Tactique – Liga / Atlético 1-3 Real Madrid : Comment Santiago Solari a pris le dessus sur Diego Simeone

0

Dans un derby très chaud par son ambiance et son intensité sur le terrain, les hommes Del Cholo Simeone n’ont pas réussi à se défaire d’un Real de Solari désireux de marquer son territoire au Wanda Metropolitano. Après une première période contrastée où les deux équipes se sont neutralisées, grâce à un milieu de terrain intraitable et un Benzema tout puissant le Real a pris le dessus sur son rival. Les Merengues continuent de surfer sur leur grande forme du moment et se rassurent à quelques jours du match contre l’Ajax en Ligue des Champions. L’Atletico devra quant à lui se ressaisir avant de recevoir la Juventus dans une semaine. Voici ce qu’il faut retenir de ce partidazo.

Surprenant. Voici le mot qui décrit très bien le Real Madrid à ce moment de la saison. Après des débuts peu convaincants tactiquement, le Real de Solari semble avoir trouvé ses marques. Si le Barça a déjà fait les frais de la grande forme de cette équipe, lors du Clasico en Copa mercredi, c’est au tour de l’Atlético d’avoir buté sur une machine lancée à pleine puissance. Malgré une rencontre hachée et peu emballante tactiquement, les Merengues ont su faire la différence sur la pelouse des Colchoneros qui contrairement à leurs adversaires ne progressent plus offensivement.

Le Real intraitable au milieu de terrain

En début de rencontre, si le Real avait du mal à avancer face au pressing très haut de l’Atléti, la tactique de Simeone étant encore une fois de chercher l’adversaire dans leur camp plutôt qu’attendre, les Merengues ont réussi à apporter le calme nécessaire pour supporter la charge physique qui pesait sur leur dos. En tenant le ballon, le Real allait contre ce à quoi Simeone s’attendait et réussissait à survivre à la cadence de jeu infernale imposée par leurs adversaires. Mais au lieu de vraiment compenser le manque de dominance dans l’entre jeu, les Colchoneros n’ont finalement pas résisté au milieu de la Maison Blanche nettement supérieur au leur.

Solari a plus d’un tour sa poche. Cette saison, que ce soit avec Marcos Llorente ou Casemiro, le Real dispose de beaux et forts arguments au milieu de terrain. Le Brésilien, titulaire pour le derby en raison de la blessure de Llorente a surpris les milieux de l’Atléti qui n’ont pas eu les armes pour gagner la bataille dans l’entre jeu. Positionné dans son rôle habituel de n°6, Casemiro a complètement éteint Saul Niguez. Si l’Atletico voit ses transitions offensives annulées par le Brésilien, Casemiro sera aussi le bourreau de cette équipe dès la seizième minute. Suite à un corner de Kroos dévié par Sergio Ramos, Casemiro, libre de tout marquage, inscrit « una chilena » qui laisse béa Oblak. Il s’agit du 1er but encaissé par l’Atletico en Liga à domicile depuis le 24 novembre dernier lors d’une match nul contre le FC Barcelone.

Le Real a su utiliser la supériorité individuelle et numérique au centre avec Kroos, Modric et Casemiro contre Thomas Partey et Saùl, ce qui a notamment permis d’isoler les ailiers colchonero. Vinicius et Reguilon contre Arias et Correa et Lucas avec Carvajal contre Lemar et Lucas. Maitres artificiers des succès du Real depuis 5 ans, insaisissables sur le terrain, Modric et Kroos ont permis également à leur équipe de retrouver leur rythme de croisière. Dépassé et inefficace offensivement, Thomas Lemar ne trouve quant à lui toujours pas sa place, totalement muselé et épuisé par les montées incessantes de Dani Carvajal.

Benzema modèle d’intelligence

Avec Solari, Benzema a trouvé son maître. Plus fort que jamais, cette saison rien ne semble pouvoir arrêter le Français. Libre de s’exprimer, le numéro 9 avec une âme de 10 permet dans le jeu du coach argentin de soulager tout un bloc. Capable avec ses mouvements de créer une supériorité pour son équipe, il a rendu difficile le travail des joueurs de l’Atletico complètement déstabilisés. Si son duo avec Vinicius fait des étincelles depuis quelques rencontres déjà, individuellement Benzema est un monstre d’efficacité. Godin et Gimenez n’ont ainsi pas vu le jour, le Français capable de battre en retraite et d’emporter Gimenez avec lui, laissant Modric libre d’effectuer sa passe décisive à Bale pour le troisième but synonyme de victoire par exemple. Remportant presque la quasi totalité de ses duels, Benzema est au sommet de son oeuvre, capable de réserver encore bien des surprises pour cette fin de saison.

Griezmann bien trop seul

S’il y en a bien un qui n’arrive pas à trouver ses coéquipiers sur le terrain, c’est Antoine Griezmann. Même s’il a su faire preuve de beaucoup de sang froid et réagir à la première occasion auteur du but de l’égalisation, la connexion entre l’international français et ses coéquipiers sur la pelouse ne se fait pas facilement. C’est le cas avec son nouveau coéquipier en attaque Alvaro Morata qui peinait à faire le lien avec l’international français lors de cette rencontre, dans les petits espaces notamment où le duo était inexistant. Au milieu de terrain, Thomas Partey n’apportait notamment pas assez de qualité technique pour jouer les attaques rapides et tenter de trouver les attaquants. Pas libre de pouvoir s’exprimer et de trouver avec qui combiner, Griezmann est apparu totalement isolé sur le terrain dans un 4-4-2 peut être trop rigide pour favoriser le côté offensif.

Si avant le début des hostilités en huitièmes de finales de Ligue des Champions le Real confirme qu’il est prêt pour relever tous les défis en cette fin de saison, pour l’Atlético cette défaite pourrait bien être un coup de massue pour le reste de la saison.

Soledad Arque-Vazquez
@solearquev

Commentaires