Liga – Wissam Ben Yedder, enfin indiscutable à Seville ?

0

Depuis son arrivé en Espagne en 2016 à l’âge de 26 ans, Wissam Ben Yedder a vécu énormément de situations compliquées avec ses différents coachs. Toujours décisif, il a pourtant tardé à faire l’unanimité sous chacun d’eux. À chaque fois il a dû batailler pour être titulaire et l’instabilité de Séville ne lui a pas offert de continuité. Sous Machin, il semble enfin devenir un pion indiscutable du club andalou à l’âge tardif de 29 ans. Retour sur la saison 2018-2019 du français qui semble enfin s’éclater et s’affirmer dans un style de jeu avec @footenstats.  

Quand il quitte la L1 en échange d’un chèque d’une dizaine de millions d’euros, c’est la surprise. Tout d’abord on se demande pourquoi personne en France ne s’est positionné sur le petit buteur qui fait des étincelles dans une équipe au jeu plus que moyen. Puis on se souvient que le Sevilla est un club bien géré, qui recrute bien avec son chef de recrutement Monchi. Il arrive dans un club qui doit changer de dimension et devenir un grand d’Espagne, cependant rien ne va pas se passer comme prévu. En trois saisons, il va connaître cinq entraîneurs et être ballotté entre le banc et le onze. Il joue mais n’a pas de continuité. Pourtant, il fait encore des étincelles avec notamment ses but à Old Trafford, mais personne ne veut lui confier réellement les clés du camion. Retour sur sa saison plus que compliquée sous Machin au début, mais qui devient idyllique actuellement, au point de devenir le roi de Séville ?

D’un départ évoqué à l’été 2018 à titulaire indiscutable en mars 2019 

Dans un effectif encore une fois en pleine révolution et sous les ordres de Machin, le début de saison de Ben Yedder est loin d’être parfait. Pourtant, il est titulaire lors des 3 premiers matchs officiels de la saison des Andalous. Il marque même une fois mais les gazettes sont alimentées par autre chose. On parle d’un départ du Français et que Machin ne lui fait que peu confiance. L’arrivée de Silva alimente encore plus toute cette folie médiatique. Surtout que le jeu de Machin est clair : il ne veut qu’une pointe. Le Portugais sera le titulaire, Ben Yedder la doublure, tout simplement. Malgré une fin de saison 17-18 de très bonne facture, le Français repart de zéro.

L’ancien du TFC va même être sur le banc 6 fois de suite, ne rentrant que très peu de fois en jeu et toujours pour de courtes périodes. Machin montre par les actes qu’il ne fait que peu confiance à son buteur. Le Français réussit pourtant à marquer un but, encore en Europa League lors de sa petite demi-heure de jeu face à Sigma Olomouc. Dans le même temps Séville déçoit dans le jeu. Peu inspiré, Machin se pousse à faire évoluer les choses après une triste défaite face à Getafe. La journée suivante, et alors que Ben Yedder a scoré un doublé face au Standard entre temps, le Français est titulaire face à Levante. Le résultat ? Une démonstration de Séville et un triplé de Ben Yedder. L’ancien du TFC vient de gagner sa place.

Le duo Silva-Ben Yedder suppléé par Sarabia va faire vivre des heures de gloire à Séville. Les deux de devants s’entendent parfaitement. Le Portugais fait parler son physique et ouvre des brèches dans lesquelles le Français s’engouffre. Derrière ? Sarabia fait les passes et provoque des décalages. La machine Séville est lancée et impressionne tout le monde. Le Français fait de nouveau l’unanimité à Seville et les louanges sont de sorties. Dans un rôle d’attaquant de surface d’une équipe dominatrice, Ben Yedder se régale. Il sent bien les coups, réussit des appels magnifiques et surtout à cette dose d’opportunisme qui caractérise les très grands attaquants. Des fois on se demande si il n’aimante pas les ballons tant tout lui retombe à proximité dans la surface.

Une saison déjà exceptionnelle pour Ben Yedder 

Dans le jeu, il impressionne réellement. C’est bien simple, Ben Yedder semble être totalement mûr et au point dans son jeu. Capable de tout faire, le Français a appris de chacun de ses entraîneurs. Depuis le TFC où il était la seule pointe d’une équipe qui usait de longs ballons dans un bloc bas, au jeu de position de Sampaoli, puis au jeu plus rugueux de Berizzo, Ben Yedder devient une version plus que complète de lui même. 

Utilisé comme attaquant de surface, Ben Yedder ne se perd plus dans une activité tout terrain pour se rendre à l’essentiel : marquer des buts. Une chose qu’il fait naturellement et qu’il fait surtout très bien. Il sait également jouer des coudes, se libérer du marquage en faisant parler sa vitesse ou éliminer son vis à vis par un dribble bien senti dans un petit espace. Il est difficile de sortir un attaquant aussi performant que lui cette saison en Liga. Comptablement l’impression est encore plus forte. En Liga après 27 journées, il a déjà dépassé son meilleur total en championnat avec les Palanganas avec ses 15 buts. Toutes compétitions confondues, le Français a franchi la barre des 25 buts après son triplé magnifique face la Real Sociedad. Cette saison est sa meilleure sous la tunique blanche et elle n’est pas finie.

Le plus impressionnant est sa progression, linéaire à pourtant près de 30 ans, un moment ou beaucoup de joueurs se mettent à stagner ou régresser. Arrivé sur le tard dans le football professionnel, Ben Yedder devient enfin LA référence offensive des Andalous. En début de saison, il était mis sur le banc pour faire de la place à Silva, depuis quelques matchs c’est le Portugais qui sort pour permettre de relancer une série. Séville est dans le dur mais Ben Yedder reste indéboulonnable devant. Toujours prompt à sauver les miches de son coach quand son équipe est en difficulté, le Français semble enfin totalement apprécié à sa juste valeur par un entraîneur. Machin qui ne semblait pas vouloir faire confiance à Ben Yedder a revu légitimement sa copie. L’ancien du TFC est le roi du Pizjuan, mais pour combien de temps encore ?

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires