant de faire un bien fou aux Pericos. Face à la Real il a sorti le grand jeu et a régné facilement dans sa surface. Encore une fois étincelant, le central est promis à un très grand avenir, à commencer par des bonnes performances en C3 avec l’Espanyol ?

Mantovani (Huesca) : Pour son ultime match en Liga, Huesca avait fait tourner et laisser Mantovani sur le banc. Pourtant ce match était très particulier pour l’Argentin qui affrontait le club où il est une légende : Leganes. Rentré aux alentours de la 20e minute, le central a enfilé ses habits de sauveur pour jouer un mauvais rôle aux Pepineros. Un doublé pour Mantovani et une victoire 2-1 pour Huesca qui quitte la Liga la tête haute.

Rosales (Espanyol) : Le latéral droit a joué longtemps cette saison avec un masque pour protéger son nez mais est un des super coups des Pericos sur le marché estival. Chipé lors de la descente de Malaga, Rosales est devenu un titulaire indiscutable fort logiquement. Pour ce dernier match de la saison, le latéral a encore sorti une superbe prestation agrémentée d’un golazo formidable pour ouvrir le score. Une volée limpide qui a ouvert la voie à la qualification européenne de l’Espanyol. Formidable dénouement pour une équipe vraiment attachante.

Guardado (Betis) : Le Mexicain n’est pas un indiscutable du côté du Betis et pourtant il fait toujours du bien quand il est sur le pré. Pas le plus élégant, celui qui fait souvent office de garde du corps reste un excellent joueur de ballon. Face au Real il a fait un bien fou au milieu de terrain pour permettre à son équipe de rester bien équilibré. Il se paie même le luxe de finir ce match avec une victoire et une passe décisive. Crack.

Jordan (Eibar) : Eibar a pris pour la première fois un point face au Barça. Ce match, les Basques auraient sûrement du le gagner avec un peu plus d’application mais ils auraient pu aussi le perdre. Cependant entre les vendanges de Cucurella ou les arrêts de Dmitrovic, c’est Joan Jordan qui a encore impressionné. Capable de tout faire ou presque, le milieu a harcelé mais aussi fait vivre le jeu des Armeros. Une chose est certaine, l’ancien de l’Espanyol va être courtisé cet été.

Parejo (Valence) : Pour une fois, Dani a été au niveau qu’on attend de lui sur une saison entière. Véritable phare dans la nuit, le milieu a longtemps guidé son équipe et n’a jamais déçu. Face à Valladolid il a encore régalé et apposé toujours plus de respect à côté de son nom. Dani est enfin le capitaine qu’on attendait tant.

Melendo (Espanyol) : Petit bonhomme plein de football et de détermination, Oscar Melendo est le facteur X de l’Espanyol en ce moment. Positionné en soutien d’une doublette d’attaquants dans un 4-4-2 diamant, le petit milieu fait des merveilles pour créer décalage et frisson. Face à la Real il a multiplié les courses, les ouvertures et les dribbles pour notre plus grand bonheur. Au final, une victoire, un envahissement de terrain et un Espanyol qui retrouve au bout du suspens la Coupe d’Europe. Tamudo doit être fier.

Aspas (Celta) : Même lorsque le Celta est maintenu, Aspas ne peut pas s’empêcher d’être le sauveur de tout un club. Encore une fois, les Galiciens ont été malmenés mais Iago la légende s’est offert un doublé pour permettre à son club de perdre un point plus qu’important. Le Celta sera encore en Primera une saison de plus et Iago y est pour beaucoup.

Ben Yedder (Seville) : Le Français est enfin un indiscutable à Seville. De ce nouveau statut, Ben Yedder en ressort plus fort et est vraiment déterminant lors des matchs qui comptent. Face à l’Athletic, Seville devait gagner pour assurer une place lors des poules de l’Europa League. Ben Yedder a ouvert la voie à son équipe en ouvrant la marque tout en malice. Pour finir, c’est lui qui fait la passe pour Munir en fin de match. Un succès qui assure une place en C3 aux Andalous et prive l’Athletic d’Europe.

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires