Messi avec son costume de Superman, Vinicius Jr BFF de Benzema et Parejo MVP : El Once de FuriaLiga (J22)

0

Lors de cette 22e journée de Liga, le Barça a concédé le nul contre un Valencia emmené par un Dani Parejo 5 étoiles et l’Atlético a trébuché contre le Betis de Canales. La lutte fait rage pour le maintien et les écarts se resserrent encore plus à tous les étages. Et sinon la routine : Messi a encore fait du Messi ! Aligné en 343, présentation de notre XI !

Pichu Cuéllar (Leganés) : Pour clôturer cette journée de Liga, un derbi de Madrid à l’odeur de soufre. Leganés 17e se déplaçait sur la pelouse du Rayo. Dans un Vallecas chafouin d’être programmé un lundi soir, les Pepineros ont dominé et ouvert logiquement le score en première mi-temps. Cependant, en deuxième les Rayistas ont lutté, égalisé et a affaibli le Lega avec l’expulsion d’Allan Nyom. Mais Pichu Cuéllar a encore réalisé des miracles pour retarder l’échéance et écœuré l’attaque du Rayo. Leganés a arraché une victoire déterminante et son gardien fut exceptionnel.

Unai Bustinza (Leganés) : Le capitaine de la défense de Leganes a encore une fois sortie une masterclass quand les pPepineros étaient dans le dur. Solide dans les duels et sachant envoyer des chaussons quand il faut, Bustinza va quitter la banlieue sud de Madrid mais ne lâche pas et enchaîne les très bonnes performances. C’est Levante qui se frotte les mains de l’avoir signé !

Ruben Vezo (Levante) : Transfuge de Valence, Vezo a été catapulté titulaire d’entrée dans un match bouillant face à Getafe. Solide, utile et intéressant à la relance, le Portugais est déjà adopté par Oriolls quelques jours après son arrivée.

Zou Feddal (Betis) : Le Marocain a marqué un but mais Jan Oblak l’a arrêté. D’une superbe tête, Feddal a fait naître un frisson dans un Villamarin qui ne demander qu’à exploser face à l’Atleti. Dans un match très haché, le Betis n’a pas encaissé de but et a su répondre aux plusieurs matchs dans le match proposés les Colchoneros. Le défenseur, annoncé partant cet hiver, a été déterminant dans la superbe performance des Verdiblancos.

Dani Parejo (Valencia) : Le capitaine a tenu le barre quand le bateau Che tanguait. Depuis que le jeu est de retour à Valence, Parejo redevient essentiel. Dans le partidazo face au Barça, le Capità a encore pris ses responsabilités pour transformer un penalty et a chipé dans les pieds de Leo Messi le ballon du contre qui a amené l’ouverture du score de Kevin Gameiro. MVP de la journée, logiquement. Valence a ramené un nul du Camp Nou qui confirme son retour en premier plan. Et quand Parejo va, tout va pour le club de Mestalla.

Sergio Canales (Betis) : Il n’est pas le MVP de la journée mais Sergio Canales est un des meilleurs joueurs de Liga en ce moment. L’ancien meneur de jeu livre sa meilleure version dans le cœur du jeu, avec un rôle de 8 qui lui va à ravir. Bon à la récupération, parfait dans les sorties de balles et déterminant dans la surface, le Cantabre est parfait. Face à l’Atleti, il n’a pas tremblé et offert la victoire à son équipe en transformant un penalty. Et dire que le Betis l’a signé pour 0€…

Sergio Reguilón (Real Madrid) : le jeune latéral avait débuté timidement sa première saison avec les pro de la Maison Blanche. Depuis quelques semaines, Reguilón est pourtant passé devant Marcelo dans la hiérarchie et devient le titulaire habituel en Liga. Solide défensivement, il sécurise parfaitement son couloir et permet à Vinicius d’être déchargé de toute obligation défensive. De plus, il fait des passes décisives. Joli coup de Santi Solari ça !

Rubén Peña (Eibar) : Dans son antre d’Ipurua, Eibar est intenable et roule sur ses adversaires. Après le 3-0 face à l’Espanyol, les Armeros ont mis le même tarif à Girona. L’agent Peña, le formidable latéral droit des Basques, a marqué un but sensationnel tout en violence pour mettre en lumière une performance tout bonnement magnifique sur son côté.

Lionel Messi (FC Barcelona) : Le GOAT encore et toujours ! La Pulga a encore été fabuleux face à Valence. Pourtant pas dans son meilleur jour, serré de prêt et victime d’une contracture à la cuisse en fin de match, l’Argentin a cadré 5 frappes et marqué un doublé ! Le D10S reste hors catégorie, un géomètre génial. Non mais sérieusement, comment fait-il pour trouver cet angle sans élan ?

Vinicius Jr (Real Madrid) : Le Brésilien commençait pas être bien cerné par ses adversaires directs et il s’enfermait facilement sur son côté. Alors en deuxième période face à Alavés, Solari l’a échangé avec Bele pour le mettre à droit. Et là, le crack s’est offert un but et a encore montré qu’il était l’avenir du Real Madrid avec une complicité croissante avec Karim Benzema plus tueur que jamais.

Charles (Eibar) : Charles est éternel ! Titulaire avec Enrich dans le 442 d’Eibar, le Brésilien est dans la forme de sa vie. Attaquant disposant d’un des meilleurs ratios buts/minutes, il a inscrit un doublé avec notamment un lob monumental face à Girona. Il a touché peu de ballons, a réussi peu de passes, a gagné peu de duels mais a été un tueur dans la boîte. Et ça fait 100 buts plantés depuis son arrivée en Espagne !

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires