Les notes de Valencia CF 2 – 1 Real Madrid : Parejo Super MVP, Gayà en patron et Asensio encore décevant

0

Face à un Real Madrid totalement inoffensif, le Valencia CF s’est permis le luxe de croquer une demi-douzaine d’occasions franches et de l’emporter à Mestalla (2-1) grâce à des buts de Gonçalo Guedes et Ezequiel Garay. Marcelino a dominé Zinedine Zidane de la tête et des épaules et Dani Parejo a confirmé qu’il est actuellement le meilleur joueur espagnol de Liga.

Valencia CF

Real Madrid

El MVP : Dani Parejo

Ne cherchez pas le meilleur joueur espagnol en Liga en ce moment : il porte le numéro 10 du Valencia CF. Organisateur, premier attaquant, premier défenseur, gratteur de ballons, le capitaine blanquinegro est dans le meilleur moment de sa carrière. Une montée en puissance depuis décembre aussi inattendue, vu son début de saison, qu’irrésistible. Luis Enrique a trouvé son meneur de jeu pour l’Euro 2020. C’est moins clinquant que toutes les tentatives précédentes mais Parejo est devenu une évidence. Marcelino en chef d’orchestre (quelle masterclass en première période !) et Dani Parejo en 1er violon : le duo fait sensation !

El Patrón : José Luís Gayà

Depuis qu’il est devenu international, le latéral gauche est transformé. Capitaine dans l’âme, le canterano est devenu le leader de la défense et il a vérouillé son côté à double tour. Álvaro Odriozola et Lucas Vázquez n’ont eu aucun bon ballon à négocier et Gayà a été une nouvelle fois impeccable.

La Decepción : Marco Asensio

On aura pu citer Marcelo revenu en grâce avec le retour de Zidane sur le banc alors que Sergio Reguilón est dans une forme ascendante depuis plusieurs semaines mais c’est surtout Marco Asensio qui pose question. Manifestement, il n’est pas fait pour jouer sur un côté et serait mieux dans l’axe. Mais le Real Madrid peut-il lui offrir une telle responsabilité, alors même que le Majorquin, entre blessures et sorties en demi-teinte, n’arrive pas à franchir le cap mental et physique. Le temps de demander un prêt pour prendre du galon et de la confiance ?

La buena Sorpresa : Mouctar Diakhaby

A priori, l’ancien Lyonnais était le maillot faible du XI de Marcelino. En l’absence de Gabriel Paulista, Mouctar Diakhaby a conjugué au presque parfait au côté d’Ezequiel Garay. Tranchant et serein, il a été vraiment étonnant. Peut-être son meilleur match avec le Valencia CF. C’était le bon soir pour se montrer !

Commentaires