Copa del Rey // Previa Clásico // Barça – Real Madrid : Messi incertain, Vinicius en feu et grande première pour Solari

0

Choc monumental à une étape de la finale de la Copa del Rey ! Le Barça fait cavalier seul en Liga mais tout est remis à zéro quand il s’agit d’un Clásico ! Le Real Madrid se remet à l’endroit quand les beaux jours reviennent. Si Messi est dans le groupe mais incertain côté blaugrana, Vinicius Jr, lui, devrait bien être présent au coup d’envoi au Camp Nou pour l’équipe merengue. Ce match aller est aussi le premier Clásico pour Santiago Solari, qui avait pris la suite de Julen Lopetegui, viré après la manita reçue en octobre. Présentation du premier Clásico de 2019 et ça s’annonce chaud, très chaud !

Le 28 octobre dernier le couperet tombe. On est loin d’une surprise mais le Barça vient d’infliger un cinglant 5-1 au Real Madrid de Lopetegui le tout sans Messi, blessé, et en ayant largement dominé la rencontre. Ce match fut le dernier pour l’ancien sélectionneur de la Roja. Incapable de réveiller tactiquement les Merengues, Lopetegui est tombé et a laissé une Maison Blanche en flammes. Solari, déjà pressenti pour devenir numéro un dès cet été, a profité de l’intérim offert par Florentino Pérez pour s’installer durablement sur le banc des Vikingos. Cependant, le chemin a été parsemé d’obstacles et le Barça a pris énormément d’avance en Liga. Mais 3 mois après ce match, les forces se sont quelque peu équilibrées.

A ÉCOUTER – Podcast #71 Spécial Clásico

Le Barça avec peu de certitudes et un effectif qui tire la langue

Les hommes de Valverde sont loin devant en Liga, avec 6 points d’avance sur l’Atlético et 8 sur le Real Madrid. Dans le jeu pourtant, c’est rarement satisfaisant et la frilosité de l’ancien entraîneur de l’Athletic, surtout à l’extérieur, crispe énormément de suiveurs du club. Le Barça survit grâce à ses individualités, Messi en tête. Busquets ou encore Arthur savent aussi créer le décalage quand les Catalans en ont besoin. Vidal est le soldat qu’on lui demande d’être et Aleñá est que le frisson de ce début d’année 2019. Malgré ce jeu si peu emballant, le Barça colle encore des gifles comme face à Séville lors du 1/4 retour de Copa (6-1) mais se prend aussi les pieds dans le tapis, comme lors du nul (2-2) face à Valence le week-end dernier en Liga.

Contre les Blanquinegros, les maux du Barça mais aussi ses forces se sont matérialisées. Sergi Roberto, ballotté au poste de latéral gauche puis de latéral droit, n’a pas été au niveau et a pénalisé son équipe, surtout en première mi-temps. Dans le même temps, Messi très et trop sollicité s’est offert un doublé pour prendre un point et accroîte l’avance du FCB sur l’Atleti. La Pulga a fini le match mais en se plaignant de douleurs à la cuisse. Valverde l’a convoqué, à l’inverse de Dembélé, mais l’Argentin ne devrait pas débuter. Et quand Messi n’a pas joué à l’aller (Levante en 1/8 et Séville en 1/4), les Culés ont perdu…

Le Real Madrid et ses nouveaux problèmes de riches

En face, sans aller jusqu’à dire que le Real Madrid est de retour en haut de l’affiche, la forme affichée par les hommes de Solari rassure. Porté par un Benzema étincelant, un Modric emballant et un Vinicius Jr toujours plus intéressant, la Casa Blanca a gagné ses 5 derniers matches toutes compétitions confondues. En 2019, les Vikingos c’est 7 victoires, 2 défaites et un nul. Un bilan rassurant qui offre à Solari de la tranquillité et surtout valide la pertinence de ses choix. Mais ce Clásico constitue le premier grand test de cette version merengue, si l’on considère que Séville, battu 2-0 en janvier, a baissé de pied depuis quelques semaines.

A LIRE : Et Vinicius ne fit (presque) plus rire personne

Lors de la première moitié de saison, les Madridistas semblaient crispés et les cadres loin de leur meilleur niveau. Sauf qu’au Real Madrid, c’est le niveau des joueurs qui fait les résultats du club. Ici, pas d’inspiration collective pour masquer les défaillances individuelles. Quand Modric, Casemiro ou Marcelo sont en dedans, l’équipe plonge. Ancien coach du Castilla, Solari connaît parfaitement les jeunes du club. Sous sa houlette, Odriozola, Llorente, Ceballos ou encore Vinicius ont eu du temps de jeu et ont apporté énormément. Si le Brésilien focalise l’attention, la plus grande réussite du Míster argentin reste Reguilón sur le côté gauche de la défense et qui a presque fait oublier Marcelo, suspecté d’être en surpoids. Solari est passé d’une situation où l’effectif du Real Madrid paraissait court à celui où il a l’embarras du choix. Et encore, Brahim Díaz n’a pas encore été intégré.

Le « qui est-ce ? » merengue et un effectif blaugrana qui tire la langue

Absent le week-end dernier, Busquets sera de retour dans le onze de départ. Devant lui, Arthur et Rakitic semblent avoir une longueur d’avance, Vidal étant préféré lors des matchs loin du Camp Nou. Devant, Messi ne s’est pas entraîné et même Suárez est incertain. Le premier devrait être ménagé, au moins dans un premier temps, et le deuxième titularisé. Aleñá pourrait en profiter pour débuter comme à l’aller face à Séville, sur une aile. Derrière, Alba sera de retour à gauche et Sergi Roberto logiquement à droite. Cillessen blessé, Ter Stegen gardera la cage blaugrana.

Côté Real Madrid, profusion de possibilités pour Solari. Bale devrait être titulaire à gauche pour faire souffler Vinicius Jr… à moins que l’Argentin n’écoute une grande partie de l’afición qui réclame la titularisation du Brésilien. Lucas Vázquez devrait débuter à droite et Benzema logiquement devant, même si Mariano a encore montré de jolies choses dans la boîte face à Alavés. Au milieu la triplette habituelle, Marcelo pourrait faire son retour, comme habituellement en Copa. Odriozola non convoqué, Carvajal démarrerait à droite et Navas devrait également débuter pour reformer le onze de gala de la saison dernière.

XI probables

Barça

Real Madrid

 

 

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

 

Commentaires