Liga : La mort des petits d’Espagne, Ontinyent dans le sillage de Reus

0

Imaginez un club français de National 1 comme Dunkerque qui en plein mois de mars dépose le bilan et se retire de la compétition. Ceci est impensable en France dans un championnat professionnel suivi par une DNCG intransigeante à chaque intersaison. Pourtant en Espagne, cela reste monnaie courante,  à l’image de Reus CF en Segunda qui a jeté l’éponge faute d’argent en cours de saison. Malheureusement, l’Ontinyent CF a vécu la même issue fatale en Segunda B.

Pourquoi une telle situation ?

Le stade du Clariano ne va plus résonner au son de ses supporters. C’est un fait. Un club marqué par près de 90 ans d’histoire, créé en 1931 et qui évoluait cette année dans le groupe 3 de Segunda B. Il a même passé 5 saisons en Segunda dans les années 60/70. On peut donc parler de club historique et même d’une institution dans la communauté de Valence. Les causes de ce désastre sont connues par tous, une dette de plus d’un million d’euros. Une mort annoncée qui s’est voulue lente et angoissante. Mais comme pour Reus, les dirigeants, joueurs et supporters y ont cru jusqu’à la fin car  tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Cependant, fin mars, le président du club, Luis Ortiz s’est exprimé devant la presse en expliquant qu’il était devenu impossible de prolonger la vie du club en raison de non paiements et des subventions qui n’étaient jamais arrivées. Il y avait bien des repreneurs potentiels mais qui voulaient investir que si le club se maintenait en Segunda B, ce qui n’était pas du tout certain. N’obtenant pas les garanties attendues, ils se sont rétractés.

Quid des joueurs ?

Les joueurs d’Ontinyent CF se sont trouvés fort attristés par la nouvelle et ont obtenu la liberté de trouver une nouvelle équipe pour continuer à jouer. L’administrateur de l’insolvabilité va établir les conditions relatives aux paiements mensuels des salaires en attente de recouvrement. Ce qui n’est pas le souci principal de l’effectif. La preuve, plus de cent supporters se sont réunis à El Clariano pour faire leurs adieux à l’équipe. Jusqu’à l’annonce de la disparition du club, tous les joueurs défendaient dignement ses couleurs. Ils ont dit au revoir à la aficion, en larmes. C’était un adieu très émouvant, les fans ont applaudi comme s’ils avaient été promus en deuxième division. Le Clariano résonnait au son des « jusqu’à la mort, Ontinyent jusqu’à la mort ». Sur que pour ces joueurs, cette étape sera à jamais gravée dans leur carrière de footballeur et plus généralement dans leur vie.

Un adieu triste entre les joueurs et leurs supporters / Crédit : OntinyentCF

Que va-t’il se passer dans le groupe 3 ?

Selon l’article 77 du Code de discipline de la Fédération espagnole de football :

« En cas de retrait de la compétition, le coupable sera exclu du championnat, avec les effets suivants:
a) Pour les points, tous les résultats antérieurs à l’exclusion obtenus par d’autres seront respectés. Jusqu’à présent, et pour le reste des matches à disputer, les adversaires seront déclarés vainqueurs par le résultat de la moyenne des buts concédés par l’équipe exclue soit 1-0. »

L’expulsion d’Ontinyent CF de la Segunda B a été confirmée le 29 mars 2019 par le RFEF.

RFEF expulsión Ontinyent CF

 

 

 

Conséquences pour les équipes valenciennes ?

Cette décision signifie que les prochains rivaux du CF Ontinyent gagneront le match sans jouer. Les résultats du second tour seront respectés, comme ceux de la première moitié du championnat. Ebro, Teruel, Cornellà, Atlético Levante, Valence Mestalla, Badalona et Lleida (en plus de l’Espanyol B) ajouteront donc trois points à leur bilan, sans ne rien faire.

Là où cela pose problème c’est que Cornellà et Lleida sont des rivaux directs d’Hercules Alicante pour une place en barrages d’ascension pour monter en Segunda. Pour rappel, Alicante a été battu à El Clariano lors de la première journée des matchs retours. L’Hercules CF a donc étudié la possibilité de faire appel de la décision de la RFEF, la considérant injuste.

Mais ce sont les places pour le maintien qui semblent le plus affectées. En effet, entre le 13ème, Peralda et l’avant-dernier le Castellón, il y a 4 points d’écart. Seuls Teruel et Valencia Mestalla n’ont pas joué lors des matchs retours contre Ontinyent. Ces deux clubs vont pouvoir ajouter trois points à leur total sans même se rendre sur le terrain. De ce fait, du côté d’Alcoyano, Castellón, Sabadell et Conquense, ça grince des dents. C’est certain que la disparaition d’Ontinyent aura des répercussions sur l’avenir de plusieurs clubs.

Et les autres catégories d’Ontinyent CF?

Le club a officiellement annoncé que les sections de Ontinyent CF Juvenil et Vétérans continueront de jouer normalement dans leurs compétitions respectives jusqu’à la fin de la saison (à moins que la situation actuelle ne change). Le club n’ayant pas d’équipes engagées dans d’autres catégories.

Un dimanche matin début avril, les jeunes de l’équipe valencienne ont affronté Crevillente Deportivo lors d’un match nul, à El Clariano. Ce match a servi d’hommage à l’équipe première. La Juvenil évolue dans le groupe 7 de la première division régionale et est le leader actuel, avec huit points d’avance sur le deuxième au classement, l’Independiente d’Alicante.

En attendant, la reconstruction d’une équipe voire du club, toute la communauté de football de Valence reste encore sous le choc de cette disparition. Selon les dernières nouvelles, l’Ontinyent devrait aligner une équipe en Segunda Regional, la saison prochaine et ainsi repartir de zéro. Un parcours long et rempli d’embûches attend donc le club, s’il veut atteindre le niveau qui était le sien en début d’année. Une situation qui est déjà bien connue de ses voisins la UD Oliva ou le CF Gandia.

Par Jé Pintio

(@JePintio)

Commentaires