Jeux vidéo : Konami dévoile le noms des joueurs espagnols dans ISS

0

Les jeux vidéo sont omniprésents dans le quotidien des amateurs de football et ça ne date pas d’hier. Chaque année, les sortie des FIFA, PES et Football Manager sont très attendues. Il y a plus de 20 ans, nous étions aux prémices de ses simulations qui sont devenues de plus en plus réalistes au fil des années. Les graphismes étaient encore basiques de même que la jouabilité. International Superstar Soccer (ISS), ancêtre de PES, était déjà un Hit en 1994 et se vendait à plusieurs millions d’exemplaires. Il avait la particularité de ne pas avoir les droits sur les noms des joueurs et on s’amusait avec des stars nommées Allejo, Dubois et Kolle. Konami, entreprise conceptrice du jeu, a dévoilé il y a quelques jours les véritables noms de ces joueurs fictifs que les plus de 30 ans ont côtoyé pendant plusieurs heures durant leur adolescence. Furia Liga vous propose un instant madeleine de Proust.

La légende Allejo, le footballeur qui était meilleur que le Roi Pelé

Si vous avez joué à ISS au milieu des années 90, merveille active jusqu’en 2003 avec International Superstar Soccer 3 et International Superstar Soccer Advance, vous avez sûrement choisi de faire appel aux services d’un joueur brésilien du nom d’Allejo. Dans la simulation, ce footballeur avait des attributs plus forts que le grand Pelé lui-même ! Le meilleur joueur offensif de la simulation était donc Brésilien et, à l’époque, on ne savait pas qui se cachait derrière ce nom. Dans les années 90, deux joueurs de la Seleçao faisaient beaucoup parler d’eux : Romario qui jouait au Barça et Bebeto qui évoluait au Deportivo de La Corogne. Konami a dévoilé, à la grande surprise de tous, qu’Allejo était en réalité la star du club galicien : José Roberto Gama da Oliveira alias Bebeto.

Allejo dans ses oeuvres face à l’Argentine de Redonda et Capitale.

Ce dernier l’a appris et s’est vu grandement honoré. Il l’a fait savoir sur Twitter :

Bebeto, attaquant d’1.78m né en 1964 qui a été formé à Vitoria, a joué dans ses début, au Flamengo puis au Vasco de Gama où il a marqué une soixantaine buts en une centaine de matchs dans son pays. Des statistiques et une réputation qui lui ouvrent alors les portes de l’Europe. L’avant-centre pose ses valises en Galice, au Deportivo de La Corogne. De 1992 à 1996, il vit en Espagne le meilleur moment de sa carrière avec 86 buts à son actif en 131 matchs et un titre de champion du Monde avec le Brésil en 1994. Il est d’ailleurs l’un des grands artisans de l’épopée de la Seleçao à la Coupe du Monde aux USA. On se souvient tous de sa célébration où il berce un bébé imaginaire après son but face aux Pays-Bas avec Romario et Mazinho.

Pour l’anecdote, la légende d’Allejo (Bebeto) au Brésil a atteint un tel point qu’il a été nommé « Meilleur Brésilien de l’histoire des jeu vidéos ».

Outre l’attaquant auriverde, d’autres stars du jeu de Konami sont passées par l’Espagne. On peut retrouver Luis Figo alias Paz qui a joué au Barça puis au Real Madrid entre 1995 et 2005. Diego Maradona alias Redonda qui a évolué au FC Séville en 1992/93 et Romario alias Gomez qui était blaugrana entre 1993 et 1995. Des joueurs qui ont marqué leur époque mais aussi les millions de gamers à travers le monde et ce sans connaître leur vraie identité.

La Roja version ISS

Dans le milieu des années 90, la sélection espagnole n’avait pas la réputation de l’actuelle et encore moins celle des 3 titres consécutifs. La Roja était reconnue pour avoir de bons joueurs de football mais aussi pour s’écrouler mentalement dans les compétitions internationales malgré un statut de favori. L’équipe d’Espagne dans ISS est composée de joueurs qui ont marqué la décennie, principalement du Barça et du Real Madrid : Abelardo alias Romero, Fernando Hierro alias Camacho, Pep Guardiola alias Ortega. On retrouve d’autres joueurs parfois oubliés qui jouaient dans des clubs moins huppés (actuellement en Segunda). Dans ce cas, nous avons Alberto Belsué et Francisco Higuera de Saragosse et Juan Antonio Pizzi de Tenerife. Comme depuis presque toujours, comme dans le jeu, la Roja est composée pour beaucoup de joueurs issus du Real Madrid, de Barcelone et de l’Athletic. Fait surprenant, seul un joueur, José Luis Caminero représente l’Atlético, alors même qu’il n’était pas dans la meilleure passe de son histoire.

vrais noms de l'Espagne dans l'ISS

Il est certain que les lecteurs qui ont connu le jeu auront ce petit parfum de nostalgie en voyant ces noms. Les plus jeunes pourraient rire de ces graphismes pixelisés et de ces appellations grotesques. Toutefois, c’était une autre époque, une autre ère technologique mais le plaisir de jouer était déjà présent et les parties étaient déjà endiablées. Entre deux parties de foot dehors, on prenait les manettes et on se rêvait à être Dubois ou Allejo. C’est grâce à des jeux vidéo comme ISS que la Liga a pu attirer de nouveaux suiveurs et que l’e-sport a pu se développer à ce point de nos jours.

Jé Pintio
@JePintio

Commentaires