Malaga – Jack Harper : De la caravane à La Rosaleda ou l’histoire d’un Écossais en Andalousie

0

Le plus Écossais des Espagnols, le plus Espagnol des Écossais, ce qui est sûr c’est que le jeune Jack Harper est un Malaguista et fier de l’être. Entre son passage en Angleterre, son explosion à Malaga et ses ratés en sélection, présentation d’un joueur talentueux à l’histoire digne d’une vieille série TV.

Sur la route en caravane pour se rendre en vacances, la famille Harper tombe en panne et pose ses bagages en Espagne. Tombés amoureux du lieu, les parents décident de finalement s’y installer pensant que l’environnement était adéquat pour élever leurs enfants. Dans une interview fleuve parue dans The Guardian, Jack Harper est revenu sur sa vie plus que particulière et notamment sur sa naissance : « Ma mère en parle encore. Ils ne savaient pas où étaient les hôpitaux, ne parlaient pas espagnol et n’avaient aucun moyen de communiquer. Ils attendaient un bébé, cherchaient un hôpital, demandaient à tout le monde, mais n’avaient aucune idée de ce que les gens du coin racontaient« . Peu de temps après cette arrivée rocambolesque, au centre de Malaga, Jack Harper voit le jour et devient donc officiellement un enfant de la ville.

Frère de Mac et Ryan, Jack se retrouve footballeur professionnel à seulement 1km de son lieu de naissance. L’Écossais commencera à se faire remarquer en jouant pour le Real Madrid. À 13 ans il réalise son rêve et rencontre Cristiano Ronaldo. Comme il l’explique, cette rencontre le marque. « J’ai pris une photo avec Cristiano. J’étais minuscule. Je suis un fan – c’est un travailleur acharné, il est toujours été là ». Par la suite, Jack va s’inspirer de son idole et faire des heures supp’ après les entraînements. Son caractère et surtout son niveau font parler à Madrid et à 17-18 ans, on lui donne la chance de s’entrainer avec les pros.

British touch

N’ayant pas de grand lien avec l’Écosse hormis sa famille, il choisit tout de même de représenter son pays en équipe de jeunes. Malgré tout son talent, ses entraînements en pro et son temps de jeu en jeunes au Real, Jack Harper ne réussira pas à convaincre le staff des U19 écossais. Son phrasé espagnol, son jeu et la trop grande différence avec le reste du groupe ne passe pas.

Il est d’ailleurs revenu sur cette expérience en demi-teinte : « Les seuls écossais à qui je parle vraiment sont ma famille, je n’ai pas d’amis là-bas, donc je ne parle pas super bien la langue. Sur le terrain, ils utilisaient des mots que je ne connaissais pas. J’avais l’impression qu’ils m’observaient, gardaient leurs distances, en pensant: « Il ne parle même pas anglais » ou « Son attitude ne sera pas bonne parce qu’il vient d’un grand club ». Je voulais juste me mélanger, jouer pour mon pays. » Pour le coach, Jack a beau être «exceptionnellement doué», il est surtout un « luxe » pour une Écosse qui n’a pas besoin de lui mais de joueurs plus disciplinés. Après quelques appels, la porte lui est fermée en 2014.

Crédits : The Argus

Cette décision fait mal à l’attaquant, mais après réflexion, il utilise cette déconvenue pour avancer. Voulant se faire accepter par le staff écossais, Harper pense que partir en Angleterre est une option plus que crédible. Sur le point de signer à Stoke City après une discussion avec le coach de l’équipe A, Jack est recalé à la visite médicale… Une autre claque pour le buteur. Il décide tout de même de rester en Angleterre et signe à Brighton en 2015, club lui permettant de se soigner et d’évoluer son style de jeu après sa rééducation. Ce passage parait nécessaire pour Harper qui progresse humainement mais surtout footballistiquement.

Retour à la casa

Six ans après avoir quitté la maison et après avoir opéré son retour à Malaga en 2017, Juan Muñiz, coach de l’équipe fanion récemment reléguée en Segunda, donne sa chance à Harper et l’introduit dans l’effectif. Cette décision change la carrière du buteur.

« Je n’oublierai jamais Juan Muñiz. L’année où vous percez dans le football professionnel, vous avez besoin de confiance. Lors de sa première conversation avec moi, il a dit que si les managers ne laissaient pas de chances aux jeunes joueurs, il n’y aurait jamais de footballeurs. Vous devez percer quelque part. »

17 matchs plus tard, Jack comprend que le football n’est plus un jeu mais son travail. Enfant de la ville, de grosses attentes reposent sur lui. Véritable coqueluche des supporters, Harper est enfin chez lui à Málaga. Du haut de son mètre 87, Harper n’est pas juste un attaquant physique profitant de sa taille. Habile techniquement, il n’hésite pas à prendre le jeu en main pour éliminer son vis-à-vis. À dix journées de la fin du championnat, Harper et les siens courent toujours après la deuxième place, significative de montée direct en Liga. Un ticket âprement convoité car les playoffs sont une bataille à l’épilogue souvent indécis.

Harper devenu buteur providentiel en Segunda

Jack Harper a débuté la saison titulaire en enchaînant les  bons matchs. Cependant, une blessure musculaire l’a écarté des terrains quelques semaines. Il compte tout de même 23 matchs pour 4 buts et une passe décisive. Ces 4 buts ont apporté directement 8 points aux Boquerones, de quoi mesurer l’impact de l’Ecossais dans la bonne saison des Andalous.

La Liga ? Un objectif affiché pour le delantero comme il le confie : « Le projet du club est le même que le mien: atteindre la première division. Málaga le mérite car c’est l’un des plus grands clubs d’Espagne. L’année dernière a été un cauchemar et je pense que des joueurs comme moi ont apporté un peu d’air frais. Nous jouons avec le cœur et les fans apprécient cela. J’aimerais penser que je suis l’un des leurs – pour l’armée de Guiri [le club des supporters britanniques de Málaga] et pour les Espagnols. Ils ont chanté mon nom et je suis un peu plus aimé ici parce qu’ils savent que je suis du coin. »

En fin de contrat cette saison, Jack Harper aurait, selon les média locaux, déjà signé un pré-accord avec un possible européen : Getafe. Le club madrilène avait déjà approché Málaga en janvier pour un transfert mais la transaction a été refusée par les Andalous. Les Boquerones disposent d’une clause de prolongation du contrat de l’Écossais et le joueur souhaite rester au club. Après de longues périodes de doutes sur son style, Harper semble enfin avoir trouvé sa place dans une Andalousie qui l’apprécie pour ce qu’il est : un footballeur typique du coin.

Valentin Schabel
@DajeVale

Commentaires