Les notes de Seville 2-4 Barça : Messi en sauveur, Navas en patron et Valverde qui fait du Valverde

0

Dans un Pizjuan incandescent, Seville aura agressé durant de longues minutes le Barça. Plus prompt dans les duels, plus inspirés offensivement, les Andalous appuyaient là où ça fait mal. Mais le Barça a Messi et quand Messi est en jambe personne ne peut se refuser à lui. Un triplé pour la Pulga et une prestation étincelante pour sauver son club et montrer à tout le monde qui est le boss du football mondial. Qui a surnagé, qui a sombré ? Voici notes de ce partidazo haletant. 

Sevilla 

Barça 

El MVP : Messi

Que dire ? L’Argentin a encore une fois sortie ses plus beaux habits pour sortir son club d’une très mauvaise passe. En première période il claque une volée monumentale sur une belle passe de Rakitic pour égaliser. En deuxième il est à la conclusion d’un contre catalan et marque un but magnifique de son « mauvais » pied. Sur le troisième ? Il suit bien dans la surface et marque un but en souriant. Pour conclure ? Une passe magnifique pour Suarez, un match tranquille pour Messi en somme. Face à son adversaire favori, l’Argentin a encore été magnifique et confirme que personne ne peut s’asseoir à sa table. Il nous habitue à l’excellence et repousse les limites de ce qu’on le pensait capable de faire. Messi ne vieillit pas, il se bonifie.

El Patrón : Navas 

Il jouait son 650e match pro, il débutait son 300e match en Liga, et Jesus Navas a cavalé comme un jeune qui découvre le football professionnel. Avec sa trentaine bien tassé, l’offensif reconverti en piston droit enchaîne les masterclass. Face au Barça, il est l’auteur de l’ouverture du score, est au départ du but de Mercado et est l’auteur de nombreux retours défensifs bien senti. Jésus Navas ne vieillit plus pour le plus grand bonheur de Séville.

La buena Sorpresa : Promes

Balloté un peu partout sur le terrain son arrivée, le Hollandais était titulaire un peu à la surprise générale au côté de Ben Yedder. Dans un rôle bien plus libre que celui de Silva par exemple, Promes a dézoné pour apporter un peu partout sur le terrain. Sur le premier but c’est lui qui est au duel avec Messi. Par la suite des actions de grandes classes devant et des replis toujours bien senti. Promes s’impose de matchs en matchs et c’est mérité.

La Decepción : Ernesto Valverde

Les matchs passent mais la situation du coach du Barça n’évolue pas. Ses choix d’avant-match ont encore été désastreux. Coutinho sur une aile, cela ne fonctionne, Vidal au milieu c’est insignifiant et pourtant Valverde s’en remet à eux inlassablement. Ses ajustements à la MT donnent aussi des maux de têtes. Faire entrer Dembele et faire glisser Coutinho c’est bien, contrebalancer ça avec l’entrée de Sergi Roberto agace. L’ancien mister de l’Athletic semble s’enfermer dans une logique qui ne fonctionne pas et rend son Barça de plus en plus mauvais. Messi ou pas Messi.

Benjamin Bruchet

Commentaires