Liga – Les notes de Barça – Valencia CF (2-2)

0

Ce choc de la 22e journée de Liga entre le Barça et le Valencia CF a tenu toutes ses promesses ! Pas de vainqueur certes mais 4 buts, un Dani Parejo somptueux, un Leo Messi… »messiesque », et de belles surprises comme Carles Aleñá et Kevin Gameiro. Voici nos notes de ce partidazo au Camp Nou ! 

Barça

 

Valencia CF

 

Le MVP : Dani Parejo

Depuis quelques semaines, le capitaine blanquinegro revient à un niveau intéressant. Mais après avoir repris des couleurs contre des équipes de bas de tableau, on attendait impatiemment l’épreuve du feu contre le Barça. Parejo se comporte souvent très bien au Camp Nou et il a une nouvelle fois rayonné. Récupérateur efficace, c’est lui qui s’impose devant Leo Messi pour lancer le contre qui amène l’ouverture du score che. Parejo s’est ensuite mué en buteur, d’un penalty plein de sang froid. Dans le jeu, il a été le phare, le totem, le patron. Accompagné de Francis Coquelin puis de Geoffrey Kondongbia, Parejo a été impeccable pendant 90 minutes.

El Patrón : Lionel Messi

Le Barça d’Ernesto Valverde a un immense problème : il profite de Messi et l’use jusqu’à la corde. La Pulga est le meilleur joueur du monde, il a encore sorti les Blaugranas du marasme. L’Argentin est beaucoup trop gentil avec ses coéquipiers qui sont des fainéants tactiques et ne cessent de le solliciter pour s’épargner le risque d’être créatif. Au final, l’alerte à la cuisse de Messi rappelle une chose : ce Barça-là gâche les capacités du D10S del fútbol en se reposant uniquement sur son génie.

La decepción : Philippe Coutinho

En l’absence d’Ousmane Dembélé, Philippe Coutinho est aligné dans la ligne d’attaque blaugrana. Certes, il n’a pas été aidé par Sergi Roberto en première période mais même avec Jordi Alba lors des 45 minutes suivantes, le Brésilien a trop peu proposé et a disparu de la circulation. Une constante pour l’ancienne star de Liverpool qui n’avance pas et surtout ne semble plus progresser depuis plusieurs semaines.

Les bonnes surprises : Carles Aleñá et Kevin Gameiro

Les supporters blaugranas mais Ernesto Valverde le titularise trop peu souvent. Dans le XI de départ, Carles Aleñá a livré une première période discrète, dans l’ombre d’Iván Rakitic. Mais c’est lors du deuxième acte que le canterano a pris du poids au milieu. Il a même osé frapper de plus de 20 mètres, solution qu’utilise quasiment jamais le Barça. De belles promesses et, espérons-le, un prochain match avec Arthur Melo à ses côtés.

Après une première partie de saison traversée comme un fantome, Kevin Gameiro revient petit à petit à un bon niveau. Déjà précieux en Copa del Rey (c’est lui qui adresse le but de la qualification contre Getafe), le Français prend ses repères avec Rodrigo Moreno et son but témoigne de cette nouvelle complicité. Malheureusement pour lui et Valencia, il a été contraint de sortir avant la fin de la première mi-temps. Peut-être bien le tournant du match pour les Blanquinegros, d’autant que Marcelino a privilégié l’entrée de Ferran Torres plutôt que de faire du poste pour poste avec Santi Mina.

Commentaires