Tactique / Real Madrid 0-3 Barça : Comment les initiatives personnelles de Dembélé ont mis en pièces le plan de Solari

0

C’est dans une moiteur certaine que Merengues et Blaugranas sont entrés dans un Bernabéu qui n’attendait que de laver l’affront subi l’automne dernier. Un choc qui n’a pas été de très haut vol mais qui a encore une fois montré que Solari avait de la suite dans les idées contrairement à Valverde. Cependant, c’est bien le Barça qui a corrigé le Real Madrid et qui file en finale de Copa. Retour sur un match qui a laissé à tous un sentiment particulier.

Lorsque les compositions d’équipes tombent, c’est l’étonnement. Valverde reconduit le même onze que face à Lyon ou presque. Sergi Roberto est dans le cœur du jeu associé à Rakitic pour « solidifier » le côté droit selon les premières analyses. Dembele est titulaire et Lenglet reprend logiquement sa place dans la défense centrale. Côté Real, pas de surprise, le onze de gala est de sorti. Le projet est simple, scalper le rival à la maison pour rendre cette saison plus douce à avaler. Malgré un premier acte réussi, tout va cependant s’écrouler après l’heure du jeu.

La détresse de Semedo, le dépassement de Piqué pour visualiser les errements du Barça

Comme lors du match aller, le Real met directement énormément d’intensité dans son match. Plus prompt dans les duels, plus cohérent dans le pressing et avec un bloc plus équilibré, c’est la maison blanche qui domine les débats. Les actions ne s’enchaînent pas encore mais on voit le plan du Real se mettre en place. La préparation est identique que lors du premier acte de cette confrontation, à droite le ballon est préservé pour ensuite être catapulté vers un Vinicius qui doit créer un décalage et exploiter le côté ouvert. Défensivement, le plan du Real est aussi cohérent et réfléchi.

Quand la maison blanche n’a pas le ballon et que son pressing n’a pas fonctionné, le bloc se remet en place rapidement en phase d’attente. Sauf qu’au lieu de reculer quand le Barça avance et essaye de mettre en place son animation, le Real va réduire au maximum les écarts sans reculer. Pour schématiser, la ligne de 4 défenseurs ne finit que très rarement dans la surface de Navas. Les espaces entre la ligne de 4 du milieu (Vazquez descend très bas et colle Carvajal quand Modric reste haut) va asphyxier un Barça sans idée. Quand les catalans font tourner le ballon sans chercher un déséquilibre, le Real se remet à presser et récupère souvent le cuir sans problème. En plus de cette réponse collective pour contrarier le Barça, Carvajal fait un marquage individuel sur Dembele. Le Français est marqué de très prés et le latéral quitte souvent sa zone pour le suivre et c’est Vazquez qui compense. Le Real est bien placé et déroule son sujet.

À partir de la 30e, les occasions vont se succéder. Le côté droit Sergi Roberto-Semedo qui devait apporter de la stabilité va exploser sur les coups de boutoir de Reguilon et Vinicius. Le brésilien va faire danser le latéral portugais et passer à chaque fois ou presque. Les situations dangereuses se succèdent mais Vinicius ne cadre pas ou Benzema axe trop sa frappe quand l’action est chaude. Le Real prend de plus en plus la mesure de son adversaire et on semble se rapprocher de la rupture côté Barça. Voyant son équipe patauger, c’est Pique qui va tenter de briser les lignes par le dribble pour réveiller sa formation. Sauf que personne ne suit cette initiative et Casemiro récupère le cuir et lance bien Vinicius. Le brésilien croque mais le Barça confirme son agonie. Pourtant, à la pause le score est de 0-0 et le Real va le regretter.

Des initiatives personnelles pour détruire le plan du Real

En deuxième mi-temps, pas de changements de chaque côté mais des consignes qui évoluent. Alors que Dembele ne bougeait que très peu en première, il va beaucoup plus dezonner en deuxième. Plus volage, il va mettre en difficulté le bloc du Real en faisant plus que sortir Carvajal de sa zone. Sur le premier but des blaugrana, Dembele est plutôt bas alors que le Barca a le ballon. Il fait des petits appels mais n’en lance aucun de franc. Il traîne dans le dos de Carvajal. Bien lancé, il va prendre parfaitement l’espace pour servir Suarez et ça fait 1-0. Le Barça qui n’avait tiré qu’une fois en première fait mouche sur sa deuxième frappe. On joue la 50e et le match prend une tournure particulière.

Le Real ne s’avoue pas vaincu et reprend sa marche en avant. Les actions sont moins franches et quand le décalage est créé c’est Ter Stegen qui fait parler sa magie pour sauver le Barça. Les catalans semblent touchés par la grâce alors qu’ils ne montrent rien dans le jeu. A la 70e, Dembele va encore une fois faire parler sa science du jeu. Toujours dans sa logique de se libérer du marquage de Carvajal, le français va maintenant se déplacer sur le côté gauche de la défense madrilène. Suarez suit bien le ballon du français et ça finit dans les filets sans que l’attaquant ne touche le cuir. A la 73e, sur un contre Casemiro fait faute sur Suarez. Le buteur se charge de tirer le penalty et ça fait 3-0. Le Barça fait tomber encore une fois son rival mais l’impression est différente que lors du match de Liga en octobre.

En regardant le résultat, on pourrait penser que le Barca a dominé de la tête et des épaules ce match. Pourtant, les catalans n’auront cadré que 2 frappes sur 4 pour 3 buts marqués. Dans le jeu c’est bien le Real qui aura montré le plus de choses. Les madrilènes sont inspirés offensivement et bien en place défensivement. Ce n’est que le talent de Dembele qui aura permis au Barça de surnager. La pièce est retombée toujours du même côté et cela aura masqué les errements collectifs d’un Barça sans intérêt. Ce match, le Real l’a perdu avec sa maladresse devant les bois, en face rien n’a été proposé ou presque. Combien de temps les catalans pourront encore faire illusion ? Personne n’a la réponse. Une chose est sûre, Solari a de la suite dans les idées même si les prochains jours s’annoncent agités pour lui. Revanche samedi, avec le même résultat ?

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires