Barça 3 – 0 Liverpool : Comment le FC Barcelone a gagné largement sans dominer la rencontre

0

Comment de plus en plus souvent en Ligue des Champions, ce n’est pas l’équipe qui prend les commandes du match qui sort vainqueur. Ce mercredi, journée de la fête du travail, Ter Stegen a été maintes fois mis à l’épreuve et la défense centrale du Barça a tangué mais n’a jamais rompu. Au coup de sifflet final, les Catalans ont marqué 3 buts sans en concéder et font un grand pas vers la finale. Mais comment les hommes de Valverde ont pu gagner si largement sans pour autant dominer la rencontre ? Tentative d’explication.

Sans rougir ni forcer le trait, on peut dire que ce Barça sentait bon le Real Madrid des trois dernières années. Une folie quand on sait que les Catalans véhiculent une certaine idée du jeu en théorie. Dans les faits, le FC Barcelone de Valverde parait souvent malmené mais ne perd que très peu. Cependant, en Coupe d’Europe là où les matchs se jouent sur des détails, l’ancien de l’Athletic n’avait jamais réussi à mener les siens au succès. Bien qu’ils ne l’ont pas encore remporté, le parcours du Barça en Europe est enfin conforme aux attentes cette saison. Surtout que maintenant, le Barça gère les momentum et sait tuer les matchs quand il faut. Retour sur une partie d’échec où ce sont les individualités qui ont fait la différence.

Suarez et l’exhibition de Busquets 

En première mi-temps, le match est rythmé mais équilibré. Liverpool laisse du monde haut quand l’équipe n’a pas le ballon pour contrecarrer les sorties de balles barcelonaises en exerçant un pressing tout terrain. Dans les faits, se sont 3 attaquants des Reds qui font face aux deux centraux blaugrana. Une supériorité qui devrait donner un avantage certain à Liverpool. Sauf que voilà, le Barça trouve vite la parade pour équilibrer les débats. C’est Busquets qui va descendre entre les deux centraux pour équilibrer le rapport de force.

Crédits : TheIndependant

À 3 contre 3, le Barça doit pourtant encore trouver la manière de sortir le ballon sans balancer sous la pression. C’est là qu’un autre protagoniste rentre en jeu : Jordi Alba. Souvent délaissé par les Anglais, le latéral gauche va être la porte de sortie privilégiée du Barça durant la première mi-temps. Surtout que souvent, en plus de n’avoir personne sur lui, Jordi est dans une zone sans adversaires directs. Une liberté qui lui permet de pouvoir progresser avec le cuir et faire gagner de précieux mètres à son équipe.

Malgré tout ça, le Barça reste sous la menace d’un Liverpool qui met énormément de monde autour de la surface des Catalans. Souvent même, le Barça subit des tirs dangereux mais Ter Stegen veille. Surtout que dans le même temps, Vidal prend de l’épaisseur à la perte du cuir pour couper la progression des Anglais et Suarez se trouve des compagnons de jeu. Quand il est dans un soir comme ça, le buteur blaugrana est injouable. Il use son adverse direct et sans surprise, c’est lui qui va reprendre une merveille de centre d’Alba pour ouvrir la marque juste avant la demi-heure de jeu. Le Barça a déjà fait le plus dur.

L’exhibition du duo Lenglet-Piqué et la gestion des momentum 

Après ce but, le Barça ne prend toujours pas le contrôle du cuir. Pire, les Catalans vont reculer toujours plus et souffrir avec un petit rictus de plaisir. Une situation toujours aussi surprenante mais qui colle avec ce que propose Valverde depuis son arrivée à Barcelone. Ce match ressemble peut-être même à l’aboutissement de sa méthode en Ligue des Champions. Surtout que malgré que Liverpool soit dangereux et se crée bons nombres de situations, le Barça ne tremble pas. Lenglet et Piqué bien aidé par leurs latéraux vont simplement tout renvoyer quand le ballon arrive dans la surface. Relancer propre à terre ? Clairement pas le projet, pour ce premier acte de cette demi-finale, les défenseurs du Barça font le ménage, rien de plus.

Crédits : Ouestfrance

Cependant, à 1-0 et sous la pression, le Barça semble tenir difficilement. Bien que Ter Stegen prouve encore qu’il est un gardien magnifique, ce score ne préserve en rien le Barça. C’est là qu’arrive ce fatidique moment, cher au Real Madrid lors du triplé, où le match semble flotter. Souvent il arrive vers la 75e, une équipe domine et l’autre subit mais durant un court instant, le rapport de force s’inverse. C’est là que l’équipe en position défavorable dans le jeu doit placer une banderille pour détruire la supériorité dans le jeu de l’adversaire. Ce soir, c’est le Barça qui va doucher une nouvelle fois les espoirs des Anglais avec un but signé Messi. Il a surpris tout le monde, mais il a permis d’inverser le rapport de force.

Après ce but, les offensives blaugranas vont se multiplier en contre. Liverpool continue d’attaquer mais est moins dangereux. On attend plus l’égalisation des Reds mais le troisième but des Catalans. Il va arriver peu après le 80e minutes, moins de 10 minutes après son premier but, Messi s’offre un coup franc magnifique et un doublé. Dembélé va même se permettre de croquer une autre situation ensuite. Le Barça n’a pas dominé, il n’a même pas impressionné mais il a gagné largement et a fait un grand pas vers la finale à Madrid. Dans ce match où tout a semblé se jouer sur rien, la pièce est retombée que coté Barça.

Rien changer en changeant tout 

Ce qui interpelle le plus dans cette victoire du Barça, c’est que la lecture du match ne semble pas bonne par Valverde. Son équipe subit, est souvent à la limite mais gagne tout de même 3-0. Surtout que dans le match, le technicien n’a rien changé hormis l’entrée de Semedo à la place de Coutinho à l’heure de jeu. Sans rien faire, juste en attendant ce moment fatidique, le Barça a réussi à retourner le match. Une impression qui renvoi toujours au Real du triplé. Valverde s’inspire des récents vainqueurs, comment lui en vouloir ?

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires